dimanche, septembre 27, 2020
Accueil Actu Actu écoles L'EDHEC, future EdTech ?

L’EDHEC, future EdTech ?

À l’heure où l’EDHEC, à travers sa Fondation, vient de toucher près de 100 millions d’euros grâce à la revente de sa filiale Scientific Beta à la Bourse de Singapour, le hasard du calendrier veut qu’EDHEC Online tienne une conférence de presse quelques jours seulement après la grande annonce… avec des pistes de réemploi de cette manne financière !

 

L’EDHEC BS est parti d’un constat simple : la technologie est de plus en plus présente dans le monde de l’éducation. Emmanuel Métais, DG de l’école, a introduit la conférence en prenant l’exemple de sa fille de 7 ans qui apprend la musique à travers une application. “J’ai passé moins de temps sur des tâches rébarbatives avec elle et plus de temps à faire des choses non-rébarbatives, à jouer de l’instrument, etc.

Le marché de la EdTech est en pleine ébullition : les levées de fonds atteignent des montants records et de plus en plus de startups accèdent au statut de licorne, c’est-à-dire que leur valorisation estimée par les investisseurs excède le milliard de dollars. Ces derniers confié près de 7 milliards de dollars aux EdTech l’an passé d’après les données d’Holon IQ.

Bien évidemment, les Grandes Ecoles prennent très au sérieux la nécessaire adaptation de leurs cursus à l’enseignement distanciel. Cette tendance n’a pas échappé à Emmanuel Métais. “On estime que l’éducation online représente un marché de 100 milliards de dollars dans le monde, avec une croissance annuelle qui atteint 30%. C’est une industrie gigantesque qui est en train de nous impacter et de transformer nos écoles. Les gouvernements successifs encouragent le développement de l’enseignement en ligne. […] Il y a 165 millions d’enfants qui ne sont pas scolarisés et la scolarisation à distance permet de combler ces carences.

 

L’EDHEC BS et la culture de la formation en ligne

De plus en plus, l’EDHEC BS introduit du distanciel et du online pour permettre aux étudiants de se former à distance. Plus que la pédagogie, Emmanuel Métais est conscient du caractère transversal du numérique qui transforme toutes les composantes de l’école. “Le online touche aussi bien la recherche et la manière dont on fait la recherche que l’internationalisation de l’école. L’enjeu, aujourd’hui, est de bien maîtriser la data.”

C’est pourquoi, il y a un an et forte de ses 15 ans d’expérience dans l’enseignement à distance, l’école a lancé l’EDHEC Online, une entité indépendante au sein de l’école qui propose des diplômés entièrement en ligne. “L’idée était de faire le Tesla du online, quelque chose d’innovant, de puissant et nous sommes en avance sur notre business plan”, explique Benoît Arnaud, Directeur de l’EDHEC Online. Près d’une vingtaine de collaborateurs évoluent aujourd’hui au sein de la structure, dont les investissements demeurent confidentiels. 

 

Le succès de l’EDHEC Online

Aujourd’hui, le dispositif séduit de nombreux étudiants à travers le globe, avec près de 800 demandes par mois. Les étudiants en ligne sont majoritairement des utilisateurs éloignés d’une business school, des expatriés qui souhaitent se former avant de revenir en France ou des salariés qui n’ont pas la possibilité de se déplacer physiquement à l’école. “Les participants à nos programmes sont surtout des jeunes qui souhaitent progresser ou découvrir de nouveaux métiers. C’est pourquoi, au sein du bachelor, nous comptons proposer plusieurs tracks. Nous venons tout juste d’en lancer un dédié au retail marketing”, précise Stefan Crisan, Directeur des opérations de l’EDHEC Online. « Volonté stratégique de ne pas dépendre de ces plateformes afin de se placer parmi les agrégateurs. Volonté de contrôler la chaîne de valeur. Nous avons mis beaucoup de temps d’aller sur Coursera et edX, Le jour où elles créerons leurs diplômes, on se fera manger tout cru. Nous devons poursuivre le mouvement de plateformisation avec nos moyens et notre approche pédagogique.« 

Contrairement à d’autres écoles qui utilisent des plateformes et prestataires tiers comme Harvard, Yale et Stanford avec l’américain 2U, l’EDHEC a opéré le choix stratégique d’internaliser la création de plateformes : “Nous avons la volonté stratégique de ne pas dépendre de ces plateformes en tant que simple fournisseur de contenus afin de se placer aussi parmi les agrégateurs […] afin de contrôler la chaîne de valeur. Alors que toutes les écoles se jettaient dessus, nous avons préféré prendre du recul.” Interrogé sur la possibilité, à terme, de rendre ce service accessible à d’autres types établissements (écoles d’ingénieurs, écoles de design, etc.), Emmanuel Métais répond qu’il s’agit d’une opportunité à moyen-long terme.

