Comment intégrer le fameux Big Four des cabinets d’audit et de conseil ? Que faut-il savoir pour réussir le processus de sélection ? Business Cool vous propose d’en savoir plus avec les mieux placés : ceux qui les ont déjà intégrés. Cet article marque le quatrième et dernier de nos volets sur le sujet. Prêts ? On termine ainsi notre recherche avec Nicolas, stagiaire chez Deloitte, qui nous a fait le plaisir de répondre à nos questions ! 

 

Salut Nicolas ! Tout d’abord, pour commencer l’interview, est-ce que tu peux présenter ton parcours en quelques mots à nos lecteurs ?

DeloitteSalut à tous ! Je suis originaire du bassin d’Arcachon où j’y ai fait mes études à l’IUT Bordeaux Montesquieu, en préparant un DUT GEA. Cette formation a l’avantage d’inclure deux stages que j’ai réalisés au sein du département finance du groupe Fayat et de l’agence Stéphane Plaza Bordeaux Sud, dans le cadre de son lancement.

En quête de voyage et afin de parfaire mon anglais, j’ai vécu une année au pair à Norwich, dans l’est de l’Angleterre. J’ai ensuite intégré le Programme Grande Ecole de Kedge Business School et, par la même occasion, sa Junior-Entreprise : AMS Conseil. En tant que trésorier, j’y ai vécu expérience d’un an et demi qui fut très enrichissante puisqu’elle m’a permis de me familiariser avec la comptabilité et les tableaux de suivi, tout en vivant une expérience riche humainement !

Enfin, dans le cadre d’une année de césure, j’ai réalisé un premier stage de six mois chez Amundi, dans le département Private Equity / Real Estate. Je suis actuellement en stage chez Deloitte au Luxembourg.

 

Est-ce que tu peux nous parler plus en détails du sujet qui nous intéresse aujourd’hui : le processus de recrutement chez Deloitte ? Comment se déroule-t-il en audit ?

L’assessment day est une longue journée mais elle est très enrichissante. A 9h00, on est accueilli par le service RH avec l’ensemble des participants. Après une présentation de 30 minutes de Deloitte, il y a un jeu de rôle où chacun doit se présenter de façon ludique afin de détendre l’atmosphère. Vient ensuite le premier workshop de la journée où l’on doit créer, en équipen un event pour l’intégralité des salariés de Deloitte. Cela a pour but de tester la capacité à s’intégrer et à travailler en équipe et à utiliser les différents documents dont on dispose, puis, dans un deuxième temps, à évaluer la faculté à communiquer et présenter un projet en anglais.

Vers 11h, un test de 45 min sur iPad est proposé aux participants. Il est composé de questions de comptabilité, de finance et également quelques questions juridiques sur le droit luxembourgeois. Les questions ne sont pas très difficiles mais il faut se préparer au préalable sur les différents sujets pour le réussir au mieux.

Après une pause déjeuner où l’on mange avec des seniors et des RH afin d’échanger de façon moins formelle, débutent, à 14h, les entretiens avec les managers. Ils durent une heure et se découpent en deux parties. Dans un premier temps, le manager va tester votre motivation avec des questions d’entretiens classiques. Puis, dans un second temps, le manager va revenir sur les erreurs commises dans le test réalisé le matin. Ils vont vous pousser à comprendre vos erreurs et tester votre capacité à raisonner en vous guidant plus ou moins vers la bonne réponse.

Enfin, une fois que tous les candidats ont passé leur entretien avec le manager, on est convoqué pour un second entretien. Si le premier entretien s’est révélé concluant et que l’on est sélectionné pour intégrer Deloitte, on va pouvoir échanger avec un partner pendant 15 min. Si notre profil n’a pas été retenu, on rencontre un membre des RH afin de comprendre pourquoi l’on n’a pas été retenu et ainsi mieux se préparer pour les futurs entretiens en audit ou dans tout autre domaine.

 

Comment as-tu vécu cette sélection ?

Pour ma part, n’étant pas disponible pour assister à l’assessment day, j’ai effectué mes entretiens par Skype. Après un premier échange téléphonique avec une RH pour s’assurer que le profil corresponde, j’ai ainsi réalisé deux entretiens consécutifs par Skype d’une durée d’une heure chacun.

Le premier était un échange avec un membre de l’équipe RH, permettant de présenter notamment son parcours et ses expériences. Il s’agit d’un entretien de motivation assez classique où il faut être prêt pour des questions typiques comme « Pourquoi l’audit ? », « Pourquoi Deloitte ? », « Où te vois-tu dans 10 ans ? ». C’est également le bon moment pour poser toutes les questions que l’on se pose et en apprendre davantage sur le rôle, la position d’un stagiaire au sein de l’entreprise ou encore la ville dans laquelle on postule.

Le second entretien est un entretien plus technique avec un manager. Il faut savoir que ce ne sera pas forcément le manager du secteur dans lequel vous postulez puisque la répartition des stagiaires dans les différents secteurs est faite après les entretiens. Pour ceux n’ayant que peu d’expérience en comptabilité, ne paniquez pas, le manager va surtout chercher à tester votre réflexion et votre capacité à rebondir et n’attend pas une connaissance parfaite des principes de la comptabilité.

 

Une fois recruté et intégré aux équipes de Deloitte, comment vis-tu ce début de stage ? Y a-t-il une différence entre l’image que tu avais de l’entreprise au premier abord et ce que tu vis au quotidien ?

Dès mon arrivée, j’ai bénéficié d’une formation sur trois jours avec les autres stagiaires en audit. Nous devons assimiler une importante quantité d’informations nouvelles, en peu de temps, mais cela permet de mieux se situer dans l’organisation du département et de comprendre le déroulement d’un audit. J’ai ensuite été directement affilié à une mission où j’ai pu être formé et guidé par les différents membres de l’équipe. On peut se sentir un peu perdu au départ, car on ne comprend pas toujours la réflexion derrière le travail qu’on nous demande de produire, mais, en étant proactif et en posant les bonnes questions, on comprend rapidement et on gagne ainsi en efficacité.

L’un des avantages de travailler dans un Big Four est que l’on bénéficie d’outils internes de qualité qui facilitent le travail et les échanges entre membres de l’équipe ou avec les clients. Cela permet donc un gain de temps conséquent et facilite les échanges et les éventuelles évolutions dans le monde entier puisque l’on travaille avec les mêmes outils et les mêmes méthodes.

Personnellement, j’avais quelques craintes sur le poids du système hiérarchique et l’esprit de compétition entre les différents membres du département audit. Mes craintes se sont finalement vite envolées, car, bien que le travail demande exigence et réactivité, l’ambiance de travail est bonne et les échanges sont nombreux entre les collaborateurs. De plus, la plupart des juniors, séniors ou managers sont passés par des stages et savent ce qu’est une première expérience en audit. Même en période de très forte activité, ils prennent le temps de nous éclairer et de répondre à nos questions.

 

Pour terminer, as-tu un conseil ou un petit mot à adresser à nos lecteurs ?

Plus que les formations et les expériences, les recruteurs s’intéressent davantage à la personnalité et à la capacité à s’adapter aux exigences de l’audit. Prouvez-leur que vous disposez des aptitudes nécessaires, que vous avez une forte envie de progresser dans ce métier intense et riche en apprentissage et tout devrait bien se passer.

Enfin, si certains d’entre vous ont des questions, n’hésitez pas à me contacter sur mon profil Linkedin.

 

Lire aussi : Le parcours de Melvine, stagiaire chez KPMG.