Accueil Ecoles IMT-BS (ex Télécom EM) : une rentrée pas comme les autres #NouveauDepart

IMT-BS (ex Télécom EM) : une rentrée pas comme les autres #NouveauDepart

0
357

C’est la première rentrée des classes pour les étudiants d’IMT-BS, après le changement de nom de l’école. C’est une nouvelle ère qui commence, et on peut dire que ce début d’année est plutôt mouvementé. Pour rappel, Institut Mines-Télécom Business School a ouvert plus de places à la BCE cette année, et c’est un franc succès, car le rang du dernier admis, passé de 677e en 2017 à 595e en 2018, est en nette progression.

 

Une rentrée en compagnie de Edgar Grospiron

Pour bien commencer l’année, les primo-entrants ont eu la chance d’assister à une conférence sur la motivation, orchestrée par Edgar Grospiron, champion de ski acrobatique français, spécialisé dans l’épreuve des bosses. Il a été notamment le premier champion olympique de la discipline en 1992 à Albertville, champion du monde à trois reprises (1989, 1991 et 1995), mais aussi vainqueur à quatre reprises du classement général de la Coupe du monde des bosses (1990, 1991, 1992 et 1994). Quel est donc le rapport avec une grande école de management ? La motivation ! Que nous fassions de grandes études ou du sport à haut niveau, nous avons tous des objectifs à atteindre, et sans motivation, eh bien, on ne peut pas espérer grand-chose. C’est pourquoi, celui qui a autrefois fait rayonner les couleurs tricolores en ski, s’est reconverti en conférencier spécialiste de la motivation après sa carrière sportive. Le parcours d’Edgar est assez exceptionnel : comme il le dit lui-même avec beaucoup de dérision « je n’ai même pas le bac, et pourtant je me retrouve aujourd’hui à donner des conseils à des étudiants de grande école » !

Quelle est donc la clé du succès selon lui ? Il faut (bien évidemment) croire en soi, se donner la chance, savoir élever le niveau (cela peut être du point de vue scolaire, mais également dans nos projets personnels), il faut viser l’excellence, ne pas jeter la faute sur les autres, prendre du recul et se remettre en question. Ce sont des choses qui peuvent paraître difficiles, alors qu’il suffit simplement de prendre l’habitude de faire de tels efforts, afin que cela devienne un automatisme. Souvenez-vous simplement des fois où vous mettiez vos chaussures étant enfant, aujourd’hui vous ne réfléchissez pas pour distinguer le pied gauche du pied droit. Une chose est sûre, il ne faut pas compter sur la chance pour réussir, c’est pourquoi Edgar Grospiron insiste sur le fait de donner un sens à sa vie. Il faut sans cesse se projeter et saisir les opportunités. Nous sommes en grande école et il faut en profiter, car le réseau est une force, et capitaliser dessus ne vous rendra pas plus niais. L’avenir est incertain, mais ce que nous voulons doit être mûrement réfléchi et nous devons nous poser la question “Que veux-je faire de ma vie ” ? Répondre à cette question c’est faire un grand pas vers l’avant, que nous le voulions ou non, nous serons au long de notre vie en concurrence avec bien d’autres et dans ce contexte, celui qui connaît ses objectifs aura toujours une longueur d’avance.

 

Une rentrée sous format serious game

De plus en plus d’écoles s’efforcent de proposer des travaux de groupe (des projets) dès la rentrée, afin de mettre les nouveaux arrivants dans des conditions peu souvent vécues. On ne demande pas aux élèves de se concurrencer, mais bel et bien de coopérer et de gérer un projet en équipe. Les 1As ont donc été confrontés à une simulation de gestion, qu’on pourrait appeler plus communément “serious game”, pendant un peu plus d’une semaine, et ce juste après le WEI. Pour savoir en quoi consiste la simulation de gestion à IMT-BS, j’ai obtenu le témoignage de Néfélie Courraud, étudiante en première année.

 

Néfélie, comment as-tu trouvé cette expérience et en quoi consiste la simulation de gestion ?

“Au départ, j’ai trouvé ça un peu étrange de commencer l’année par un “jeu de simulation” en sortant de prépa ou même d’autres filières, je pense que ce n’est pas commun. C’était un peu bizarre et puis au fil des séances on s’est pris au jeu.  La simulation de gestion est un genre de serious game noté, nous sommes par groupe de 5-6 (5 dans notre cas), on doit gérer un hôtel et lui trouver un nom. Par la suite nous sommes mis en concurrence avec les autres groupes, et l’indice le plus important pour le jury est le taux d’endettement, qui représente le ratio “dettes / capitaux propres” il ne fallait donc pas dépasser les 100% sous peine de perdre 2 points sur la note finale (ce qui dans la vraie vie mettrait l’hôtel en faillite). On a été 2 fois au-dessus des 100% au début du jeu à cause de notre mauvaise stratégie, mais sinon on est montés approximativement à 107% au 3e tour puis redescendus à 50% au 12e tour. Au départ notre hôtel était donc en déficit (soit 3.5M € de dettes à long terme et 700K € à court terme), nous avons donc changé de méthode, afin de diminuer la dette et de faire du bénéfice. On est donc partis sur une stratégie moyen/haut de gamme limite d’écrémage ce qui ne nous a pas réussi, et on s’est réorientés vers du low-cost pour essayer d’offrir le meilleur rapport qualité prix aux clients pour avoir un taux de remplissage maximal.
Ensuite, on a fini par devenir premier sur le plan rapport qualité/prix ce qui nous a propulsé en haut du podium niveau CA (3ème), et cela nous a permis d’avoir une des meilleures progressions.
A la fin des 12 tours j’ai dû passer à l’oral pour le groupe, afin d’expliquer toutes nos démarches et donner envie aux actionnaires (les membres du jurys et étudiants des autres groupes) de venir investir dans notre hôtel.

