Fonction jadis occupée par Rémy Challe, désormais DG d’EdTech France, le poste de directeur du campus de Paris de l’INSEEC School of Business & Economics sera désormais celui d’Olivier Guyottot.

Le 20 décembre : c’est à cette date qu’Olivier Guyottot intégrera le cénacle des directeurs de campus de l’INSEEC SBE aux côtés de Zouhair Benbrahim à Bordeaux et Gabriel Guallino à Lyon. Entre son départ de Toulouse Business School et son arrivée à l’INSEEC, il se sera donc passé moins d’un mois. Dans l’interview exclusive donnée à Business Cool après son départ, il affirmait : “Je suis passionné par l’éducation et originellement enseignant et je souhaiterais me recentrer sur ce domaine après dix années de direction de PGE. Je souhaite aussi développer des activités des recherche grâce à mon PhD de l’université anglaise d’Aston, chose que je n’ai bien entendu pas pu faire ces dernières années. Ma connaissance des classes préparatoires, élèves et professeurs, et du fonctionnement d’un PGE sont aussi des choses que je pourrais mettre en avant parallèlement à ces activités. L’idée de repartir à l’étranger après mes expériences anglaises, argentines et colombiennes est aussi présente…”

 

Mais finalement, Olivier Guyottot restera en France. Un univers concurrentiel qu’il maîtrise bien dans la mesure où il y a débuté il y a une décennie, à Bordeaux Ecole de Management (devenue KEDGE) en tant que directeur des relations internationales. À partir de 2009, il occupe le poste de directeur du programme Grande École à Montpellier Business School. Entre 2016 et 2018, il assure les fonctions de directeur de La Rochelle Business School avant d’être nommé directeur de la formation initiale et du programme Grande École de Toulouse Business School en mars dernier.

 

« Catherine Lespine et Isabelle Barth m’ont proposé de diriger dans un premier temps le campus de Paris de la School of Business and Economics. Mais nous avons aussi évoqué les ambitions et les projets de développement d’INSEEC U. en matière d’enseignement et de recherche. Je souhaite mettre l’accent dans le futur sur ces deux dimensions, et les perspectives qu’offre une institution comme INSEEC U. en la matière ont été des éléments importants de mon choix. L’ambition du projet d’école d’Isabelle et l’histoire de l’INSEEC portée par Catherine ont fait le reste et je me réjouis de rejoindre cette belle institution. » explique Olivier Guyottot.

 

Isabelle Barth, directrice générale d’INSEEC School Business & Economics, et Catherine Lespine, présidente d’ INSEEC U, ont également fait part de leur satisfaction de voir Olivier Guyottot rejoindre l’école.

« Je connais Olivier depuis longtemps et nous avons eu l’occasion de travailler ensemble. Quand j’ai appris qu’il était libre, cela m’a paru comme une évidence de lui proposer la responsabilité de directeur du campus de Paris dans le contexte d’évolution de l’école et d’INSEEC U. Je sais qu’il apportera beaucoup au projet de l’INSEEC SBE grâce à son expérience et ses qualités relationnelles. Dans cette période particulière où nous préparons une refonte complète de notre maquette pédagogique pour la rentrée 2019, il contribuera à cette dynamique comme au rayonnement de notre école. » ajoute Isabelle Barth.

 

« Je connais Olivier depuis de très nombreuses années. Pour être franche, j’avais souvent en tête l’idée qu’il pourrait nous rejoindre. C’est un excellent professionnel du monde des grandes écoles, qui a énormément fait à Montpellier en termes d’innovation et de projet pédagogique, d’accréditation. C’est un passionné d’éducation qui aime avant tout les étudiants. Je me réjouis qu’il ait choisi d’intégrer cette grande aventure pluridisciplinaire qu’est INSEEC U., et je sais qu’il apportera beaucoup d’expertise et d’idées dans la mise en œuvre du projet Deep Education qu’Isabelle a imaginé et déployé avec les équipes. Il aura toute latitude pour évoluer et mener sa carrière et ses souhaits de mission au sein de notre institution, aujourd’hui très large. Je retrouve là l’esprit pionnier qui nous a toujours animés, et je suis fière de constater qu’INSEEC U. sait et peut attirer et enthousiasmer tous les talents ! » conclut Catherine Lespine.