vendredi, août 7, 2020
Accueil Vie Étudiante Portraits Étudiants Parole de stage #9 - Kévin (Grenoble EM/École 42) - PwC

Parole de stage #9 – Kévin (Grenoble EM/École 42) – PwC

Comment intégrer les cabinets d’audit et de conseil du fameux Big Four ?
Que faut-il savoir pour réussir le cursus de sélection ? Business Cool te propose d’en savoir plus avec les mieux placés : ceux qui les ont déjà intégrés.

Prêt ? C’est parti avec PwC et Kévin Artaud qui nous a fait le plaisir de répondre à nos questions !

 

Salut Kévin ! Tout d’abord, pour commencer l’interview, est-ce que tu peux présenter ton parcours en quelques mots à nos lecteurs ?

Salut à tous ! Je suis étudiant à Grenoble École de Management et à l’École 42 Paris. J’ai intégré cette première école grâce à une classe préparatoire ECE, il y a deux ans. Pour la seconde, j’ai dû passer par la « piscine » (NDLR : un mois de formation-concours très intensif), période à l’issue de laquelle une partie des participants sont invités à intégrer l’école, ce que j’ai fait en septembre dernier.

Je suis actuellement en césure. J’ai consacré la première partie à un stage en audit financier chez PwC. Aujourd’hui, j’ai décidé de dédier la seconde partie de ma césure à l’École 42.

 

Est-ce que tu peux nous parler plus en détail du sujet qui nous intéresse aujourd’hui : le processus de recrutement chez PwC ? Comment se déroule-t-il en audit ?

PwC vient à la rencontre des étudiants de GEM à deux reprises dans l’année. La première se déroule lors d’une journée organisée dans le cadre du partenariat avec la Junior-Entreprise de GEM (GEM Junior Conseil). Plus conventionnelle, la seconde a lieu lors du forum de recrutement de l’école, où sont également présentes les autres entreprises du Big Four/Five. Ces deux rencontres sont des moments d’échanges privilégiés avec des membres de PwC et donnent l’occasion de déposer notre CV.

À la suite de cette récolte de CV, une première sélection est réalisée par PwC. Si l’on passe cette étape, appelée le screening, on est appelés pour passer un entretien physique avec un membre des ressources humaines et un test d’anglais. Ce dernier a deux objectifs. Le premier est de connaître davantage la personnalité, le parcours et les motivations du candidat. Le second est de s’assurer que le candidat dispose de connaissances suffisantes en comptabilité.

En amont de cette étape, il est demandé au candidat d’effectuer un test de personnalité par ordinateur. Le RH revient généralement sur les résultats de ce test par le biais d’une question lors de l’entretien physique. Par ailleurs, le test d’anglais (réalisé sur ordinateur également) permet d’évaluer les niveaux de compréhension écrite et orale ainsi que les connaissances grammaticales. En résulte une note sur cinq qui ne doit pas être en dessous d’un certain seuil pour pouvoir espérer être retenu.

Si l’entretien se déroule à Crystal Park, siège de PwC Paris, alors le test d’anglais se fait le même jour sur place. En revanche, si l’on s’entretient avec un RH à GEM, le candidat peut le réaliser où bon lui semble, à l’instar du test de personnalité.

 

Pour parler de ton expérience, comment as-tu vécu cette sélection ?

Très bien ! Le processus de recrutement est limpide et relativement court. Tout au long de ce parcours, on est très bien informés et encadrés par les équipes PwC.

Nous étions plusieurs de la Junior-Entreprise à avoir été sélectionnés pour passer cet entretien à Crystal Park. Cependant, nous ne le passions pas le même jour. Cela m’a permis d’échanger avec ceux qui avaient passé leur entretien avant le mien. Cela m’a sans doute aidé à mieux me projeter et à mieux le préparer.

J’ai été surpris par le fait que 80 %-90 % de l’entretien s’est articulé autour de mon parcours, mes motivations et ma personnalité. Seulement quelques questions « techniques ». Pour réussir son entretien, je pense donc qu’il faut davantage convaincre le RH que notre personnalité correspond à l’esprit PwC, plutôt que de vouloir impérativement mettre en avant ses compétences comptables, si brillantes soient-elles !

Lire également : Le classement des écoles de commerce pour intégrer PwC

 

Une fois recruté et intégré aux équipes PwC, comment as-tu vécu ton stage ? Y a-t-il une différence entre l’image que tu avais de l’entreprise au premier abord et ce que tu as réellement vécu par la suite ?

