Lancement d’IBS, la première école de commerce dédiée aux médias

Lancement d’IBS, la première école de commerce dédiée aux médias

0
74
L'école EDNH le 13 mars 2015 à Paris

Secteur à la réputation sulfureuse, le monde de la publicité fait face à des bouleversements considérables ces dernières années. En cause, l’évolution de nos modes de consommation et notamment l’avènement du digital, qui vient d’ailleurs détrôner la télévision en termes d’investissements publicitaires. Dans ce marché digital en plein essor, deux société aux positions hégémoniques, Facebook et Google, captent à elles seules 92% de ces investissements.

La publicité évolue également par son fonctionnement intrinsèque : la technique a révolutionné la relation média-annonceur sur internet, qui se cristallise désormais autour de canaux automatisés « programmatiques ».

La rapidité avec laquelle cette innovation s’est imposée suppose un défi pour les entreprises du secteur : loin de signifier la fin de l’humain dans le process, la programmatique oblige les acteurs du marchés (annonceurs, groupes médias, régies publicitaires) à recruter des profils commerciaux dotés de solides compétences techniques.

Fort de ce constat, Marc Laufer et Aldrick Allal, respectivement PDG de Newsco Group et de l’Étudiant et Président fondateur du groupe Diderot Education, vont tenter de répondre à cette demande croissante grâce à la création de l’Indigo Business School (IBS), une école qui proposera dès la rentrée prochaine une formation post-bac Bachelor « Media Trader » (bac +3) qui pourra se prolonger par un Master « Media Trader Management » (bac +5). Les deux campus seront situés dans le cœur de Paris.

Les deux fondateurs assurent que leur initiative est motivée par la demande des entreprises, à la recherche de ces profils issus d’une formation hybride : « Ce métier a radicalement changé, une nouvelle génération de formation dans ce métier me paraît primordiale avec l’arrivée du digital, du digital sur mobile et sur les réseaux sociaux notamment. » déclare à ce sujet le PDG Havas Media Group -l’une des plus grosses régies parisiennes-, Raphaël de Andreis.

Malgré cet engouement apparent, IBS n’ouvrira que 50 places pour sa première rentrée : « C’est la garantie d’assurer une formation de qualité dès la première année avec suffisamment d’intervenants. » rétorque Aldrick Allal.

Cette promotion somme toute modeste par sa taille permet toutefois aux co-fondateurs d’abattre un argument de choix pour attirer les étudiants chez eux. L’école va en effet garantir contractuellement aux élèves un emploi en CDI immédiatement après leur diplôme ; gage de la certitude des deux entrepreneurs que le marché absorbera aisément ces jeunes aux compétences si recherchées.

Les intervenants, justement, seront systématiquement des professionnels, faute de professeurs aptes à transmettre des compétences dont l’apparition est encore ultra récente. L’enseignement prodigué se veut par ailleurs ancré dans le concret ; la pratique sera placée au cœur de la pédagogie, tout comme l’anglais, précise Aldrick Allal.

L’établissement devrait, à terme, permettre à ses premiers diplômés de pourvoir des postes à responsabilité dans les agences et les régies, comme par exemple chef de publicité, consultant en communication, acheteur médias ou média planner.