Le programme Innovation Durable est une méthode d’enseignement développée par Mélanie Ciussi et Dominique Vian (inventeur de la méthode ISMA360® ), tous deux professeurs chercheurs à Skema Business School.

Le programme, tel qu’il nous l’a été présenté, propose un format de cours aux antipodes du traditionnel amphi/TD. Tout en gardant un aspect mystérieux et sans en dévoiler trop, nous savons que nous allons faire des visites d’entreprises une fois par mois, que nous allons travailler en collaboration avec des managers rencontrant des problèmes concrets afin de trouver une solution ensemble, que nous allons travailler sur de véritables projets de groupe. Par exemple, la génération ID 2016 (la toute première génération du programme), a géré une campagne de crowdfunding afin de réaliser un projet dans le cadre du programme ID. Un format de cours qui sort des sentiers battus, donc. Par exemple, nous avons reçu notre programme de la journée de rentrée en janvier : bootcamp, pic-nique et défi créatif !

Les étudiants qui suivront ce programme (dont moi) au semestre 2 ne suivront pas les cours classiques : les seuls cours que nous aurons en commun avec le reste des L3 sont les cours de droit et de langues. TOUS les autres cours sont remplacés par le programme ID, qui valide 20 crédits ects. A la place des matières classiques, nous serons notés sur 8 modules (je ne vous en dévoile pas trop, mais en voici deux pour l’exemple : « Revisiter le monde comme un espace d’opportunités » et « Identifier et comprendre des business model innovants et durable »).

Le programme s’articule autour de valeurs sociales, durables et éthiques, et ne s’adresse qu’à des étudiants à qui ça parle. Tout le monde n’est pas séduit par ce programme et beaucoup de personnes à qui j’en ai parlé m’ont confiées ne pas être intéressées du tout.

Deux autres domaines qui en forgent l’identité sont : la créativité et l’innovation. Il a pour but de former des personnes qui souhaitent développer leur capacité à créer des choses nouvelles et à innover afin de comprendre et de trouver des solutions aux nouveaux problèmes rencontrés dans les entreprises.

A priori, ce programme concerne plus les étudiants dont le projet est de monter leur propre boîte. Mais tout étudiant peut y postuler et être accepté, la condition, c’est d’être motivé, de ne pas avoir peur de remettre ces certitudes en question et d’être prêt à s’investir à fond. J’en suis la preuve vivante : je n’ai pas pour projet d’être auto-entrepreneuse, mais le programme m’a bien branchée, j’ai tenté, et j’intègre dès la rentrée de janvier.

 

Les promesses du programme ID

Les étudiants qui ont suivi ce programme en 2016 sont unanimes : vous en sortez changé. Déjà, parce que le fait de travailler sur de véritables projets, avec des enjeux concrets et ancrés dans le monde de l’entreprise d’aujourd’hui, vous permet de trouver votre voie. Pour ceux qui, comme moi, n’ont qu’une vague idée de la direction qu’ils vont prendre, c’est l’idéal. A la fin du programme, je devrais pouvoir dire « je sais que je ne veux pas être dans tel et tel domaine, et que j’ai beaucoup aimé faire ceci pendant lors de nos projets (vous devriez retrouver cette phrase complétée en avril !) ».  Pour les autres, qui sont persuadées de ce qu’ils veulent, le programme est là pour ébranler leurs convictions et leur permettre de prendre du recul sur ce qu’ils aiment vraiment. Oui, parce que quand tu sors de deux années de prépas et que tu n’as jamais fais de stage en entreprise, tu peux avoir l’impression de kiffer la finance alors qu’en fait, ton truc, c’est le marketing.

Ce programme permet également une bonne insertion dans la vie professionnelle : avant même d’avoir réalisé un stage, tu as déjà géré un budget conséquent, lancé des campagnes de marketing et de communication, mené un projet en équipe (qui plus est, une équipe plutôt remplie puisque nous sommes une trentaine à suivre ce programme), travaillé main dans la main avec des directeurs d’entreprises, … Ce n’est pas donné à tout le monde, et il paraît que c’est tout bénef !

Et bien sûr, le programme est là pour développer notre créativité et notre capacité d’innovation. Nous allons apprendre à innover. Cela peut paraître étrange, parce qu’on a l’impression que l’innovation relève plutôt du don naturel. Mais après tout, pourquoi pas ?

 

Pourquoi je l’ai choisi ?

Il y a trois raisons pour lesquelles j’ai décidé d’envoyer ma candidature pour le programme ID. D’abord, le format de cours original m’a d’emblée séduite. D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours pensé que la meilleure façon d’apprendre, c’est sur le terrain, avec des choses concrètes. Etre confronté à des problèmes qui n’ont pas encore de solutions, sur lesquels vous devez réfléchir et dont l’issue repose sur vos épaules, c’est bien plus formateur que des problèmes dont les solutions existent déjà et ont été trouvées par des grands auteurs. J’ai conscience que beaucoup de personnes ne partagent pas cette opinion, ceci dit, je ne pouvais pas passer à côté de cette opportunité.

Ensuite, les valeurs qui dominent le programme sont des valeurs qui me parlent. J’essaye, à mon échelle, de respecter ces comportements durables et éthiques. Dès que j’ai entendu parler de cette opportunité d’apprendre à appliquer des comportements à la vie professionnelle, je l’ai saisie !

La dernière raison pour laquelle j’ai décidé d’intégrer ce programme, c’est parce que j’espère qu’il pourra m’orienter sur la voie que j’emprunterais lors des spécialisations en Master. Je suis ce genre de fille qui veut tout tenter et qui a peur de se fermer de portes et de louper des opportunités. Le programme ID  me permettrait de « toucher à tout », de voir ce pour quoi je suis douée et ce pour quoi je ne le suis pas, ce qui me branche et ce qui m’exaspère. Cette dernière raison est donc plus personnelle.

Voilà, maintenant vous en savez (presque) autant que moi sur ce programme. Un update sera fait à la fin du programme, en avril, afin de faire le bilan de ce que ce semestre spécial m’aura apporté, s’il aura tenu ses promesses et si je conseille de se lancer.