Comme nous le remarquions il y a quelques semaines, l’entrepreneuriat est un idéal qui se démocratise chez les étudiants français, a fortiori pour ceux issus des meilleures écoles de management. Synonyme de liberté pour certains, de vecteur de progrès ou de pactole en perspective pour d’autres, la création d’entreprise ne s’apparente pourtant pas à un long fleuve tranquille ; pour preuve, près de 9 boîtes sur 10 mettent la clé sous la porte au bout de quelques mois.

Parmi les causes identifiées de cette hécatombe entrepreneuriale, on retrouve en bonne position les impératifs financiers. En effet, les étudiants-entrepreneurs n’ont pas de revenus tant que leur structure ne dégage pas de bénéfices. Par ailleurs, 20% d’entre eux ont contracté un prêt pour financer leurs études. Généralement, ces derniers doivent commencer à rembourser leur emprunt six mois après la diplomation.

Le système de remboursement d’emprunts est donc adapté aux étudiants qui aspirent au salariat, car il est aisé de trouver un emploi pérenne en quelques mois lorsqu’on sort de telles écoles. L’équation financière est en revanche beaucoup plus incertaine pour les porteurs de projets…

 

Un fonds régional de 2,8 millions d’euros pour réduire la pression du remboursement d’emprunts des étudiants qui se lancent dans l’entrepreneuriat

Forte de ce constat, la Région Normandie monte au créneau et crée le dispositif « DÉFI-Étudiant ». Ce dernier permettra aux jeunes confrontés à cette situation de bénéficier d’un refinancement de leur emprunt par la région afin d’entreprendre sereinement.

« La Normandie est riche de jeunes talents. A travers la mise en place de ce dispositif, nous souhaitons que les jeunes diplômés qui ont un projet de création d’entreprise ne soient plus limités dans leur volonté d’entreprendre par un prêt étudiant à rembourser. Ces jeunes ont besoin d’être soutenus et le seront par la Région » a déclaré le Président de Région Hervé Morin dans les locaux de NEOMA Business School, avant de poursuivre :

« Doté de 2,8 millions d’euros, ce nouveau fonds s’inscrit dans la continuité des actions engagées par la Région pour encourager l’entrepreneuriat et favoriser le développement de l’économie normande. Avec la création de l’Agence de Développement pour la Normandie, la Région a simplifié la vie des entrepreneurs et a apporté des solutions concrètes, avec notamment le fonds Normandie Participation. De même, avec la création du guichet unique pour les créateurs d’entreprise « Ici je monte ma boîte », nous espérons augmenter les chances de succès des entreprises naissantes. »

En marge de ces déclarations, le PDG de NEOMA Yves Benard n’a pas caché sa satisfaction : « Premièrement, elle s’inscrit dans un de nos axes stratégiques qui est de favoriser l’entrepreneuriat auprès de nos étudiants. Cette possibilité de refinancement de prêt pour les étudiants entrepreneurs vient ainsi soutenir leur capacité à agir, innover et créer. Deuxièmement, c’est une nouvelle collaboration avec la Région sur une thématique très importante pour la réussite de nos étudiants et le dynamisme du territoire. »

Des conditions idéales pour l’étudiant, que son projet aboutisse ou pas

En octroyant à l’étudiant entrepreneur un prêt d’un montant correspondant au solde de son emprunt bancaire, le dispositif de rachat de dettes « DÉFI-étudiant » lui offre ainsi un différé de remboursement de 18 mois.

A la fin des 18 mois deux options sont possibles :

  • La création de l’entreprise est un succès, auquel cas l’entreprise créée (ou le porteur de projet) rembourse le fonds DÉFI-Étudiant de ce qu’il a déjà pris en charge et reprend le remboursement du solde.
  • La création de l’entreprise est un échec et le porteur de projet ne rembourse pas le fonds DÉFI-Étudiant des frais engagés pendant 18 mois mais reprend le remboursement du solde après une période de 6 mois qui lui permettra de trouver un emploi.

Pour pouvoir bénéficier de ce dispositif, l’étudiant doit intégrer une structure d’accompagnement à la création d’entreprise liée à son établissement de formation et, bien entendu, implanter son entreprise sur le territoire normand.