Major-Prépa est allé à la rencontre de Thomas Froehlicher, Directeur Général & Dean de KEDGE Business School. Nommé récemment président d’Ecricome, il répond à vos interrogations à propos de la session 2016 des concours ainsi que sur KEDGE, école née il y a bientôt 3 ans !

 

Vous avez été désigné président d’Ecricome en décembre dernier, en plus de votre casquette actuelle de directeur général de KEDGE Business School. Quelles sont les ambitions de votre mandat ?

Je succède à Frank Bostyn qui a achevé son mandat de deux ans en décembre et que je remercie. Mon ambition s’inscrit dans la continuité d’un travail réalisé depuis bientôt 30 ans. Depuis sa création, ECRICOME a su créer une relation de confiance avec nos partenaires naturels : les candidats, les talents de demain, leurs parents et la communauté des classes préparatoires aux concours des grandes écoles de management.

ECRICOME est respecté pour la qualité de son travail et la prise en compte de l’intérêt des jeunes et des familles. Nous sommes la seule banque d’épreuves et d’affectation qui couvre les programmes grandes écoles, classes préparatoires et admissions parallèles ainsi que nos programmes bachelors. Au total, ce sont 15.000 candidats, 45.000 copies corrigées, 15.000 entretiens organisés chaque année et la conception des sujets d’épreuve. Nos écoles sont présentes dans 10 villes différentes en France. 25% des places offertes aux classes préparatoires proviennent d’ECRICOME.

L’ambition pour ECRICOME est de renforcer ses compétences distinctives dans le digital pour accompagner la transformation numérique de notre société. Nous poursuivrons nos investissements pour augmenter notre capacité d’interagir avec les candidats dans leur préparation aux examens, à l’instar du déploiement du HUB ECRICOME. Nous proposerons de plus en plus de services à valeur ajoutée à l’avenir.
Deux ambitions supplémentaires nous tiennent à cœur :

– Participer à l’établissement d’un code de bonne conduite pour l’intégration des candidats en admission parallèle, pour ouvrir les écoles à une plus grande diversité de profils. Pourquoi pas un SIGEM des admissions parallèles en lien étroit avec le chapitre des grandes écoles de management, dès 2017 ou 2018 ?

– Partager nos bonnes pratiques pour conforter les efforts entrepris depuis des années pour internationaliser nos écoles, celles d’ECRICOME, et au-delà. Cela nous amènera probablement à faire évoluer la vocation d’ECRICOME à long terme. Les manières de recruter sont très différentes à travers le monde. ECRICOME peut devenir un instrument pour assurer que la qualité des candidats français et celle des candidats étrangers soient convergentes tout en créant un brassage inter-culturel entre les étudiants. L’internationalisation des écoles ECRICOME, triple accréditées AACSB, EQUIS, AMBA, est un enjeu capital depuis des années.

 

En 2015, lors des choix SIGEM, Toulouse BS a été préférée à NEOMA BS, et SKEMA à KEDGE BS, une première, comment analysez-vous ce phénomène ? Comment comptez-vous réagir en 2016 ?

Je ne peux pas répondre pour NEOMA Business School évidemment. KEDGE Business School et NEOMA Business School font partie avec SKEMA ou Toulouse, d’un même groupe d’écoles triple accréditées qui visent l’excellence avec portefeuille de programmes complet (bachelor, master, MBA, PhD et executive education) et un positionnement très international.

KEDGE Business School, fondée en juillet 2013, est aujourd’hui en place. Nous quittons la période délicate de fusion. L’essentiel est dernière nous. Place à Kedge Business School, « One School » : une palette originale de propositions qui repose sur la personnalité de chaque campus à Marseille-Provence et Bordeaux tout particulièrement en ce qui concerne le PGE. Nos deux campus majeurs constituent autant de portes d’entrée sur des parcours individualisés : d’excellence, d’orientations « métiers », et un menu de cours très large qui permet une individualisation unique de chaque trajectoires individuels. Des campus parmi les plus beaux d’Europe et les mieux équipés pour assurer le bien-être, le développement personnel de nos étudiants et la transformation digitale. Nous venons d’inaugurer de nouveaux équipements sportifs et numériques à Marseille début janvier qui préfigurent de nouveaux investissements à hauteur de 25 millions d’euros supplémentaires.

HUB MRS

Notre Learning Hub s’étale à présent sur près de 3.000 m2 et a été prime par French Tech. Après la livraison d’un nouveau campus en 2014 à Bordeaux, cela montre la volonté des CCI de Bordeaux et de Marseille-Provence de s’impliquer dans leur école car ce sont elles qui réalisent ces investissements pour les louer ensuite à l’Ecole. La CCI du Var est également à nos côtés à Toulon où nous avons notamment notre École de Design.

Nos étudiants bénéficient aussi d’une offre de plus de 300 destinations internationales en échange dont 47 doubles-diplômes (62% de partenaires accrédités au plan international), un corps professoral de 196 professeurs permanents, à 44% international, et 45.000 alumni.

Le classement SIGEM en 2015 reflète un « instant » de compétition dans notre contexte national, mesuré auprès des étudiants des classes préparatoires qui est notre cœur de cible. À l’ « instant » suivant, quelques semaines plus tard, nous voyons apparaître d’autres classements. KEDGE est #30 European Business School dans le dernier classement de référence du FT, cinquième française et #5 dans le dernier classement de Challenges grâce au renforcement de son offre internationale. Cette convergence entre l’échelle nationale et internationale est à souligner.

sportzonemrs11

 

Lire la suite sur Major-Prépa

 

La France est un pays en pointe pour ses Business Schools en Europe. Celles-ci constituent un de ces meilleurs produits d’exportation !