Ecoles

Et EPAS, ça passe ?

Et EPAS, ça passe ?
Mathias Clave

Qui n’a jamais entendu parler de ces fameuses accréditations ? Vous savez, ces labels de prestige qu’arborent fièrement les écoles et qu’elles vous vendent tellement bien qu’on en oublierait de chercher leur signification. Après EQUIS, petit focus sur la petite dernière : EPAS, pour voir quelle est sa place et sa renommée, dans le monde ultra-concurrentiel des business schools.

 

Petit retour en arrière

L’accréditation EPAS voit le jour en 2005, soit huit ans après la création de sa grande sœur EQUIS. Tout comme cette dernière, elle est délivrée par l’EFMD, comprenez : « European Foundation for Management Development ». Pour vous donner un ordre d’idée, c’est 900 membres dispersés dans plus de 80 pays dont le siège est à Bruxelles.

EPAS est jugée plus simple à obtenir que sa consœur EQUIS. Notamment car elle ne comporte pas, dans sa grille des attendus, un chapitre “international” indépendant. Il serait donc tentant de croire que les programmes sont moins reconnus internationalement, ce qui n’est pas le cas puisque l’accréditation accorde beaucoup d’importance aux origines du corps professoral et à sa maîtrise de l’anglais. En fait, EPAS varie surtout par l’entité qu’elle accrédite : on ne cherche pas à reconnaître une institution mais un programme, parmi lesquels on retrouve entre autres les Bachelors, les Programmes Grande Ecole, les Masters ou encore les MBA.

À ce jour, on compte en France 14 établissements ayant un ou plusieurs de leurs programmes reconnus par cette accréditation.

 

 

Les programmes accrédités EPAS en France

Nom du groupe ou de la formationProgramme(s) accrédité(s)
CIFFOP, Université Paris II Pantheéon-AssasMaster’s Degree in International Human Resources Management (3 years)
Ecole de Management de NormandieMaster Grande Ecole (Full-time mode only) (5 years)
EDC Paris Business SchoolMaster in Management (Grande Ecole Programme) (3 years)
EMBS Consortium: IAE Savoie Mont Blanc, Université Savoie Mont BlancEuropean Master in Business Studies (3 years)
EM Strasbourg Business School, University of StrasbourgGrande Ecole Programme (5 years)
ESCE - Ecole Supérieure du Commerce ExtérieurGrande Ecole Programme – 5 year Master’s Degree (3 years)
ESC Rennes School of BusinessGrande Ecole Programme (5 years)
ESSCA School of ManagementFive-year Master in Management Programme (5 years)
Groupe ESC PauGrande Ecole Programme in Management (3 years)
Groupe Sup de Co La Rochelle, La Rochelle Business SchoolBBA La Rochelle (5 years)
PGE - Master in Management (5 years)
IAE Lyon School of Management, Université Jean Moulin - Lyon 3MSc International Management (5 years)
IAE Montpellier School of Management, Montpellier University Master in International Business (3 years)
IAE Toulouse School of Management, Toulouse 1 Capitole UniversityMaster in International Management (5 years)
Montpellier Business SchoolGrande Ecole Master Programme (5 years)

 

 

Les attentes d’EPAS et ses particularités

Dans la majorité des articles consacrés à cette accréditation, vous ne pourrez pas passer à côté de la (trop ?) constante comparaison avec EQUIS. Et pour cause, bien souvent, EPAS est introduite comme n’accréditant qu’un programme, et donc une sorte d’EQUIS du pauvre. Mais l’EFMD aurait-elle simplement créé une nouvelle distinction en 2005 dans le but de brader ses accréditations ou est-ce simplement une stratégie marketing pour inciter les écoles à se lancer dans la course aux accréditations ?

La question est légitime, mais EPAS doit avant tout être remise dans son contexte car il s’agit bel et bien d’une accréditation sérieuse avec un processus d’accréditation qui peut aller jusqu’à deux voire trois ans pour les dossiers les plus longs. L’école doit fournir un dossier de demande d’accréditation qui sera étudié par L’EPAS Committee. Et si l’éligibilité est validée, l’EPAS Accreditation Board, instance indépendante, viendra auditer l’école en interne. Un audit a lieu avec des membres du corps professoral ainsi qu’avec un groupe d’étudiants. Ce dernier doit être un échantillon représentatif de l’école et incarner la diversité des profils de l’école.

