Les carrières inspirantes #4 : Nathalie Boy de la Tour

Nathalie Boy de la Tour (presidente de la LFP)

Dans cette série d’articles, nous retraçons des parcours de diplômés d’écoles de commerce : ceux dont les carrières vous font rêver ou ceux qui ont pris tous les risques pour en arriver là. Ils sont nombreux à occuper des postes prestigieux ou à avoir construit des mastodontes après leurs études. Ce sont donc eux que nous avons décidé de vous présenter.

Après nous être intéressés à Catherine Barba, la businesswoman référence de l’e-commerce, nous mettons à nouveau en lumière le parcours d’une femme, mais cette fois-ci une professionnelle du ballon rond : Nathalie Boy de la Tour.

 

 

Nathalie Boy de la Tour commence ses études à l’ESLSCA Paris BS, puis se spécialise à l’ESCP Europe avec un mastère de management social des organisations, tout en suivant en parallèle des cours à l’Institut Supérieur du Marketing du Luxe. Elle débute sa carrière dans une société de conseil, Gemini Consulting (ex-Bossard Consultants), où elle restera pendant huit ans. Elle prend ensuite la direction de B2L-BBDO, une agence de communication spécialisée dans l’internet. Jusque-là, aucun lien avec le football…

 

 

C’est en 2004 que Nathalie Boy de la Tour rentre sur le terrain. Alors qu’elle n’y connaît presque rien selon ses dires, elle cofonde la Galaxy Organisation, le premier grand salon du football. Quatre ans plus tard, elle est contactée par la Fédération Française de Football (FFF) pour participer au lancement de la Fondaction du Football, qui vise à intégrer les valeurs citoyennes et le développement durable au sein de ce sport.

En 2011, elle intègre le conseil d’administration de l’Olympique Lyonnais, et en parallèle, s’engage auprès de Sporsora, une association des acteurs économiques du monde sportif, en devenant secrétaire générale. Cette même année, elle reçoit le grade de chevalier de l’ordre national du Mérite.

En 2013, elle devient la première femme à siéger au conseil d’administration de la Ligue de Football Professionnelle (LFP). À partir de cette nomination, elle refuse la présidence de la LFP à maintes reprises. Qui plus est, malgré de nombreuses sollicitations, jamais elle n’a fait acte de candidature. Pourtant, elle devient présidente de la LFP en 2016 pour un mandat de quatre ans et ce à 94 % des voix : une première dans le monde du ballon rond.

 

 

Au vu des résultats, Nathalie Boy de la Tour est un choix délibéré et pleinement assumé pour la LFP. Plébiscitée pour sa discrétion et sa ténacité, la nouvelle présidente ne manque pas d’ambition : redonner une vision citoyenne au football, développer le football amateur et féminin… C’est aussi un réel défi de se retrouver au sein d’un milieu plutôt machiste et gangrené par l’argent. Mais cela ne lui fait pas peur, elle se considère plutôt comme « une main de fer dans un gant de velours » (interview dans L’Équipe).

Concrètement, dès 2017, elle présente un plan stratégique pour la LFP à l’horizon 2022. La formation des jeunes, le développement à l’international ainsi que les liens entre les entreprises et le football sont au cœur de ce projet. En moins de deux ans de mandat, les droits de la Ligue 1 augmentent de 60 % et ceux de la Ligue 2 de presque 200 %.

Pour redorer l’image du football, la présidente lance le programme solidaire « Révélons Nos Talents ». Ce projet vise à aider les personnes en difficulté professionnelle en leur enseignant le codage informatique. Lors de la Journée internationale de la femme en 2019, elle propose de nouvelles actions pour le football féminin. Enfin, elle insiste pour signer deux partenariats majeurs. Le premier, avec WWF France, vise à sensibiliser les clubs sur leur empreinte carbone. Le second, conclu avec la LICRA, est un partenariat de taille cherchant à lutter contre les discriminations.

 

 

L’ancienne étudiante de l’ESCP est donc reconnue par ses pairs pour son travail de qualité. Un travail payant puisque le football est bien perçu par 41 % des Français en 2018 (contre 33 % en 2016, sondage Ipsos). Nathalie Boy de la Tour mérite donc au moins le Ballon d’or pour la direction de la LFP.

Voici une vidéo qui témoigne de son bilan à mi-parcours de sa présidence :

 

Tu cherches encore un peu d’inspiration ? Découvre notre série sur les entrepreneurs à succès pas toujours connus du grand public.