mardi, avril 20, 2021
Accueil Entreprendre Entrepreneurs inspirants Shilpa Yarlagadda lance à 20 ans une marque de bijoux portée par...

Shilpa Yarlagadda lance à 20 ans une marque de bijoux portée par Michelle Obama

Shilpa Yarlagadda, alors étudiante à Harvard, lance une entreprise de bijoux ayant pour but du soutenir les projets portés par des femmes. Et à la grande surprise de la jeune étudiante, l’entreprise prend son envol et devient un grand succès.

 

Qui est Shilpa Yarlagadda, fondatrice de Shiffon ?

Shilpa Yarlagadda a grandi dans la Silicon Valley, plongée dans un environnement entrepreneurial et technologique très fort. Elle annonce avoir vu énormément d’entreprises à succès se lancer, mais très peu de projets portés par des femmes.

Étudiante à Harvard, elle se lance dans l’aventure entrepreneuriale avec quelques amis en 2017 et lance sa marque de bijoux, Shiffon. Depuis le lancement de sa start-up, Yarlagadda jongle entre ses cours et la gestion d’une entreprise dont le secteur est totalement nouveau pour elle. Elle a pris une année sabbatique à Harvard pour se consacrer à son projet. Elle s’est rendu au Massachusetts Institute of Technology et a sollicité l’aide des professeurs pour avoir accès aux imprimantes 3D de l’école. «Une des secrétaires d’un professeur de science m’a dit que son patron avait réussi à concevoir et à imprimer en 3D la bague de fiançailles de sa femme. J’ai trouvé ça vraiment cool », détaille-t-elle. Yarlagadda se rend par la suite à New York pour visiter le célèbre quartier diamantaire de la ville afin de se familiariser avec l’industrie des bijoux.

Shilpa Yarlagadda reconnaît que tout a commencé par une recherche sur Google «comment fabriquer des bijoux sur WikiHow ». Elle précise à CNBC Make It. : « J’ai commencé à travailler sur Shiffon avec des camarades de classe du lycée et de l’université. C’était un projet passionnant au début, et nous n’avions pas réalisé qu’il se transformerait en une véritable entreprise ».

La jeune étudiante en première année lance son entreprise avec un capital de 25 000 dollars. Elle consacre 20 000 dollars gagné sur Youtube à la création de son projet. Les premières ventes étaient le fruit du hasard ou d’un lien personnel, explique Yarlagadda. Par exemple, elle a vendu une bague à un chauffeur d’Uber qui a entendu son appel téléphonique décrivant le concept de Shiffon.

 

Shiffon : Un projet à visé sociale

Le projet développé par Yarlagadda sort du modèle commercial traditionnel de la bijouterie. Elle vend en effet directement aux consommateurs en ligne mais reverse la moitié de ses bénéfices générés à des entreprises dirigées par des femmes. Son objectif est de rendre les femmes entrepreneuses plus indépendantes financièrement. Elle ne manque pas de rappeler : « La haute Joaillerie a un fort storytelling pour les femmes et mon équipe et moi-même avons pour mission de communiquer quelque chose que nous savons vraiment important pour les jeunes femmes aujourd’hui : l’égalité des sexes »

Depuis le lancement de son projet, Shiffon est devenue un symbole emblématique de la solidarité pour les femmes porteuses de projets. Sa bague la plus connue est portée par de nombreuses célébrités, comme par exemple Michelle Obama, Oprah Winfrey, Cynthia Erivo, Emma Watson, Nicole Kidman et bien d’autres.

Comme Shilpa détaille à Coveteur: « L’égalité des sexes est quelque chose qui m’a toujours tenu à coeur et je voulais faire quelque chose pour supporter les femmes. Dans mon esprit, une entreprise sociale de Haute Joaillerie est le moyen idéal d’avoir un impact et de combler le déficit financier auquel les femmes entrepreneuses font faces. »

 

Une simple bague, avec un grand impact

Aujourd’hui, les bijoux Shiffon se vendent à un prix allant de 155 $ à 1 965 $. Yarlagadda refuse de communiquer les chiffres de son entreprise, mais affirme que la moitié des bénéfices reviennent à l’organisation à but non lucratif de Shiffon, The Startup Girl Foundation, qui investit dans des entreprises pour soutenir les femmes.

La jeune entrepreneuse a investi dans des entreprises allant de l’entreprise de vêtements Sea Star Beachware, dirigée par des femmes, à MobiTicket, un service de billetterie de bus par SMS basé à Niarobi.

« Nous pensions vraiment qu’en raison des marges réalisées sur les bijoux, nous pourrions utiliser ces bénéfices pour faire quelque chose de bien et financer des entreprises dirigées par des femmes – dont nous avons financé 11 », explique Yarlagadda.

Yarlagadda et Chaganti, son associée de 24 ans, proposent également un mentorat aux jeunes entreprises qu’elles financent. Après tout, elles créent leur propre start-up en même temps.

Elle finit par déclarer : « Il est tellement mieux d’avoir son propre succès tout en étant capable d’assurer le succès des autres et cela a été une véritable source d’inspiration pour notre modèle d’entreprise. »

Abonne-toi !

Follow us !

38,657FansJ'aime
10,320SuiveursSuivre
2,188SuiveursSuivre
1,940AbonnésS'abonner

Must Read

emlyon ouvre son nouveau campus en Inde

emlyon a signé ce vendredi 16 avril une convention avec St Xavier's College officialisant son implantation en Inde. Elle y installe un campus qui...

Accélérateur : tout savoir sur les programmes d’Antropia ESSEC

Antropia ESSEC est le premier accélérateur d’entreprises sociales porté par une grande école de commerce. Il a été lancé en 2008 par la Chaire...

Herbert Castéran réélu à la tête de l’EM Strasbourg

Cette semaine se sont déroulées les élections pour désigner le nouveau directeur de l’EM Strasbourg. L’école, qui fait partie intégrante de l’Université de Strasbourg,...

Olivier Goy (October), l’entrepreneur qui révolutionne le prêt

Pour ce nouveau numéro de So Biz, Olivier Goy, fondateur d’October, nous a reçu dans ses locaux pour parler de sa startup, devenue une...

Portrait

Related News

emlyon ouvre son nouveau campus en Inde

emlyon a signé ce vendredi 16 avril une convention avec St Xavier's College officialisant son implantation en Inde. Elle y installe un campus qui...

Accélérateur : tout savoir sur les programmes d’Antropia ESSEC

Antropia ESSEC est le premier accélérateur d’entreprises sociales porté par une grande école de commerce. Il a été lancé en 2008 par la Chaire...

Herbert Castéran réélu à la tête de l’EM Strasbourg

Cette semaine se sont déroulées les élections pour désigner le nouveau directeur de l’EM Strasbourg. L’école, qui fait partie intégrante de l’Université de Strasbourg,...

Olivier Goy (October), l’entrepreneur qui révolutionne le prêt

Pour ce nouveau numéro de So Biz, Olivier Goy, fondateur d’October, nous a reçu dans ses locaux pour parler de sa startup, devenue une...

Prix, épreuves, score : Tout savoir sur le TAGE 2

Le TAGE 2 s'adresse aux candidats de niveau bac à bac+3 désirant intégrer des écoles de commerce sans avoir à passer par la case...