Ce genre d’exercice est un moyen de changer complètement de culture par rapport à la prépa, maintenant que nous sommes en école, les travaux de groupes sont beaucoup plus valorisés, comme c’est le cas en entreprise, nos collègues Passerelle n’en diront pas moins. Voilà pour l’aspect fun de la rentrée, maintenant, place aux choses beaucoup plus sérieuses ;).

 

(merci Patrick Déclic pour les photos)

La SEI*, le WEI, le forum des assos et le French Village

C’est toujours un moment particulier, car c’est vraiment la semaine qui marque le commencement d’une nouvelle vie. C’est à ce moment que l’on se rend enfin compte, que les efforts fournis pour en arriver là n’ont pas été vains !

Lors de la semaine d’intégration*, les étudiants de première année (les « 1A ») étaient répartis en plusieurs équipes de couleur, afin de participer aux activités concoctées par les associatifs. À commencer par la journée BDE (lap dance, concours de twerk, de pompes, show de danse), pour laisser place à la journée BDA le deuxième jour (chasse au trésor, chorégraphie d’équipe, blind test, concours de Slam / Rap…). Les activités du troisième jour étaient organisées par l’ASINT (autrement appelé BDS), avec au programme : Lucky Luke au basket dont le principe est de marquer plus vite que son adversaire, une balle au prisonnier, gonflable inter-ville, béret, cours de Zumba, shows de danse…). Afin de découvrir toutes les associations et clubs, un forum des associations a eu lieu le jeudi, avec des stands divers et variés à découvrir (association Muslim’INT, Pomp’INT pour les pompoms, Trend’INT pour la mode, animation putting pour le club de golf, INTervenir l’asso humanitaire, Uni’Vert l’asso de développement durable…). Pour clôturer cette semaine chargée, l’association AIESEC présidée par Ryan Bensarsa a organisé le French Village, avec le même principe que le Global Village à quelques différences près, car chaque stand représentait une région de France, non pas un pays. Pour bien finir cette semaine d’intégration, le WEI a eu lieu à la Dune du Pilat au camping du Pyla, un endroit paradisiaque, avec un paysage à couper le souffle. Au programme de ce WEI de nombreuses activités ont rythmé le séjour :

  • Gonflables (Wipe out, faucheuse mécanique, terrain multi-sports, tir à l’élastique…)
  • Bouée tractée
  • Saut à l’élastique
  • Ventriglisse
  • Bubble foot
  • Apéro couleur
  • Apéro mousse
  • Kayak
  • Election Miss et Mister WEI
  • Soirée Fêtes de Bayonne
  • Jungle party.

 

C’était donc une rentrée complète et animée. Pour finir en beauté les 3A de la majeure EMI (Entrepreneuriat & Management de l’Innovation) ont reçu Elisabeth Moreno – PDG LENOVO France, et marraine de la promo EMI 2019 pour échanger sur son expérience en tant que patronne de petite entreprise à ses débuts jusqu’à maintenant. Personnellement, j’ai rarement eu la chance de rencontrer une personne si inspirante et si humaine avec autant de responsabilités. Elisabeth Moreno correspond totalement aux paroles de Drake “Started from the bottom now we’re here”.  Sachez que l’intelligence ne suffit pas pour en arriver là, il faut faire des sacrifices et avoir de l’audace, et “l’intelligence situationnelle” peut vous démarquer des autres. Pour la petite anecdote, lors d’une succession d’entretiens pour travailler dans un grand groupe américain, Mme Moreno arrivait à la dernière étape de son entretien, et le recruteur lui lâcha :

– “J’aurais bien voulu vous embaucher, mais vous êtes une femme, qui plus est noire.”

Elisabeth Moreno lui rétorqua :

– “Vous êtes gros et vous êtes bête”

Il lui répondit :

– “Quand est-ce que vous commencez ?”.

Ça ne marchera pas pour tout le monde, mais oser est toujours bien mieux que ne rien faire 😉.

 

Si tu veux en connaitre un peu plus sur les rentrées des autres écoles, le BDE 404 de GEM te plonge dans les coulisses de son WEI! Tu veux comparer le WEI de GEM à celui d’HEC ? À celui d’Audencia où Kavinsky a aussi fait une apparition ? À celui de l’ESSEC qui a eu lieu dans une grotte ? Ou encore au Skoachella de Skema ? Feel free <3 (as-tu déjà pensé à une fin des WEI ?)

Subscribe to our mailing list

*
indicates required