Je souhaitais tirer profit au maximum de cette expérience afin d’acquérir des connaissances financières et comptables qui pourraient me servir dans mes projets. Je voulais également connaître une expérience dans un grand groupe pour expérimenter son mode de fonctionnement ainsi que l’ambiance. N’ayant pas de plan carrière défini, si ce n’est ma volonté d’entreprendre à court ou moyen terme, j’appréhendais donc ce stage comme une formation complémentaire dans un cabinet véhiculant des valeurs d’excellence, d’écoute de ses salariés et d’innovation.

En dehors de l’aspect indéniable des compétences techniques acquises, je dirais que j’ai aussi beaucoup appris sur le plan humain. C’est un défi de sortir du monde étudiant et d’apprendre non seulement à travailler avec les équipes, mais aussi à s’intégrer à celles-ci, et à se rendre crédible et responsable à leurs yeux.

Finalement, je pense que l’idée que je me faisais de ce stage était en fin de compte assez vague. Je savais en quoi consistait le métier, mais pas nécessairement ce que j’allais concrètement faire. En revanche, l’image que je me faisais de PwC était la bonne et ces six mois d’expérience n’ont pas changé ma vision du groupe, j’ai vécu ce à quoi je m’attendais : le fonctionnement hiérarchique, la bonne ambiance, la volonté de bien faire, le suivi des stagiaires et l’écoute.

Lire également : L’audit est-il toujours attractif pour les diplômés d’école de commerce ? 

 

Pour terminer, as-tu un conseil ou un petit mot à adresser à nos lecteurs ?

Faites-vous confiance, croyez-en ce que vous voulez faire et impliquez-vous dans votre futur stage même si ce n’est pas votre vocation : il y a du positif à tirer de chaque expérience !

Lire aussi : Les salaires en sortie d’école par secteur

Must Read

Le salaire moyen en Italie

Quatrième pays préféré des étudiants français, et l'une des cinq premières destinations touristiques au monde, l'Italie séduit par sa gastronomie, son patrimoine et son sens de la mode. Découvre si tu vivras réellement la dolce vita en t'installant en Italie.

Classement 2020 des écoles de commerce pour intégrer les Big Four

EY, Deloitte, KPMG et PwC : ces quatre cabinets forment les Big Four des entreprises que les étudiants passionnés par les métiers de l'audit...

EQUIS, AACSB, AMBA, EPAS : quelles écoles ont obtenu ou renouvelé leurs accréditations en 2020 ?

AMBA, AACSB, EQUIS, EPAS… Ces accréditations sont le Saint-Graal pour les business schools puisqu’elles leur confèrent une reconnaissance internationale. Symbole de l’excellence hors de...

Le PhD des écoles de commerce

Les étudiants français sont nombreux à bouder le doctorat. En effet, seulement 4,1% des diplômés d'écoles d'ingénieurs et d'écoles de commerce ont décidé de poursuivre sur un doctorat. Considéré comme peu attractif et peu avantageux, le constat est tout autre de l'autre côté de l'Atlantique. Décryptage sur le PhD si populaire dans le monde mais si peu en France. 

Related News

Le salaire moyen en Italie

Quatrième pays préféré des étudiants français, et l'une des cinq premières destinations touristiques au monde, l'Italie séduit par sa gastronomie, son patrimoine et son sens de la mode. Découvre si tu vivras réellement la dolce vita en t'installant en Italie.

Classement 2020 des écoles de commerce pour intégrer les Big Four

EY, Deloitte, KPMG et PwC : ces quatre cabinets forment les Big Four des entreprises que les étudiants passionnés par les métiers de l'audit...

EQUIS, AACSB, AMBA, EPAS : quelles écoles ont obtenu ou renouvelé leurs accréditations en 2020 ?

AMBA, AACSB, EQUIS, EPAS… Ces accréditations sont le Saint-Graal pour les business schools puisqu’elles leur confèrent une reconnaissance internationale. Symbole de l’excellence hors de...

Le PhD des écoles de commerce

Les étudiants français sont nombreux à bouder le doctorat. En effet, seulement 4,1% des diplômés d'écoles d'ingénieurs et d'écoles de commerce ont décidé de poursuivre sur un doctorat. Considéré comme peu attractif et peu avantageux, le constat est tout autre de l'autre côté de l'Atlantique. Décryptage sur le PhD si populaire dans le monde mais si peu en France. 

Les résultats 2020 de HEC, ESSEC, ESCP, EM Lyon, EDHEC, Audencia, GEM, etc. en ligne !

Les étudiants en classe préparatoires économiques et commerciales viennent de vivre une période très particulière : ils n'ont passé aucune épreuve orale et devront...