Dès la rentrée 2019, les étudiants des deux institutions pourront profiter d’un nouveau double-diplôme Audencia / Sciences Po Saint Germain. Plus jeune IEP de France, créé en 2014, Sciences Po Saint Germain signe aujourd’hui son premier partenariat avec une Grande Ecole de commerce. Christophe Germain, directeur général d’Audencia Business School se réjouit de pouvoir travailler aujourd’hui avec une « institution dynamique, innovante, partageant les valeurs de notre école. »

Cette signature s’inscrit dans la politique de développement d’Audencia Business School, qui repose sur la signature de nombreux accords de double-diplômes, tout en sachant que l’école est déjà membre d’une alliance regroupant Centrale Nantes et l’ENSA. Du côté des frais de scolarité, les étudiants provenant de Sciences Po Saint-Germain devront s’acquitter de 19500€ pour 120 crédits ECTS, l’équivalent des deux années. Pour Sciences Po Saint-Germain, les frais de scolarité sont compris entre 0€ (pour les boursiers CROUS) et 4000€. Ces frais sont additionnels et les étudiants devront néanmoins continuer de payer les frais de scolarité de leurs institutions respectives.

La genèse de l’accord provient de la candidature à l’école nantaise d’une étudiante de Sciences Po Saint-Germain désirant s’orienter vers les métiers du sport, une spécialité sur laquelle Audencia s’est positionnée depuis de nombreuses années. Cette étudiante travaille aujourd’hui sur le projet Paris 2024, à l’imbrication des enjeux sportifs, économiques et politiques, ce qui souligne pour Céline Braconnier, directrice de Sciences Po Saint-Germain, « la pertinence de cette formation hybride ». Elle poursuit que ce type d’accord « permet aux étudiants qui ont hésité de pouvoir concrétiser leur ambition première en ne faisant pas le choix de l’un ou de l’autre mais des deux. »

Selon Nicolas Arnaud, directeur du Programme Grande Ecole d’Audencia BS, une dizaine d’étudiants de l’école nantaise ont d’ores et déjà exprimé leur volonté de suivre ce double-diplôme. Pour cette première promo, la sélection finale sera réalisée par Sciences Po Saint-Germain, d’ici la fin du mois de mai. A l’avenir, Nicolas Arnaud estime que sur une promo de 850 étudiants, 50 à 100 d’entre eux seront intéressés par le nouvel accord.

Dans le cadre de cet accord, les étudiants d’Audencia Business School auront accès aux spécialités suivantes de Sciences Po Saint-Germain :

  • Métiers de l’Europe et de l’international / Parcours Politique de coopération international
  • Métiers du Droit et de l’action publique / Parcours Politiques de prévention et de sécurité ou Parcours Métiers du politique et de la gouvernance territoriale
  • Métiers de la Culture / Parcours Politique de communication et d’action publique

 

Du côté des étudiants de Sciences Po Saint-Germain, un premier semestre généraliste leur permettra de choisir leur spécialité en deuxième année. « L’intérêt du cursus est de pouvoir déjà découvrir les sciences de gestion, de s’y tester. En principe, tout est ouvert. Il sera intéressant de voir le positionnement de cette nouvelle promotion. »

 

Un accord dans la lignée du baccalauréat 2021

Pour Christophe Germain, cet accord s’inscrit dans la lignée de la réforme du baccalauréat. Avec leurs profils hybrides, non segmentés par filières, il perçoit une « adaptation de l’amont à cette logique d’hybridation de compétences, au service d’une chaîne de valeur allant du baccalauréat à l’entreprise ».

Pour Céline Braconnier, ce type d’accords servira également à assouvir les besoins de certains profils scientifiques. Alors que les premiers étudiants recrutés en 2014, après leur baccalauréat, entament leur thèse, nombreux sont ceux à avoir opté pour des sujets liés aux enseignements des écoles de commerce.

Christophe Germain poursuit : « Les frontières qu’il y avait entre les institutions sont en train de tomber. Demain, un jeune bachelier compte tenu de la réforme du bac, et qu’il saute d’un intérêt à un autre, d’une appétence à une autre, sera intéressé par un parcours l’amenant à des compétences variées. Les écoles vont de plus en plus mener à des compétences variées. […] Audencia a choisi, il y a quelques années, de se différencier par l’hybridation des compétences. »

Céline Braconnier conclut : « Nos étudiants sont invités à voyager, à ne pas rester dans un entre-soi, à aller ailleurs sur le territoire national ou international. Nous devons leur donner des ressources pour pouvoir affronter le monde. Les partenariats avec des écoles sont fortement favorisés au sein de nos écoles. […] La réforme du bac est intéressante dans la mesure où elle permet de renforcer l’individualisation des parcours. […] Il est important d’afficher et de montrer à l’ensemble des jeunes qu’il est possible de faire des choix permettant de chercher d’autres domaines de compétences. Nos partenariats, notamment ceux signés à l’étranger au nombre de 70, ne satisferont que quelques étudiants, mais il est important de leur permettre d’avoir de multiples choix. »