EPAS présente la particularité d’accorder beaucoup d’importance à l’extra-scolaire au sein de l’école et, outre le simple focus fait sur les programmes, c’est toute l’expérience étudiante – via la vie associative – qui est questionnée durant l’audit à destination des étudiants. Parmi les thèmes de prédilection de cette accréditation, on pourra souligner l’importance prépondérante que tiennent l’éthique et le RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). De plus, d’un point de vue plus académique, EPAS est tout particulièrement regardante sur la position stratégique du groupe (nationale et internationale) au sein de son environnement concurrentiel.

 

EPAS, l’accréditation par défaut ?

Rappelons tout de même qu’entrer dans le processus EPAS coûte environ 30 000 euros. Alors certes, cette somme ne fera pas rougir les écoles-mastodontes mais pour les plus modestes, il s’agit là d’un investissement plus que conséquent qui ne se cantonne pas au simple choix stratégique. Il s’agit donc d’un processus coûteux, long et incertain, car on n’achète pas une accréditation, on la gagne. Difficile donc d’un point de vue stricto sensu financier de considérer cette accréditation comme bradée.

 

Accréditations et positionnement stratégique

Par ailleurs, comme vous avez pu le constater dans l’article dédié à EQUIS, cette dernière n’est pas exempte de critiques. On lui reproche en effet d’uniformiser les business schools du fait de prérequis académiques drastiques et de ne donner que trop peu d’importance à ce que finalement reconnaît davantage EPAS : l’expérience étudiante. Le but, ici, n’est pas de prendre parti pour ou contre le phénomène que l’on ne peut que constater dans les top écoles de management, à savoir la « course à l’accréditation ». Il s‘agit plutôt de se demander si cela est toujours justifié et si en premier lieu, si cela profite toujours aux étudiants. Et c’est là qu’arrive la question de l’identité de l’école.

Prenons un exemple. On vient de voir qu’EQUIS est parfois accusée d’encourager la “massification” des promotions avec une prépondérance donnée à la recherche académique. EPAS est moins large, n’accrédite qu’un programme, ce qui lui permet de mieux évaluer l’expérience étudiante au sein des programmes. Si un groupe accumule les deux accréditations, tant mieux me direz-vous, c’est qu’elle a réussi à allier excellence académique et personnalisation des programmes. Pourtant assurer un suivi au cas par cas dans des promotions de plusieurs centaines d’élèves paraît difficilement concevable. On en vient donc à se demander si cette course aux accréditations n’amènerait pas les groupes à jouer sur plusieurs tableaux… Le risque ? Perdre son identité en se fondant dans la masse, dans des attendus qui ne correspondent pas toujours à la marque que l’on souhaiterait mettre en place. On ne différencie alors plus les groupes entre eux, et les accréditations deviennent des grilles de lecture inutiles car tout se ressemble dans un paysage qui s’uniformise.

 

Bien sûr, il ne s’agit pas ici de critiquer les accréditations. Elles permettent de créer une certaine émulation entre les groupes au niveau national et international, elles favorisent le développement de l’excellence et garantissent la visibilité de l’institution à travers le monde. Il faut juste bien réfléchir à ce que l’on veut avant de mettre les pieds dans l’engrenage car le cycle de l’accréditation est un éternel recommencement qui peut considérablement réduire les marges de manœuvre en interne. Difficile donc de blâmer les “petits” groupes qui limitent le nombre de ces accréditations pour conserver de l’agilité quant à leur image de marque ainsi qu’une identité forte, car s’engager dans la voie de l’accréditation suppose des contraintes qui ne sont pas supportables par toutes les écoles. Il est donc important de bien se renseigner sur les accréditations pour mieux les cerner car finalement, elles sont le miroir de notre institution.

More in Ecoles

Business-Cool - 2016