Dans quelle école de commerce étudies-tu actuellement ?

Après un Bachelor en École Gestion et Commerce dans la Drôme, j’ai choisi de passer le concours passerelle afin d’intégrer Burgundy School of Business (BSB) pour sa proximité avec les élèves et sa Wine & Spirit School of Business.

Lire aussi : Parole de stage #6 – Aurélien (Toulouse Business School) – Mitsubishi FUSO

 

Comment as-tu trouvé le stage ?

Je voulais absolument un stage à l’étranger, je ne savais pas comment m’y prendre. J’ai commencé par démarcher des domaines à l’étranger, des importateurs, mais je n’ai pas eu beaucoup de retours. Puis un soir, j’ai remarqué une annonce pour un domaine viticole en Afrique du Sud sur le groupe de BSB. J’ai postulé, le lendemain on me contactait pour un entretien.

 

Pourquoi ce domaine bien spécifique de la viticulture ?

J’ai choisi BSB car elle propose un double diplôme Wine Management. Afin de mettre toutes les chances de mon côté pour intégrer le programme, j’ai orienté mon année de césure sur ce secteur en commençant par six mois de stage au sein de Ferraton Père & Fils à Tain-l’Hermitage.

C’est un domaine qui m’attire pour son renouveau, chaque vin est différent. Également pour la convivialité que ce produit apporte quand on en parle. C’est un produit international, pour lequel les Français sont reconnus.

 

As-tu une journée « type » ?

Il faut savoir qu’un stage chez Marianne Wine Estate a pour maître mot la FLEXIBILITÉ. En effet, j’ai plusieurs casquettes. Je suis ici avant tout comme wine advisor en Tasting Room, notamment pour les clients français. Je m’occupe également du marketing événementiel et de la communication. Marianne Wine Estate possède également des chambres d’hôtes et il m’arrive de travailler pour la Guest House. Ce que j’apprécie dans ce stage, c’est que chaque stagiaire qui passe à Marianne laisse une trace de son passage par une nouveauté, un lancement de produit ou bien tout autre chose. On a la possibilité de réaliser nos idées, ce qui nous permet d’être créatifs et responsables.

 

Cela t’a-t-il donné des idées pour la suite de ta carrière ?

Oui, carrément ! Aujourd’hui, j’ai enfin un fil conducteur pour mon avenir. J’ai hâte d’intégrer le programme Wine Management pour en apprendre davantage, mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes dans ce domaine. Travailler en Afrique du Sud a été une de mes plus belles opportunités et j’espère pouvoir découvrir d’autres pays producteurs de vin à l’avenir.

 

Que peux-tu dire de la vie en Afrique du Sud?

L’Afrique du Sud est un pays magnifique avec un passé très difficile. Bien que l’apartheid soit terminé, il va falloir des années avant que les différences entre les communautés disparaissent.

Durant mon expérience, s’il y a bien une chose qui m’a marquée, ce sont les restrictions d’eau et d’électricité du pays. En effet, vous pouvez vous réveiller un matin et ne pas avoir d’eau pour vous doucher. À ce moment-là, vous vous dites que vous pouvez faire sans, bien sûr, mais est-ce que les clients peuvent le comprendre ? Pas vraiment, et allez leur expliquer pourquoi dans une Guest House 4 étoiles, c’est encore possible de ne pas avoir d’eau en 2019 ! La pénurie d’eau est toujours d’actualité en Afrique du Sud, surtout sur la région du Cap, et parfois l’État coupe l’eau de certaines villes pour la partager avec d’autres.

 

Les pratiques en termes de management ou de marketing sont-elles différentes dans le domaine viticole ? Si oui, pourquoi ?

En ce qui concerne le marketing dans le milieu du vin et des spiritueux, les pratiques sont différentes. Par exemple, vous êtes directement mis dans le bain au moment de descendre de l’avion quand vous remarquez que le couloir de l’aéroport est tapissé de publicités concernant les domaines viticoles sud-africains, chose qu’on ne voit absolument pas en France étant donné que c’est interdit de communiquer sur l’alcool.

Le management en Afrique du Sud est centré sur le relationnel, le respect envers chacun. Il y a une forte implication du manager dans tous les projets. Chaque service s’entraide. Je vous parlais des coupures d’eau et d’électricité, on a passé un week-end sans eau et sans électricité récemment, nous avons fermé la Tasting Room et nous sommes tous allés aider la Guest House afin de préparer les petits déjeuners des guests, faire leur chambre, trouver des solutions pour laver des draps, etc.

Chacun a fait preuve de réactivité, surtout les managers de la Guest House et de la Tasting Room.

Pour finir, j’aimerais remercier Soline Lippe De Thoisy, Emilie Caner, Cisca Louw et toute la #MarianneDreamTeam pour leur accueil, leur gentillesse et cette expérience inoubliable. Merci à Business Cool de me permettre de partager cette expérience, j’espère que cela donnera des idées aux étudiants qui la liront.

Abonne-toi à la newsletter

*
indicates required