Les utilisateurs bénéficient même des cours proposés par les écoles de l’alliance FOME, dans laquelle on retrouve l’Imperial College, l’EDHEC BS ou encore Singapore Management University. “En un clic, je peux facilement récupérer un cours de management de la data proposé par Imperial College”, se réjouit Benoît Arnaud. L’école préfère une approche asynchrone, en comparaison à 2U.

Globalement, l’EDHEC BS tire un bilan plutôt positif de ce nouveau dispositif. Les professeurs sont emballés par l’apprentissage en ligne. L’école compte 250 étudiants sur sa plateforme et en vise 1000 d’ici 2025. Parmi les diplômes proposés : un BBA, qui est majoritairement destiné aux sportifs de haut niveau, un BSc à 8 900€ l’année, mais également des programmes RNCP de niveau 1, délivrant des diplômes équivalents au Master 1 en management, à 14 900€ l’année.

Sur le plan financier, Benoît Arnaud explique que “l’EDHEC Online représente un effort substantiel pour la maison, mais nous espérons peser 10% du CA du groupe, à terme. Nous pourrions faire plus, mais nous préférons avancer lentement. Nous ne nous précipitons pas à ouvrir des programmes de manière massive, on reste très sélectifs. C’est ce qui fait que 97% des étudiants vont au bout du diplôme.

 

L’avenir de l’EDHEC Online

L’EDHEC imagine l’avenir de sa plateforme avec notamment un meilleur aménagement du temps, au travers des outils de micro learning. L’école insiste également sur la dimension sociale du projet, en animant des activités et en s’appuyant sur des outils de vidéoconférence plus poussés. Enfin, l’établissement souhaite automatiser le suivi des étudiants et la communication avec les directeurs de programmes pour ceux dont le niveau est plus faible.

 

L’EDHEC et l’IA dans l’éducation

L’école souhaite lancer un laboratoire de la pédagogie, pour trouver de nouvelles manières d’apprendre. Elle va également travailler avec l’Imperial College BS pour développer des outils d’intelligence artificielle afin de mieux comprendre comment les étudiants apprennent. “Quand on fait de l’apprentissage en ligne, on récolte des données qu’on ne peut pas capter lors d’un cours en présentiel. Cela nous permet d’avoir un aperçu de ce qui fonctionne ou non. Nous pouvons ainsi améliorer l’apprentissage et la pédagogie, de manière continue”, observe David Lefevre, Directeur du edTech Lab de l’Imperial College BS.

L’Imperical College BS a développé une forte expertise dans l’IA. L’edTech Lab a notamment développé un tuteur en IA, sous la forme d’un chatbot. Elle s’est également appuyée de ses outils pour mieux comprendre le comportement des apprenants et a isolé quatre catégories d’étudiants : les early birds, qui prennent de l’avance sur les cours, les well behave, qui suivent le cours à la règle, les sporadics, qui sont plutôt imprévisibles et ceux qui étudient à la dernière minute.

 

Must Read

COVID-19 : HEC Paris ferme son campus et passe au 100% distanciel

L'ARS a pris la décision de fermer le campus de HEC Paris face à la reprise de l'épidémie du COVID-19. L'école bascule ses cours à distance.

Montpellier Business School change de nom

Pour la rentrée, Montpellier Business School a décidé de changer de nom et d'identité de marque. L'objectif ? Séduire à l'international !

Paris School of Business (PSB) présente son nouveau logo

En cette rentrée 2020, Paris School of Business (PSB) a dévoilé son nouveau positionnement stratégique et son nouveau logo.

Le classement des meilleurs PGE dans le monde en 2021 selon QS

Découvre les business schools qui font partie du classement des meilleurs Programmes Grande École en 2021 selon QS.

Related News

COVID-19 : HEC Paris ferme son campus et passe au 100% distanciel

L'ARS a pris la décision de fermer le campus de HEC Paris face à la reprise de l'épidémie du COVID-19. L'école bascule ses cours à distance.

Montpellier Business School change de nom

Pour la rentrée, Montpellier Business School a décidé de changer de nom et d'identité de marque. L'objectif ? Séduire à l'international !

Paris School of Business (PSB) présente son nouveau logo

En cette rentrée 2020, Paris School of Business (PSB) a dévoilé son nouveau positionnement stratégique et son nouveau logo.

Le classement des meilleurs PGE dans le monde en 2021 selon QS

Découvre les business schools qui font partie du classement des meilleurs Programmes Grande École en 2021 selon QS.

TBS nomme une nouvelle directrice pour son PGE

Après le départ d'Annabel-Mauve Bonnefous, TBS nomme une nouvelle directrice pour son Programme Grande École.