Actualité

L’EM Strasbourg réagit à la fausse liste Waffem SS

L’EM Strasbourg réagit à la fausse liste Waffem SS
Mehdi Cornilliet

Hier, la page Facebook de nos amis Captain Jack pointait du doigt un compte Facebook nommé Waff’em Liste BDS, parodie de liste EM Strasbourg reprenant le nom d’une cellule criminelle nazie. Aujourd’hui, l’affaire a pris une toute autre ampleur lorsque les médias nationaux s’en sont pris à cette blague potache :

 

 

L’EM Strasbourg a donc jugé utile de réagir et a envoyé le communiqué de presse suivant à l’ensemble des médias :

 

Strasbourg, le 12 octobre 2017. Après avoir immédiatement condamné l’acte irresponsable d’un de ses étudiants sur Facebook, l’EM  Strasbourg engage une procédure disciplinaire à son encontre avec l’Université de Strasbourg. Dans le même temps l’école organisera rapidement en collaboration avec la LICRA – Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme – une opération de sensibilisation auprès de l’ensemble de ses étudiants.

La direction de l’école a pris connaissance hier d’un compte Facebook de campagne d’une liste étudiante fictive du Bureau des Sports de l’EM Strasbourg géré par un étudiant isolé, faisant référence à des organisations criminelles du troisième Reich.
Choqué par cet événement, l’EM Strasbourg via son directeur général Herbert Castéran, a tenu à délivrer immédiatement un message à ce sujet : « Rien, même pas un humour potache de mauvais aloi, ne saurait justifier cette publication que je condamne de la manière la plus ferme. De tels débordements ne peuvent être tolérés au sein de notre École ». Devant la gravité des faits, il a rappelé aux étudiants « les obligations en tant que citoyens au regard de la loi. Si la liberté d’expression est un droit fondamental, elle ne saurait s’exercer sans certaines restrictions ».

Après cette réaction immédiate, l’école a convoqué l’étudiant responsable qui passera très rapidement devant le conseil de discipline en lien avec l’Université de Strasbourg.

Par ailleurs, l’école s’est rapprochée de la LICRA qui a accepté de participer sous quinzaine à un atelier de sensibilisation pour l’ensemble des promotions.

L’EM Strasbourg et sa direction insistent sur la responsabilité de la prise de parole en public et sur ce cas isolé qui ternit l’image de tous les étudiants de l’école : « Bien qu’individuelles et isolées, de telles actions entachent non seulement l’image de l’Ecole, mais engagent gravement l’ensemble de notre communauté : étudiants, enseignants, personnels administratifs, alumni, Université et toutes nos parties prenantes. Ceci n’est pas admissible. L’EM Strasbourg se fonde sur des valeurs d’éthique, de diversité et d’humanisme. Je suis conscient que l’immense majorité d’entre vous adhère à ces valeurs. Je souhaite donc des campagnes associatives créatives, décalées mais respectueuses des êtres et des tragédies de l’Histoire. Je compte sur votre implication à tous ».

 

 

Bref, l’histoire d’une blague potache de mauvais goût qui tourne mal, très mal. À l’heure des réseaux sociaux plus ouverts que jamais, le bad buzz peut très vite ternir l’image d’une institution. À coup sûr, cela marquera l’image de l’EM Strasbourg cette année, même si elle n’y est pour rien…

Actualité
Mehdi Cornilliet

Fondateur du groupe Up2School (Business-Cool, Major-Prépa et Forum-Commerce) et étudiant à HEC Paris.

More in Actualité

Business-Cool - 2016