Ce jeudi, le Directeur Général de BSB Stéphan Bourcieu présentait à la presse le nouveau plan stratégique de l’école bourguignonne. L’ex-ESC Dijon peut se targuer d’une progression globale significative durant ces cinq dernières années : entre 2012 et aujourd’hui, l’école a notamment gagné 4 places au SIGEM et décroché deux accréditations internationales d’excellence, AACSB – mais aussi EQUIS l’an passé -. C’est dans son Learning Center, flambant neuf, à l’image de son campus, que la conférence s’est déroulée !

Learning Center de BSB – Crédits : Business Cool

 

L’ouverture d’un nouveau campus à Lyon-Confluence

“L’objectif de ce plan quinquennal est de progresser de manière quantitative tout en préservent la qualité de notre pédagogie” précise Stéphan Bourcieu. C’est dans cette optique que BSB a décidé de créer un autre campus basé à Lyon, annoncé comme “seconde école” : “Notre valeur ajoutée pour l’étudiant est l’accompagnement que nous lui proposons tout au long de sa scolarité. Cela suppose un volume d’étudiant limité. L’ouverture d’un campus à Lyon fait aujourd’hui sens car cela nous permettra d’assurer notre croissance tout en gardant cette même exigence et notre ADN. Cette implantation au cœur d’une ville plébiscitée par les étudiants ne s’est pas faite au hasard : le tissu d’entreprises très dense du Rhône permettra de mettre l’accent sur l’alternance.”

Situé à l’extrêmité sud de la Presqu’île de Lyon, ce nouveau campus accueillera ainsi 700 nouveaux étudiants à terme, en bachelor et en master, dont la moitié seront en alternance. BSB y aura notamment pour voisin le groupe média Euronews, GL Events, Eiffage, GDF Suez, etc.

 

Un projet de campus à l’étranger dans les cartons

Le DG l’assure : l’école se sera étoffée d’un campus international à l’horizon 2022. La décision du pays d’implantation n’est pas encore arrêtée, mais elle tiendra probablement compte de l’identité Wine & Spirits qui fait la renommée de l’école à l’international. Les étudiants seront sollicités également, afin de cibler les pays qui leur font le plus envie.

Si BSB multiplie les accords pédagogiques avec des universités partenaires (17 depuis le début de l’année civile, dont 10 accréditées EQUIS), elle souhaite proposer une alternative aux étudiants plus faibles en langues : “En raison de la progression de l’école, les partenaires étrangers de BSB sont de plus en plus exigeants et sélectifs. Le campus à l’étranger proposera aux étudiants qui en ont besoin de se remettre à niveau pour vivre une expérience à l’étranger et pourquoi pas se rendre chez nos partenaires par la suite.”

 

Imposer la formation Wine & Spirits comme référence mondiale

Depuis la création de sa School of Wine & Spirits en 2012, l’école s’est imposée comme une référence française et une formation de premier plan à l’échelle mondiale. BSB s’appuie sur trois formations : un MBA Wine Business (qui était jusque là un MSc), un MSc Wine Management (également en double diplôme avec le Master Grande Ecole) et enfin MS commerce international des vins et spiritueux. Pour prodiguer ces formations, l’école s’appuie sur deux bâtiments d’exception : le premier qui vient tout juste de sortir de terre sur le campus dijonnais, et le pavillon 1889 exploité par l’école depuis 2012 et qui a récemment été légué à BSB par sa CCI de tutelle.

 

Une forme financière du tonnerre

Riche d’une croissance de son budget de l’ordre de 10% depuis l’arrivée de Stéphan Bourcieu au poste de directeur général de l’école il y a 11 ans, l’école gère aujourd’hui une enveloppe de 20M€ par an. Dans 5 ans, l’objectif est d’atteindre 35M€ de budget. Celui-ci est composé d’une forte croissance des ressources propres de l’école, dans la mesure où les subventions diminuent de manière drastique. Elles représentaient 30% du budget en 2006, aujourd’hui, le chiffre n’est plus que de 2,5%, et ce sera zéro en 2019.

Le passage sous statut statut EESC a également permis à BSB de voir grand, avec notamment l’acquisition de son patrimoine immobilier et l’ouverture du capital à des banques mutualistes régionales ainsi qu’à des particuliers. Ces derniers sont entrés sur une valorisation de 25M€. L’occasion pour Stéphan Bourcieu de rappeler que BSB est aujourd’hui une société, qui dispose d’une forte capacité d’emprunt capable de financer sa croissance sur les années à venir.

 

2022 : horizon majeur

L’école vise l’obtention de l’accréditation AMBA, la seule manquante pour obtenir la triple-accréditation. Le MSc WIne Management est donc rebaptisé MBA Wine Management. Cette requalification en MBA fait également écho au profil des étudiants : ils intègrent le programme à l’âge moyen de 29 ans.

Pour 2022, l’école vise également une croissance quantitative, non explosive. Elle entend passer de 2650 à 3500 étudiants au cours de ce laps de temps. BSB prétend également progresser dans les palmarès nationaux et internationaux, en se plaçant notamment dans le top 15 du classement SIGEM et dans le top 50 des Masters in Management du Financial Times.