Alors qu’il a pris la tête d’emlyon business school le 1er avril 2019, succédant à Bernard Belletante, Tawhid Chtioui devrait quitter ses fonctions. Selon les informations d’AEF Info, le fonds Qualium, actionnaire majoritaire de l’école, la CCI et l’actuel DG seraient en négociation pour préparer son départ.

 

Tawhid Chtioui devrait donc quitter son poste de DG d’emlyon business school en janvier 2020. Si l’information dévoilée par AEF Info se confirme, le successeur de Bernard Belletante n’aura effectué que neuf mois à la tête de l’établissement. Actuellement, le fonds Qualium Investissement, la CCI Lyon Métrpôle et même Bpifrance négocient avec le DG pour poser les conditions de ce départ qui serait souhaité par toutes les parties.

 

Les raisons du départ de Tawhid Chtioui

Toujours selon les informations d’AEF Info, la principale raison de ce départ serait le manque d’expérience de Tawhid Chtioui qui n’aurait pas réussi à stabiliser l’école. Le DG est arrivé à un moment charnière pour emlyon business school qui se transformait en SA et qui voyait l’entrée au capital d’investisseurs privés. Il aurait perdu la confiance des administrateurs, mais surtout du fonds Qualium qui le soutenait pourtant depuis le début.

En interne, le nouveau DG n’est pas totalement accepté non plus. À la rentrée 2019, Bruno Bonnell, qui était encore président du conseil de surveillance, reprochait à Tawhid Chtioui de parfois prendre le pas sur son rôle dans la gestion de l’établissement, mais aussi de faire des annonces qui n’étaient pas encore validées par les instances de l’école.

Depuis plusieurs mois, certains administrateurs s’inquiétaient de la direction que prenait le DG, abandonnant des axes forts de la stratégie d’emlyon business school comme la fermeture du bâtiment Silex ou la digitalisation. Des audits ont été lancés en interne, mais ils auraient été effectués dans un « climat délétère », selon les informations d’AEF Info.

 

Des départs en cascade à emlyon

Cette annonce fait suite à d’autres départs importants de l’établissement. Alors qu’il expliquait vouloir « se consacrer au développement stratégique du groupe » pendant encore cinq ou six ans, Bernard Belletante, figure emblématique de l’école, annonce quitter toutes ses fonctions à emlyon en octobre dernier. Bruno Bonnell a également mis fin à ses fonctions de président du conseil de surveillance de l’école en septembre 2019.

Si ces départs ne s’expliquent pas uniquement par les désaccords entre Tawhid Chtioui et les administrateurs, le courant avait du mal à passer entre les trois hommes, une conséquence de la volonté assumée, du nouveau DG, de prendre un virage marqué par rapport au travail mené par Bernard Belletante, lançant au passage quelques pics, dans la presse, contre son prédécesseur.

emlyon business school a également connu des moments difficiles, comme la convocation devant la CEFDG et le conseil d’éthique du Chapitre des écoles de management en juin. L’établissement était notamment accusé d’avoir allégé les procédures d’AST sans autorisation du ministère. L’école reconnaîtra son erreur, mais cet événement signe le désaveu de Tawhid Chtioui dans l’écosystème des business schools françaises. En effet, le DG avait alors refusé de se présenter devant le Chapitre, ne considérant pas cette instance comme légitime.