Ce vendredi 28 septembre, l’INSEEC a donné une conférence de presse afin de dévoiler la nouvelle mouture de son programme pédagogique.

L’école, qui a désormais passé la barre des 25 000 étudiants depuis sa création en 1975, connaît une forte croissance (+10% cette année), portée notamment par ses campus à l’étranger (Londres, San Francisco) qui attirent de plus en plus d’étudiants.

De nombreux projets sont à l’ordre du jour : Catherine Lespine, Présidente du Groupe INSEEC U, a notamment évoqué le doublement de la surface du campus parisien, via un investissement de 8 millions d’euros, qui sera effectif dès mai 2020. La stratégie RH du groupe est elle aussi en cours de révision, en particulier pour accompagner la transformation majeure qu’entame l’INSEEC : celle de son programme pédagogique.

 

Une refonte totale du projet pédagogique pour s’adapter aux évolutions de la société

Isabelle Barth, aux commandes de l’école depuis juillet, avait carte blanche pour élaborer un projet ambitieux, répondant aux attentes de Catherine Lespine et par extension à celles des élèves et entreprises.

 

Une nouvelle identité pour l’INSEEC

La nécessité d’un renouveau, dans le domaine de l’apprentissage, a été exprimée par Isabelle Barth. Pour rester en cohérence avec la stratégie qu’elle souhaite mener, le nom et la tagline de l’école ont été changés. Désormais, la devise de l’INSEEC School of Business and Economics sera “Deep education takes you further“.

L’école souhaite mettre en valeur l’intelligence humaine, afin de préparer ses étudiants à l’avenir et éviter l’obsolescence programmée de leurs compétences et connaissances. L’objectif sera, pour l’école, non pas de préparer à un travail en particulier mais de permettre aux étudiants d’être durables et de pouvoir s’adapter aux parcours qu’ils se seront choisis. Dans ce cadre, les humanités, dont la Culture Générale, seront amenées à prendre une place de plus en plus importante, afin d’accompagner les étudiants dans le développement de soft skills.

 

Cinq piliers pour une meilleure lisibilité du programme

Ce nouveau programme, dont la durée demeure trois ans, sera centré sur cinq axes différents :

  • Business, Humanités et Sociétés : avant tout évoquées lors de la première année, ces trois thématiques devront permettre aux étudiants fraîchement intégrés d’acquérir des fondamentaux, nécessaire à la compréhension du monde.
  • Méthode, Pensée critique et Management
  • Organisation, Culture, Identité et Altérité
  • Entreprendre et Conduire le changement
  • Contexte de la décision, Compétences et Pratiques professionnelles : autre changement impulsé par Isabelle Barth, la disparition des spécialisations. L’école ne souhaite plus mettre en place de majeure mais préparer à différents métiers (métiers du chiffre, métier de la relation-client etc.).

Le départ à l’étranger, sur un semestre, sera une condition obligatoire pour l’obtention du diplôme. Néanmoins, les étudiants seront totalement libres dans le choix de leurs cours et ne seront pas évalué sur ces derniers mais sur un retour d’expérience. L’INSEEC SBE souhaite leur donner l’opportunité de développer une réflexion sur cette expérience interculturelle. Des périodes en entreprises seront aussi organisées, afin de permettre aux étudiants de se professionnaliser. Elles seront entrecoupés de période d’apprentissage. Enfin, le programme se clôturera par un Grand Oral, devant un jury de professeurs, CEO et alumni, qui vise à mettre en perspective le parcours effectué par l’élève au sein du programme.

 

Des méthodologies d’apprentissage transversales, qui se veulent innovantes

Différents dispositifs d’apprentissage ont été évoqués par Isabelle Barth. Nous retiendrons notamment la mise en place du peer learning, méthodologie de plus en plus utilisée au sein des business schools, mais aussi le maintien de la nuit de la crise, format plébiscité par les étudiants.

Des Masterclass seront organisées, afin de permettre aux élèves de dialoguer avec des figures inpsirantes. Cela sera aussi l’occasion de tisser des liens entre monde étudiant et professionnel, tout comme lors des périodes d’excubation où l’INSEEC souhaite faire collaborer étudiants et cadres d’entreprise sur des mêmes projets.

 

Une transformations soutenue par l’ensemble du groupe INSEEC U

Ce projet, élaboré en moins d’un an, sera implémenté dès la rentrée 2019. Il a nécessité l’implication de toute l’équipe pédagogique mais aussi d’autres parties prenantes comme les élèves, le conseil de l’école et les alumni. Présent lors de la conférence de presse, Jean-Claude Puerto, président de l’ADI (réseau alumni) et PDG d’UCAR, a exprimé son enthousiasme mais aussi la confiance qu’il place en Isabelle Barth.

Catherine Lespine s’est aussi exprimée sur la nécessité d’accueillir des étudiants en cohérence avec ce nouveau projet : “L’INSEEC est une grande école qui doit retrouver une sélection beaucoup plus importante“. Cela passe notamment par une réflexion sur les épreuves du concours prépa. Bien que les coefficients des écrits ne soient pas impactés pour l’instant, l’école souhaite revoir le formats de l’oral.  Néanmoins, l’objectif n’est pas d’accueillir davantage d’étudiants. Pour Catherine Lespine, le fait que les promotions soient restreintes est un atout pour le développement de l’école et la mise en place de sa nouvelle stratégie. L’accent a été mis sur le besoin d’équilibrer les classes, entre préparationnaires, AST, mais aussi étudiants internationaux avec la mise en place de programme english full-track.

 

 

Subscribe to our mailing list

* indicates required