Accueil Ecoles Les anciens élèves célèbres de l’ESCP

Les anciens élèves célèbres de l’ESCP

0
919

Mythique école française, l’ESCP Europe a de quoi faire baver bon nombre d’étudiants. Ses campus situés dans de grandes villes européennes accueillent chaque année PGE, Bachelors, MS, PhD et autres qui viennent y faire leurs études. Mais pour préparer quels métiers ? Business Cool t’emmène à la rencontre de ces célèbres anciens élèves de l’ESCP Europe, pour en savoir davantage sur leurs parcours.

 

Détour express par les médias

Toujours habillé de son écharpe rouge, Christophe Barbier a une longue carrière dans le journalisme. Après l’ENS Ulm et une maîtrise d’histoire, il complète son cursus par le MS Média de l’ESCP Europe dont il sort diplômé en 1992. Christophe Barbier n’est pas le seul ancien élève d’école de commerce ayant été tenté par les médias mais c’est l’un des plus connus.

En 1996, il devient chef du service politique de L’Express puis directeur adjoint de la rédaction en 2001, avant d’être nommé directeur de la rédaction en 2006. Durant son mandat, le journal connaît une forte baisse de lectorat et passe d’environ 540 000 exemplaires vendus en 2006 à 300 000 l’année de son départ, en 2016. Cette même année, il rejoint BFM TV pour tenir une chronique politique quotidienne et demeure au sein du groupe L’Express en tant que conseiller éditorial de la direction.

En parallèle, il met en scène des spectacles pour le Théâtre de l’Archicube (troupe de l’ENS).

 

Un spécialiste du 400 mètres haies à l’ESCP

Champion du monde 1997 et champion d’Europe 2002 du 400m haies, record d’Europe du 400m haies depuis 1995, ainsi que champion du monde du relais 4x400m en 2003, Stéphane Diagana est un sportif accompli !

Vers la fin de sa carrière sportive, il entre à l’ESCP en tant qu’athlète de haut niveau, grâce au programme dédié, et en sort diplômé en 2004.

De 2007 à 2009, il assumera les fonctions de Président de la Ligue Nationale d’Athlétisme et mènera également une mission de développement du sport universitaire en 2008, confiée par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et celui de la Santé et de la Jeunesse et des Sports.

Depuis juillet 2011, il est partenaire technique de la marque de running Kalenji et a notamment développé la gamme de chaussures Kiprun.

Il exerce également des activités de commentateur durant certaines compétitions sportives et de conférencier pour aider les entreprises à renforcer la cohésion et la performance de leurs équipes.

 

Un ancien baroudeur à la tête d’une entreprise florissante

Fier breton, Philippe Gloaguen a tout d’abord commencé par découvrir sa terre natale, via un roadtrip avec son père à 13 ans, avant de s’envoler vers d’autres pays. Âgé de 16 ans, il entame un voyage en solo en Grande-Bretagne, armé seulement d’un sac à dos, afin d’améliorer son anglais.

Pour ses 21 ans, en 1972, il part à la découverte de l’Inde où il commence à rédiger des carnets de route. Émerge alors l’idée de créer un guide de voyage : le Routard était né. Il dépose ce nom de marque à l’INPI et en 1973 la première édition paraît après plus de 19 refus d’éditeurs. La maison d’édition Hachette reprend le projet dès 1975.

On estime le montant des droits d’auteurs perçus par Philippe Gloaguen de l’ordre de 3 millions d’euros par an. Il a également écrit une biographie en 2006 aux éditions Calmann-Lévy : Une vie de routard.

 

Un PDG hors pair pour le groupe SEB

Après une classe prépa au Lycée Ampère (Lyon), Thierry de la Tour d’Artaise intègre l’ESCP Europe et en sort diplômé en 1976. En parallèle, il effectuera un diplôme de comptabilité ainsi que des études de langues orientales (il parle actuellement anglais, portugais, espagnol et italien et possède des notions de mandarin).

Directeur général puis président de Calor en 1996, Thierry de la Tour d’Artaise devient par la suite président de la division équipement du groupe SEB avant d’être nommé PDG en 2000. Sous sa direction, le groupe a presque doublé son chiffre d’affaires, en axant le développement de ses activités vers l’international et en misant sur le Made in France. Il parvient également a sauver une partie des activités de Moulinex, en liquidation, et l’intègre au groupe SEB.

En 2010, Thierry de la Tour d’Artaise est récompensé par les prix de la meilleur performance boursière de l’année (BFM) et de la meilleure stratégie pour le groupe SEB (Noveria Partners).

 

Du militantisme à la création d’une chaîne de magasins

Diplômé de l’ESCP Europe en 1971, François Lemarchand part travailler aux États-Unis, où il suit un MBA à Harvard.

En 1976 il rachète la société Pier Import, avant de la revendre en 1988. Deux ans plus tard, il fonde avec son épouse la chaîne Nature et Découvertes. Militant écologiste, engagé pour l’association WWF, François Lemarchand souhaite inciter les familles urbaines à découvrir et apprécier davantage la nature.

En 1994, il crée la fondation Nature et Découvertes pour la protection de la nature où 10% des bénéfices réalisés par les magasins y sont reversés. En 2008, il crée la fondation Lemarchand pour l’équilibre entre les hommes et la terre. Cette fondation possède 20% des parts de Nature et Découvertes et finance de nombreux projets grâce aux dividendes générés.

