mardi, avril 20, 2021
Accueil Actu Actu business Alphabet Workers Union : Tout savoir sur le premier syndicat chez Google

Alphabet Workers Union : Tout savoir sur le premier syndicat chez Google

Le 4 janvier 2021 marque la création du premier syndicat de salariés de Google : l’Alphabet Workers Union. Il compte aujourd’hui 226 employés qui ont bien l’intention de faire valoir leurs droits et faire bouger les choses.

 

Des conditions de travail injustes à l’origine de la création du premier syndicat de Google

Le climat est assez tendu dans les bureaux de Google depuis quelques mois. L’affaire antitrust dont est accusée Google reste un sujet tabou dont personne n’ose parler. Google est également soupçonné d’espionner ses salariés à l’aide d’une extension Chrome qui donnait la possibilité de les empêcher de se voir en dehors du travail et de se mobiliser, notamment pour lancer un syndicat.

Nous avons eu assez ! » La colère s’est fait sentir chez les salariés de Google. Dans une tribune publiée dans le New York Times, deux salariés à l’origine de cette initiative, Parul Koul et Chewy Shaw, ont annoncé officiellement la création du premier syndicat du grand groupe Tech.

Une initiative peu commune dans le monde de la Tech, qui vient révéler les facettes cachées de l’image renvoyée par Google. Cette décision a pour objectif principal d’améliorer les conditions de travail et de pousser plus loin la réflexion sur le rôle que joue la technologie. Les deux ingénieurs à l’origine de cette initiative annoncent : “Nous espérons créer un processus démocratique pour les salariés afin qu’ils puissent y exercer leur pouvoir, promouvoir la justice sociale, économique et environnementale et mettre fin aux disparités injustes”.

 

Lancement du syndicat Alphabet Workers Union

Le syndicat Alphabet Workers Union sera dirigé par des employés et ouvert à l’ensemble du personnel. Les employés tiennent à ce que tous les collaborateurs (intérimaires, vendeurs, entrepreneurs) de Google, YouTube ou de Waymo puissent l’intégrer. Il est important de noter qu’Alphabet regroupe plus de 130 000 employés dans le monde entier.

Les employés de Google ont annoncé avoir passé un accord avec le grand syndicat Communications Workers of America qui est dédié aux salariés de grandes entreprises technologiques telles que AT&T ou Verizon. Dylan Baker, ingénieur en logiciel chez Google, se félicite de la création d’Alphabet Workers Union. « C’est historique. C’est le premier syndicat dans une grande entreprise de technologie par et pour tous les employés de la technologie. Nous allons élire des représentants, nous prendrons des décisions de manière démocratique, nous paierons des cotisations et nous engagerons des organisateurs qualifiés pour que tous les salariés de Google sachent qu’ils peuvent travailler avec nous s’ils veulent vraiment voir leur entreprise refléter leurs valeurs ».

La mobilisation pour le lancement du syndicat avait commencé il y a un an en secret. Andrew Gainer-Dewar, l’un des ingénieurs de Google à l’origine de cette initiative, a annoncé à CNN Business : « Il fallait s’organiser de manière très discrète. Nous devions penser à tout, comment et quand rencontrer les gens. Il fallait également aborder le sujet avec soin, en réfléchissant vraiment à ce que nous disons et en ne s’adressant qu’aux personnes concernées. Bien que la pandémie ait rendu plus difficile la tenue des réunions en face à face, le passage au travail à distance a, d’une certaine manière, rendu l’organisation plus facile. »

Alphabet Workers Union : Résultat des tensions entre cadres et employés

De nombreux employés de Google ont démissionné de leur poste au moment où Google a commencé à travailler sur des projets controversés comme Dragonfly avec la Chine. Dernièrement, cette tendance est à la hausse suite au lancement d’un nouveau projet militaire. Il s’agit d’une intelligence artificielle capable d’analyser les images des drones du Pentagone

Selon Gizmodo, un document rédigé par quelques personnes ayant quitté l’entreprise fait le tour de l’entreprise. Ces derniers évoquent un manque de transparence et de communication entre les cadres haut placés et les employés. Ce constat est partagé par Parul Koul et Chewy Shaw : « Depuis trop longtemps, des milliers d’employés de Google ont été licenciés injustement par des cadres. Nos patrons ont collaboré avec plusieurs dictatures dans le monde entier. Ils ont développé une technologie d’intelligence artificielle pour le ministère de la Défense. Ils n’ont pas réussi à apporter les changements nécessaires pour résoudre de manière significative les problèmes éthiques que nous avons plusieurs fois soulevés ».

Abonne-toi !

Follow us !

38,657FansJ'aime
10,320SuiveursSuivre
2,188SuiveursSuivre
1,940AbonnésS'abonner

Must Read

emlyon ouvre son nouveau campus en Inde

emlyon a signé ce vendredi 16 avril une convention avec St Xavier's College officialisant son implantation en Inde. Elle y installe un campus qui...

Accélérateur : tout savoir sur les programmes d’Antropia ESSEC

Antropia ESSEC est le premier accélérateur d’entreprises sociales porté par une grande école de commerce. Il a été lancé en 2008 par la Chaire...

Herbert Castéran réélu à la tête de l’EM Strasbourg

Cette semaine se sont déroulées les élections pour désigner le nouveau directeur de l’EM Strasbourg. L’école, qui fait partie intégrante de l’Université de Strasbourg,...

Olivier Goy (October), l’entrepreneur qui révolutionne le prêt

Pour ce nouveau numéro de So Biz, Olivier Goy, fondateur d’October, nous a reçu dans ses locaux pour parler de sa startup, devenue une...

Portrait

Related News

emlyon ouvre son nouveau campus en Inde

emlyon a signé ce vendredi 16 avril une convention avec St Xavier's College officialisant son implantation en Inde. Elle y installe un campus qui...

Accélérateur : tout savoir sur les programmes d’Antropia ESSEC

Antropia ESSEC est le premier accélérateur d’entreprises sociales porté par une grande école de commerce. Il a été lancé en 2008 par la Chaire...

Herbert Castéran réélu à la tête de l’EM Strasbourg

Cette semaine se sont déroulées les élections pour désigner le nouveau directeur de l’EM Strasbourg. L’école, qui fait partie intégrante de l’Université de Strasbourg,...

Olivier Goy (October), l’entrepreneur qui révolutionne le prêt

Pour ce nouveau numéro de So Biz, Olivier Goy, fondateur d’October, nous a reçu dans ses locaux pour parler de sa startup, devenue une...

Prix, épreuves, score : Tout savoir sur le TAGE 2

Le TAGE 2 s'adresse aux candidats de niveau bac à bac+3 désirant intégrer des écoles de commerce sans avoir à passer par la case...