Accueil Insolite Que pensent les Français des écoles de commerce ?

Que pensent les Français des écoles de commerce ?

0
29

Très récemment, L’emlyon a encore une fois fait la une des médias avec un nouveau scandale (après les cours de L. Wauquiez, le classement sexiste des filles de la promotion) [on vous en parlait ici], en ajoutant encore un petit peu à tous les clichés qu’on peut lire sur les écoles de commerce.

De manière générale, les grandes écoles bénéficient d’une bonne image au sein de la population française selon un sondage réalisé par TNS Sofres pour la Conférence des grandes écoles en janvier 2016 : 8 Français sur 10 déclarent avoir une « bonne opinion » des grandes écoles françaises. Qu’est-ce qui fait le succès des grandes écoles, dont font partie les grandes écoles de commerce ? Les « cours de qualité » (90% des sondés), la « reconnaissance à l’international » (86%), « l’accompagnement et le suivi des étudiants » (83%) et leur « adaptation au monde actuel » (73%). Or les portraits dressés dans la presse généraliste sur les écoles de commerce ne sont pas très valorisants, et affichent plutôt le contraire. On en serait presque perdu… les écoles de commerce ne sont-elles pas de grandes écoles ? Alors pourquoi sont-elles autant décriées ?

Bah… vous avez vu le film La Crème de la Crème (2014) ? Non ? Vous ratez vraiment quelque chose ! Le résumé de la vie en école de commerce ? L’« élite de la nation » boit (énormément), fait la fête (tout le temps), baise (comme des lapins) et n’étudie (presque) jamais. Le summum du pitch ? Elite de l’élite des écoles de commerce, trois étudiants fraîchement admis dans l’école N°1 créent un réseau de prostitution… Et ouais, rien que ça ! Et là, tu te demandes comment t’as fait pour louper tout ça en école de commerce, hein ?

Vous en voulez encore ? J’en étais certaine ! On reproche encore beaucoup de choses aux écoles de commerce et à leurs étudiants. Repaires des héritiers, des jeunes bourgeois et des fils de CSP+, on n’y apprendrait rien d’autre que le capitalisme, le libéralisme et l’exploitation de l’homme par l’homme. Cerise sur le gâteau : on n’y apprend rien, on ne ferait qu’acheter un diplôme et un carnet d’adresses. Oh, j’oubliais : les alumni des écoles de commerce seraient responsables de tous les maux économiques et sociaux du monde.

Bon. On ne va pas se mentir. Certains clichés qu’ont les Français sur les écoles de commerce semblent vrais. On pourra déplorer notamment la consommation excessive d’alcool faite lors des soirées et qui n’est un secret pour personne. Néanmoins, les écoles de commerce sont loin d’avoir un monopole sur la question, et les écoles d’ingénieurs par exemple ne sont pas en reste, et il s’agit probablement plus d’un problème de génération que d’un problème des écoles de commerce en particulier (n’avez-vous jamais entendu parler des soirées de médecine ?).

Néanmoins, le portrait est très largement grossi. S’il est vrai que les écoles de commerce françaises coûtent cher, elles sont moins onéreuses que leurs concurrentes internationales et il existe des solutions de financement pour permettre à tous d’accéder à ces écoles (bourses, possibilité d’alternance, etc.). Concernant ce qu’on y apprend, cela peut paraître plus flou ; contrairement à des élèves-ingénieur, on ne se concentrera pas uniquement sur les hard skills mais aussi sur les soft skills, ce qui passe aussi par l’engagement dans les associations qui font la vie de l’école.

Surtout, tous ces clichés oublient quelque chose d’essentiel : « les » écoles de commerce ne forment pas un bloc homogène, et les étudiants au sein des écoles de commerce sont également très différents les uns des autres, ils n’ont pas les mêmes aspirations, ce qui crée d’ailleurs une richesse au sein de l’école. Tous les étudiants d’école de commerce ne se destinent pas à devenir des sharks de la finance, certains se destinent à d’autres fonctions, y compris dans la fonction publique ou dans les ONG.

Bon allez, rassurez-vous futurs et actuels écoliers de commerce ! Tout n’est pas sombre dans le tableau que j’essaie de vous dresser. D’après le sondage cité ci-dessus, côté entreprises, les grandes écoles jouissent d’une excellente réputation, puisque 9 recruteurs sur 10 en ont une opinion positive. Et cette fois-ci, les écoles de commerce n’apparaissent pas laissées pour compte ! Réputés à l’aise à l’oral, motivés et investis, convaincants en entretien, bien formés et compétents, les étudiants font preuve d’une bonne capacité d’adaptation et d’un bon niveau en langues étrangères. Ne reconnaît-on pas ici les grandes lignes et grands objectifs des cursus des écoles de commerce ?

 

Pour finir, et pour votre plus grand bonheur, voici une petite sélection des commentaires qu’on peut lire sur Twitter ou sous différents articles de journaux sur les écoles de commerce :

 

  • Sortez comme cet internaute votre grille de bingo !

  • On achète notre diplôme, qui ne vaut rien, car on n’apprend rien.

  • L’école de commerce, vous ne pensez quand même pas qu’on puisse y apprendre des trucs sérieux ?

  • Les étudiants d’école de commerce sont les pires personnes sur Terre. Au moins.

  • On ne comprend pas toujours tout. Mais on nous aime pas, ça c’est sûr.

  • La drogue, la drogue, toujours la drogue.

  • Pseudo-intellectuels formatés donneurs de leçons. Si si.

  • Et alors si vous vous destinez à la finance, vous êtes les pires du pire.