À l’heure où de nombreuses écoles s’installent au Maroc, à l’image d’emlyon business school ou de l’ESSEC BS, de plus en plus d’étudiants sont attirés par les opportunités de ce pays. Mais le salaire moyen au Maroc permet-il de vivre décemment ?

 

Le Maroc détient le salaire minimum le plus élevé d’Afrique du Nord, selon l’Organisation internationale du travail. Celui-ci est également considéré comme l’un des pays les plus chers de la région selon un rapport de la banque de données collaborative Numbeo. Cependant, le salaire moyen marocain a diminué de 62% depuis mai 2018 et connaît de fortes disparités, essentiellement entre le secteur public et le secteur privé, un écart parmi les plus élevés de la région.

Par ailleurs, malgré les 21 augmentations du SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) depuis 1980, 4 salariés sur 10 du secteur privé perçoivent moins que celui-ci, en 2019. Conséquence : ils ne peuvent pas vivre décemment, selon la CNSS.

 

Le salaire moyen au Maroc

Le salaire moyen au Maroc, tous secteurs confondus, était de 6 333MAD (563€) en mai 2018 contre 2 368MAD (222,38€) en août 2019, soit une baisse de 62% due essentiellement à la hausse de l’inflation et à une précarité de l’emploi.

Cependant, il existe une différence de 2 361MAD/mois (222€) entre le salaire moyen mensuel du secteur privé (5 188MAD = 487€) et celui du secteur public (7 549MAD = 709€). Ce delta grimpait jusqu’à 7 600MAD (712,10€) en moyenne, en 2018. Du côté des agriculteurs, le salaire moyen tourne autour de 3 028MAD/mois (284€), soit légèrement plus que le salaire moyen national.

Ici, voici la liste des salaires moyens des différentes villes marocaines selon Numbeo :

Ville Salaire moyen
Agadir 309,24 €
Casablanca 419,35 €
El Jadida 477,39 €
Fès 382,26 €
Kénitra 516,61 €
Khouribga 328,75 €
Marrakech 340,42 €
Meknès 290,91 €
Nador 417,71 €
Ouarzazate 257,35 €
Oujda 304,73 €
Rabat 454,97 €
Safi 335,66 €
Settat 717,01 €
Sidi Slimane 706,31 €
Tanger 353,18 €
Taounate 328,75 €
Tetouan 283,15 €

 

Contrairement à ce que l’on a pu voir dans les autres pays, les villes les plus importantes n’offrent pas toujours les salaires les plus élevés. C’est ce que nous pouvons voir avec Rabat, Casablanca, Marrakech ou Fès.

Lire aussi : Le salaire moyen en Thaïlande

D’importantes inégalités de salaires au Maroc

Les inégalités sont plus importantes qu’il n’y paraît. Si nous prenons en compte le salaire médian de 2017, celui-ci s’élève à 2 712MAD/mois (254€) contre les 5 120MAD/mois (480€) du salaire moyen de la même année. À l’époque, déjà, nous pouvions constater que 39% des salariés déclarés auprès de la CNSS percevaient un salaire inférieur au SMIG qui était de 2 566MAD/mois (242€) alors que l’indice des prix à la consommation a connu une hausse de 2,2%.

Plus récemment, en 2019, seuls 14% des salariés du domaine privé percevaient un salaire égal ou supérieur à 6 000MAD/mois (563€) et seulement 6,8% gagnaient plus de 10 000MAD par mois (941€). Ces salaires importants étaient ceux des individus qui travaillaient notamment dans le domaine financier, l’informatique, la communication et les assurances.

Dans le même temps, 30% des fonctionnaires affichaient un salaire mensuel compris entre 6 000 et 8 000MAD/mois. Il est important de noter qu’ils bénéficiaient en plus d’une couverture santé et étaient affiliés à un système de retraite.

Au Maroc, 79% de la population active n’est affiliée à aucun système de retraite et 75% des travailleurs ne bénéficient d’aucune couverture sociale. D’autre part, les femmes sont plus touchées par les inégalités, 45% des femmes percevaient moins que le SMIG contre 35% des hommes.

 

L’évolution du salaire minimum au Maroc

Pour y remédier, depuis le 1er janvier 2020, le SMIG mensuel qui englobe le secteur de l’industrie, du commerce et des professions libérales, s’élève désormais à 2 698MAD/mois (253€) contre un SMIG mensuel de 3 300MAD/mois (309,94€) pour la fonction publique. En ce qui concerne les activités agricoles, le SMAG (salaire minimum agricole garanti) est de 73,22MAD/jour soit 1 830MAD/mois (172€). Cette revalorisation a pour but d’améliorer les conditions de vie des acteurs du secteur privé suite à l’accord du dialogue social signé le 25 avril 2019.

Cependant, le montant actuel du SMIG est considéré comme insuffisant selon l’association de protection des consommateurs Unicon. Afin de couvrir les besoins d’une seule personne (frais de santé, transport, loyer et besoins primaires sans frais de divertissement), il faudrait qu’un travailleur perçoive 6 000MAD soit 563€ par mois. Pour une famille de quatre personnes, logeant au sein de la capitale Rabat, 15 000MAD (1 409€) sont nécessaires pour couvrir l’ensemble des besoins du ménage, sans compter le loyer !

Selon Bank Al Magrhib, le SMIG est trop faible pour permettre aux ménages d’épargner, au vu du stock des impayés des particuliers qui s’élève à 23 milliards de dinars marocains soit 2,1 milliards d’euros.

 

Les secteurs et métiers qui recrutent au Maroc

Les secteurs d’activité

Selon le portail de l’emploi au Maroc qui n’est autre que ReKrute.com, les deux secteurs d’activité qui recrutent le plus ces dernières années sont l’IT et le secteur du call center. Par ailleurs, les profils les plus recrutés sont majoritairement des bac+4 et des bac+5.

En ce qui concerne les technologies de l’information, les recruteurs deviennent de plus en plus exigeants en termes de niveau d’études et d’expériences. En sachant que les spécialisations informatique-électronique, internet-multimédia et télécoms-réseaux sont les plus recherchées. À savoir que tu auras plus de chances d’être recruté si tu justifies au minimum de trois ans d’expérience !

 

Les métiers

En 2019, le Maroc recherchait principalement des profils pour les domaines d’activités suivants :

  • Production, qualité, sécurité, maintenance
  • Commercial, vente, export
  • Informatique, électronique
  • Gestion, comptabilité, finance

À savoir :

  • La population locale sera toujours privilégiée dans le recrutement.
  • Selon France Diplomatie, près de 53 824 français sont enregistrés au consulat.