La Conférence des Grandes Écoles a dévoilé son baromètre annuel sur l’ouverture sociale des écoles d’ingénieurs et de commerce. Cette année, il met en avant les efforts des établissements pour favoriser la diversité au sein des promotions. Pour l’édition 2019 du baromètre, 97 écoles sur 229 ont répondu à l’appel, parmi lesquelles on trouve 24% de business schools.

 

30 % d’étudiants répondant aux critères sociaux

Aujourd’hui, les établissements membres de la CGE accueillent en moyenne 30% d’ECRS (Étudiants répondants aux critères sociaux). Cette catégorie d’élèves regroupe tous ceux qui bénéficient d’une bourse spécifique ou du CROUS, les apprentis, les étudiants rémunérés ou en contrat de professionnalisation et ceux qui répondent aux critères du CROUS, mais qui ne touchent pas ou plus d’une bourse. Ce chiffre grimpe jusqu’à 31% au sein des écoles de commerce. Cela représente une hausse de trois points en quatre ans.

 

18% d’alternants au sein des Grandes Ecoles

Le taux moyen d’alternants dans les Grandes Écoles de la CGE est de 18% en 2019, ce qui représente une hausse de 7 points par rapport à 2015. Au sein des business schools, les apprentis sont plus nombreux et représentent 24% des effectifs totaux. Cet excellent score, en hausse de treize points en quatre ans. L’alternance est une solution de choix pour insuffler plus de diversité au sein des écoles puisqu’elle supprime le frein des frais de scolarité.

 

52% possèdent une structure dédiée à l’ouverture sociale

Parmi les écoles qui ont répondu à l’enquête de la CGE, près de la moitié dispose d’une structure qui œuvre en faveur d’une plus grande diversité au sein de l’établissement. Les business schools sont en avance sur ce secteur puisque 67% des écoles hébergent déjà une entité dédiée à l’ouverture sociale.

En tout, les écoles allouent en moyenne 300 000€ par an aux programmes promouvant des dispositifs d’égalité des chances ou d’accompagnement durant les études. Cela représente une hausse de 100 000€ en 4 ans.

Parmi les actions phares des établissements, on retrouve les programmes de sensibilisation et d’accompagnement des lycéens et collégiens. Près de 1 400 élèves du secondaire sont tutorés chaque année. 56% des établissements de la CGE optent également pour des dispositifs de recrutement pour favoriser l’admission d’étudiants d’horizons divers.

Enfin, 81% des écoles membres de la Conférence accompagnent les ECRS pendant leurs études. 83% des établissements sensibilisent tous leurs élèves aux questions d’ouverture sociale.

 

54% des étudiants proviennent d’autres formations

La diversité sociale, c’est également le recrutement d’élèves qui sont issus de programmes divers. Ainsi, 46% de ceux qui se forment au sein de Grandes Écoles (tous secteurs confondus) sortent des classes préparatoires. Les 54% restants proviennent d’autres formations (dont 14% de l’université et 14% de DUT et BTS).

 

260 000€ de bourses distribuées

260 000€, c’est le montant que dépense en moyenne une école chaque année pour l’attribution de bourses sur critères sociaux, sans compter les bourses du CROUS ou les bourses de mobilité et d’excellence. En cinq ans, cette somme a augmenté de 60 000€.

 

Lire aussi : les annonces de rentrée du Chapitre des Écoles de management.

 

Ouverture sociale des Grandes Écoles : quelles perspectives ?

Aujourd’hui, cette question est centrale au sein des établissements membres de la CGE. 87% d’entre elles considèrent qu’il s’agit d’un enjeu pédagogique fort. Cela passe par la sensibilisation de tous les élèves à ces problématiques, mais aussi par la reconnaissance de l’engagement des étudiants. Ainsi 49% d’entre eux sont aujourd’hui engagés dans des actions sociales reconnues par leur cursus.

La CGE poursuit, avec ses membres, le travail mené depuis des années pour favoriser la diversité. Elle poursuit les travaux entamés sur le recrutement d’étudiants et souhaite renforcer les dispositifs de préparation aux concours d’entrée.  « Les Grandes Écoles, comme les entreprises, ont besoin et envie de diversité ! La CGE a une grande diversité des types d’écoles, des modalités d’accès, des débouchés, des territoires et garantit une Grande École pour chacun. Chaque jeune doit s’entendre dire « une Grande École : pourquoi pas toi ! ». C’est possible, rien n’est joué d’avance. »