Vous venez de vous installer dans votre appartement et vous commencez à vous créer vos petites habitudes… En tant qu’étudiant, vous voudriez bien évidemment réduire au maximum vos dépenses. Ça tombe bien car cet objectif correspond parfaitement avec celui de protéger la planète en consommant moins et mieux !

Cet article a été écrit avec l’aide de 3 membres d’oikos Reims, l’association de développement durable de NEOMA BS : Solène Jallet (Présidente 2017/2018), Marie Auriac (Vice-présidente 2018/2019) et Thomas Szygula (Responsable communication 2018/2019).

 

 

Des gestes simples pour faire des économies et protéger la planète

 

Par où commencer ?

Selon Solène, plus que des gestes à faire au quotidien, ce serait plutôt une attitude à adopter. Il faut rester éveillé et curieux, se questionner sur sa consommation, prendre le temps de faire, ou du moins d’essayer de faire des choses qui vont dans le bon sens. Tous ces exemples de gestes à adopter ne marcheront pas pour tout le monde (et même Solène avoue qu’elle a encore du mal à en suivre certains !), mais le principal est de se mettre sur la bonne voie en se lançant de temps en temps de nouveaux défis.

 

Objectif n°1 : réduire sa consommation d’électricité

Dans un premier temps vous pouvez faire attention à éteindre toutes les lumières des pièces dans lesquelles vous n’êtes pas, à ne pas laisser vos appareils en veille, à prendre des douches moins longues et à baisser de 2 ou 3 degrés la température du chauffage en journée, lorsque vous n’êtes pas dans votre appartement.

 

Objectif n°2 : réduire ses déchets

Les déchets plastiques sont extrêmement polluants pour la planète. Pour essayer de les réduire, vous pouvez par exemple utiliser quotidiennement une gourde au lieu d’acheter des petites bouteilles d’eau en plastique. Certaines associations de DD vous permettent d’ailleurs d’acheter des gourdes de la marque Gobi directement à l’école à des tarifs avantageux. Marie rappelle aussi l’importance de passer aux Ecocup au lieu d’utiliser des verres en plastique jetables en soirée.

Passons maintenant aux déchets au niveau de la salle de bain (qui concernent généralement plus les filles). La première astuce consiste à se servir de minis gants démaquillants en microfibres, lavables en machine, au lieu de cotons. La deuxième consiste à utiliser une cup menstruelle pendant ses règles, à la place des dizaines de tampons et serviettes hygiéniques. Avec un prix moyen d’une vingtaine d’euros, la cup est rentabilisée en moins de 6 mois et peut vous durer jusqu’à 10 ans. Ça vaut le coup de l’essayer!

Pour finir, parlons des déchets au niveau de notre cuisine. Ils sont de deux types : les emballages et le gaspillage alimentaire. Il est impossible d’éviter complètement les emballages, puisqu’ils sont majoritairement présents sur nos produits. Cependant, il est possible de les réduire en privilégiant l’achat de pâtes, riz, lentilles, céréales, etc. en vrac. Pour ce qui est du gaspillage alimentaire, il y a différentes solutions. Premièrement, s’il est noté sur le produit “à consommer de préférence avant le…”, sachez que vous pouvez toujours le consommer sans aucun risque après cette date. Il n’y a que la saveur qui pourra parfois être altérée. Deuxièmement, si vous avez cuisiné une quantité trop importante d’un plat et que vous n’en voulez plus, n’hésitez pas à en proposer à vos camarades. L’association Enactus de NEOMA BS est d’ailleurs en train de développer une application appelée “left(l)overs” qui permettra de mettre en relation les étudiants afin qu’ils puissent s’échanger leurs denrées. Marie souligne également l’intérêt de l’application “Too Good To Go” qui permet d’acheter les invendus des restaurants ou des boulangeries à des tarifs très avantageux, permettant ainsi de lutter contre le gaspillage de ces établissements.

 

Objectif n°3 : moins polluer

Afin de moins polluer l’environnement, vous pouvez bien-sûr privilégier les transports en commun et le co-voiturage. Thomas tient à souligner que le vélo peut être parfois plus rapide que le tram ou le bus et qu’il a l’avantage de n’émettre aucune particule de CO2.

Essayez ensuite au maximum d’acheter des produits locaux, notamment pour les fruits et légumes. Une bonne partie des associations de développement durable d’écoles de commerce vous proposeront d’acheter toutes les semaines (ou presque) un panier de fruits et légumes de producteurs locaux pour quelques euros seulement. Chez oikos Reims, ce sont 80 paniers à 5 euros qui se vendent toutes les 2 semaines. N’oubliez pas non plus que vous n’êtes pas obligés de consommer de la viande à chaque repas, et que vous pouvez de temps en temps choisir d’autres sources de protéines. Vous trouverez sur le blog Mûre et Noisettes des recettes végétariennes à petit prix et faciles à faire.

Pour finir, Solène rappelle l’intérêt d’installer le moteur de recherche Ecosia sur son ordinateur. Un geste simple et gratuit qui permet de replanter des arbres dans le monde grâce aux bénéfices générés par les recherches en ligne.