Après le départ de José Milano, en octobre 2019, KEDGE BS a mis plusieurs mois avant de trouver son nouveau Directeur Général. C’est lors d’une conférence de presse, ce mercredi 10 juin, que l’école a dévoilé le nom de son successeur. Pour rappel, José Milano avait quitté la business school pour rejoindre le groupe INSEEC U.

 

C’est donc Alexandre de Navailles, PDG de Hertz France qui devient le nouveau Directeur Général de KEDGE BS. Il est diplômé d’une Maîtrise en sciences de gestion de l’Université Paris-Dauphine et a commencé sa carrière chez UBS (une banque suisse). En 2000, il rejoint Hertz France en tant que Directeur du contrôle de gestion, avant de devenir Directeur du pricing en Europe, en 2008, puis Directeur finance Europe en 2012, DG en 2015, puis PDG en 2018. « Je veux me mettre au service des autres », explique le nouveau DG de KEDGE BS. « Le match entre mon projet et KEDGE était parfait. Je n’ai eu aucun doute quand on m’a proposé le job. Je veux faire de KEDGE une marque qui rayonne ! » Il fera son arrivée officielle au sein de l’école le 1er juillet 2020.

Concernant le recrutement d’Alexandre de Navailles, Agnès Grange, présidente de l’école explique : « nous voulions quelqu’un qui soit en mesure de pratiquer le business, un profil international, porteur des valeurs d’une entreprise à mission, ce qu’est KEDGE. Nous souhaitions aussi quelqu’un qui soit porteur des valeurs de l’éducation. On voulait quelqu’un qui était DG par le passé et qui avait l’expérience de la gestion de structures à la gouvernance complexes, quelqu’un qui avait une solide expérience en B2B et B2C. »

Il est important de noter qu’Alexandre de Navailles n’a pas d’expérience dans le monde de l’éducation ou l’univers des business schools, ce à quoi il répond, avec humour, : « j’ai travaillé 23 ans chez Hertz et je n’y connais rien en voiture. »

 

KEDGE BS face à la crise du coronavirus

Agnès Grange a profité de l’occasion pour évoquer la façon dont l’école a géré la crise. Dès le 26 février, l’école avait arrêté les déplacements vers les zones les plus touchées ; à l’époque, l’Asie. Dès le 11 mars, une cellule de crise quotidienne a été mise en place au sein de KEDGE BS qui a fait rentrer plus de 600 étudiants en France. En outre, la mise en place d’une cellule Wellness, mobilisant le centre bien-être de l’établissement, a accompagné les étudiants pendant la crise. KEDGE BS a également débloqué 100 000€ pour aider ses élèves.

La business school a par ailleurs assuré la continuité pédagogique, après une semaine de pause, donnant près de 8000 sessions de cours en ligne. Les examens se sont déroulés sur 5 semaines : près de 178 sessions d’examens en ligne, avec la mise en place d’une enquête de satisfaction pour les étudiants.

Les étudiants en stage ont pu accéder à un job dating virtuel pour retrouver une entreprise, une fois la crise passée. De son côté, la formation continue, notamment le volet séminaires sur mesure, a été fortement impactée par la crise. KEDGE BS a donc proposé des solutions virtuelles. Elle travaille également sur la réouverture progressive de ses campus, dans le respect des règles sanitaires.

Concernant les échanges internationaux, ceux-ci ne sont pas annulés, mais les étudiants suivront des cours à distance provenant de leur université d’accueil. Trois scenarii sont envisagés pour la rentrée : 100% présentiel, mix présentiel-distanciel ou 100% distanciel. En outre, la rentrée des différents programmes de KEDGE est décalée, s’étalant d’octobre à janvier 2021. L’école privilégiera l’accès au campus des primo-entrants, en septembre 2020.

Lire aussi : À quoi ressemblera la rentrée à KEDGE BS ?