lundi, juin 21, 2021
AccueilActuActu écolesLes grands projets d’Olivier Maillard, DG de l’ESDES

Les grands projets d’Olivier Maillard, DG de l’ESDES

Créée en 1987 par l’Université Catholique de Lyon (UCLy), l’ESDES (École Supérieure pour le Développement Économique et Social) accélère son développement ses dernières années, sous l’impulsion d’Olivier Maillard, qui est maintenant à la tête de l’établissement depuis 5 ans. Le directeur de l’institution répond à nos questions et nous présente son plan stratégique et ses projets pour 2025.

 

L’ESDES en bref

Comment définiriez-vous l’ESDES ?

Quand elle a été créée dans les années 80, l’objectif de l’ESDES était de réconcilier l’efficacité économique et l’impératif social. Notre ambition : former des managers responsables. La RSE est le fil rouge de l’école. Cela se matérialise avec le programme Sollicity qui est une mission sociale, solidaire et citoyenne effectuée par les étudiants. C’est une condition de diplomation.

L’autre dimension importante au sein de l’école, c’est l’hybridation. Nous profitons de notre présence au sein de l’UCLy pour proposer des doubles spécialisations en biotechnologie et management ou en droit et en management.

Aujourd’hui, l’ESDES, c’est deux bachelors, dont un spécialisé en droit et management dispensé sur notre nouveau campus d’Annecy, et un Programme Grande École. C’est aussi 1 500 étudiants, dont 500 en alternance, 12% d’élèves internationaux, 40 enseignants-chercheurs, dont 70% d’étrangers.

 

L’actu de l’ESDES

Comme vous l’indiquiez, vous venez d’ouvrir un campus en Haute-Savoie, à Annecy. Pourquoi ce choix ?

Nous avons suivi l’UCLy qui a installé une faculté de droit avec laquelle nous proposons notre bachelor droit-management. Notre ambition est de mailler le territoire Auvergne-Rhône-Alpes qui est une région énorme et très dense. Nous voulions aussi avoir cette proximité avec la Suisse et utiliser Annecy comme un hub d’étudiants d’Europe centrale et du nord.

C’est aussi notre première expatriation hors de Lyon et cela doit préfigurer un troisième campus à l’international sur des zones comme l’Amérique latine ou l’Afrique subsaharienne. Nous sommes à la recherche des territoires à forte empreinte catholique dans lesquels ne se trouvent pas encore de business schools. Un de nos quatre objectifs stratégiques pour 2025 est de devenir une école multi-campus.

 

La nouvelle stratégie de l’ESDES

Justement, quelles sont vos ambitions pour 2025 ?

Nous avons des objectifs chiffrés qui sont de passer de 1 500 étudiants à 2 500, avec 20% d’internationaux. Nous souhaitons également assoir notre place de référent en matière de management responsable. Ainsi, notre stratégie se découpe en quatre axes. Le premier est le renforcement de la dimension RSE au sein de l’école. Cela passe par des ambitions importantes en matière de recherche. Nous souhaitons recruter 25 nouveaux enseignants-chercheurs, en insistant sur les internationaux. Notre volonté est que 60% des productions soient consacrées à la recherche en matière de RSE d’ici 2025. Nous voulons aussi former des managers responsables en passant par l’hybridation des parcours et donner la possibilité de se former aux sciences de l’ingénieurs ou de faire du coding avec l’école 42.

Le deuxième axe porte sur l’expérience étudiante. Nous misons déjà sur l’international. Auparavant, les étudiants devaient choisir entre alternance et expérience à l’étranger. Désormais, nous leur donnons la possibilité de réaliser les deux ! Nous nous dirigeons également vers une individualisation des parcours en ouvrant de nouveaux tracks pour leur permettre d’avoir des formations pointues en sport ou en entrepreneuriat, par exemple.

Notre troisième ambition est de devenir une école multi-campus. Nous souhaitons accueillir 500 étudiants sur le campus d’Annecy d’ici 2025. Nous comptons également ouvrir un troisième campus à l’international qui permettra d’attirer des étudiants internationaux et d’atteindre notre objectif de 20% d’élèves étrangers. Il sera aussi un lieu de mobilité pour nos étudiants français. Concernant la localisation de ce campus, le Chili nous intéresse particulièrement, car le pays compte une belle croissance économique. Le niveau de vie y progresse vite. Nous nous laissons encore l’année 2021 pour roder notre campus à Annecy, tirer les leçons de ce nouveau campus et affiner le choix de la zone avant d’ouvrir nos futurs locaux pour la rentrée 2023.

Le dernier axe porte sur le digital. Nous souhaitons construire un environnement éducatif digital et responsable. Nous voulons former et sensibiliser nos étudiants aux problématiques liées au travail à distance, à la question que cela pose sur la séparation entre vie professionnelle et vie personnelle, mais aussi aux sujets liés à la consommation énergétique liée à l’utilisation de serveurs, par exemple.

 

Vous misez beaucoup sur l’international. L’ESDES a un modèle particulier, puisqu’elle fait partie intégrante d’une université. Est-ce un atout à l’étranger ?

À l’étranger, les candidats ne comprennent pas toujours comment une business school peut exister hors d’une université, ni même le système de prépas. Le fait d’avoir des accréditations est rassurant, tout comme la présence d’une école de commerce au sein d’une université. Nous aimerions miser davantage sur cet atout. Nous voulons mettre en avant la marque UCLy et les particularités de l’ESDES à l’international.

 

Quels sont justement vos objectifs en termes d’accréditations ?

Nous avons obtenu EPAS et nous aurons la visite d’AACSB en 2021. L’idée est de valider cette première étape puis d’obtenir EQUIS. Aujourd’hui, nous avons les moyens de prétendre à ces accréditations.

 

Quid des classements ?

Nous souhaitons consolider notre place de référence en matière d’enseignement responsable. L’objectif est d’intégrer le FT dès 2023. Nous y serons éligibles si nous obtenons AACSB. Nous pourrons ainsi mettre en avant la diversité au sein de l’école puisque 60% de nos enseignants sont des femmes, le COMEX est également majoritairement féminin. Concernant les classements nationaux, nous sommes bloqués à la 30e place, mais l’objectif est d’atteindre le top 25.

Abonne-toi !

38,830FansJ'aime
11,000SuiveursSuivre
2,555SuiveursSuivre
2,340AbonnésS'abonner

Related News