 

Faire de sa passion un métier

Amis de longue date, Augustin Paluel-Marmont et Michel de Rovira ont tout deux fait l’ESCP Europe. Après deux parcours assez différents, les deux compères se retrouvent afin d’éditer un guide des meilleures boulangeries de Paris. Ils vendent 12 000 exemplaires et décident de poursuivre sur cette bonne lancée.

Désabusés par l’agroalimentaire français qui propose des produits aux listes d’ingrédients bien trop compliqués, et une qualité assez médiocre, ils décident de créer leur propre marque. Après moult essais, les premiers biscuits sont finalisés.

Suite à quelques petites difficultés pour se faire référencer, la marque Michel et Augustin conquiert la Grande Épicerie, les cafés Bart’s, Colette, puis Monoprix et Carrefour. Aujourd’hui cette marque de gâteaux et desserts squatte de nombreux points de vente et est devenu une success-story de l’ESCP Europe.

Antoine Riboud, un autre géant de l’agroalimentaire

Après une classe prépa au Lycée Ampère (Lyon), il intègre l’ESCP Europe. En 1965, il est nommé président de la verrerie Souchon-Neuvesel et de la société des eaux minérales d’Evian, détenue à 25% par Souchon-Neuvesel.

Après la fusion de son entreprise avec Boussois (spécialisée dans les vitrages), il devient  président du groupe BSN, nouvellement formé. Son OPE de 1968 sur Saint-Gobain échoue, car l’entreprise était bien plus grande que BSN, mais contribue à faire connaître le groupe.

Auparavant focalisé sur le domaine industriel, François Riboud pousse BSN à s’imposer sur le marché de l’agroalimentaire. Il rencontre le PDG de Gervais-Danone en 1972 et initie la fusion des deux entités, qui donne naissance à BSN-Gervais Danone. Après rachat des marques LU et Belin, l’entreprise est renommée Danone, en 1994.

Lors de son départ, il laissera sa place à son fils, Franck Riboud.

La politique n’est pas en reste

Après des études de droit à l’Université Panthéon-Assas, Jean-Pierre Raffarin entre à l’ESCP Europe où il créera l’association Tribunes ESCP.

Diplômé en 1972 il commence par officier dans le privé, pour plusieurs entreprises : Jacques Vabre, Bernard Krief Communication, Crédit Immobilier de France.

Côté politique, il a été président du conseil régional de Poitou-Charentes, député européen, Ministre des PME, du commerce et de l’artisanat sous Chirac (1995-1997), sénateur français à quatre reprises, premier ministre sous Chirac (2005) et enfin président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

 

Le plus jeune patron du CAC 40

Petit fils de Paul Ricard (fondateur de Ricard puis du groupe Pernod Ricard), Alexandre Ricard passe une partie de son enfance à l’étranger.

Pour ses études, il intègre l’ESCP et obtient son diplôme en 1995. Il débute par un service national en entreprise (équivalent du V.I.E.) à Milan pour Indosuez avant d’opter pour un MBA a la Wharton School of Business.

Après un refus à un entretien d’embauche chez Ricard, il commence sa carrière en dehors du groupe. Tout d’abord en stratégie chez Accenture, puis en M&A chez Morgan Stanley. Finalement, il rejoindra Pernod Ricard en 2003 au sein du département Audit et Développement. Dublin puis Hong-Kong, il navigue au sein des filiales et des postes prestigieux du groupe avant d’être nommé à l’unanimité directeur général délégué et administrateur en 2012.

 

 

Mais l’ESCP Europe, ce sont également :

  • Laurent Adamowicz, ancien président de Fauchon.
  • Patricia Barbizet, ancienne directrice générale d’Artémis, ancienne vice-présidente du conseil d’administration d’administration de Kering, ancien présidente-directrice générale de Christie’s, présidente de Temaris & Associés
  • Valérie Barlois, escrimeuse championne olympique (1996)
  • Louis-Roch Burgard, ancien directeur général du groupe Vinci, président exécutif de Saur
  • Stéphane Caron, nageur français champion olympique (Séoul 1988, Barcelone 1992), directeur exécutif Europe de General Electric Commercial Finance
  • Michel Ducros, ancien président de Ducros, fondateur des marques Vahiné, La Tisanière et Monaco Marine, président-directeur Général de Fauchon
  • Michel Franck, directeur général et artistique du Théâtre des Champs-Elysées
  • Hervé Hubert, producteur de télévision (attention à la marche !, le juste prix, les reines du shopping etc.)
  • Irma, chanteuse
  • Tristan Jurgensen, directeur général de RTL, RTL2 et Fun Radio
  • André Lacroix, ancien directeur général de Burger King, ancien PDG d’Euro Disney SCA
  • Christian Latouche, fondateur de Fiducial
  • Sébastien de Montessus, PDG de la société d’exploitation et d’exploration minière La Mancha
  • Tristan Nitot, ancien président de Mozilla Europe, Vice-president advocacy de Qwant
  • Arnaud Nourry, PDG d’Hachette Livre et Lagardère Publishing
  • Patrick Thomas, ancien PDG d’Hermès International
  • Benoît Prot, co-fondateur de l’Etudiant
  • Arnaud Puydefontaine, ancien directeur du groupe Emap (Télé Poche, Studio Magazine …), ancien CEO de Hearst Corporation (Cosmopolitan, Marie Claire, Harper’s Bazaar …), président du directoire de Vivendi
  • Leïla Slimani, journaliste et écrivaine, elle a reçu le prix Goncourt 2016 (Chanson Douce)