Ecoles

KEDGE BS va préparer ses étudiants au Programme “Chartered Financial Analyst” (CFA)

KEDGE BS va préparer ses étudiants au Programme “Chartered Financial Analyst” (CFA)

Rares sont les institutions académiques françaises qui préparent leurs étudiants à l’exigeant examen conçu chaque année par le CFA institute, un organisme américain à but non lucratif, internationalement reconnu pour son expertise dans le petit monde de la finance. Seules neuf d’entre elles proposent en effet un programme CFA : HEC Paris, l’ESSEC BS, L’ESCP Europe, l’EDHEC BS, NEOMA Business School, l’ICN Nancy, l’ESC Pau, l’Université Paris Dauphine et l’Université Paris Panthéon-Sorbonne.

Elles seront désormais dix ! Dès le mois de juin, une poignée d’étudiants “Kedgiens” vont tenter le level I du CFA, chassant ainsi sur les terres des écoles de commerce citées auparavant.

Pour en savoir plus, nous avons sollicité monsieur Pierre Gruson qui a très sympathiquement accepté de répondre à nos questions. Pierre Gruson est professeur permanent à Kedge Business School. Il est titulaire d’un Doctorat et de l’Habilitation à Diriger des Recherches. Il a publié plusieurs manuels sur la finance de marchés et les marchés dérivés. Il a participé à la traduction de manuels de Finance américains (Graham & Dodd, Brealey & Myers). Il écrit des articles sur les produits financiers et les taux d’intérêt dans les revues académiques, mais aussi pour les Echos. A KEDGE, il est aussi responsable de la salle des marchés Reuters, de la certification AMF et du programme de préparation au CFA.

 

En premier lieu, pouvez-vous expliquer aux lecteurs de Business-Cool ce qu’est le programme CFA ?

Le Chartered Financial Analyst Institute est né dans les années soixante aux Etats-Unis. Les analystes américains à l’origine du CFA ont construit un programme de formation accessible aux étudiants à partir de la troisième année de Bachelor. Il est divisé en trois niveaux, chaque niveau fait l’objet d’un examen organisé deux fois par an par le CFA Institute. C’est un « grade » prestigieux, sans doute le plus connu et reconnu à l’international dans le secteur de la Finance.

 

Quels sont les trois niveaux du CFA ? Pourquoi votre école, ni aucune autre en France d’ailleurs, ne prépare le troisième et dernier niveau de ce programme ?

L’éventail des thèmes balayés pour chacun des niveaux n’est pas foncièrement différent. Il s’agit plutôt d’accroître à chaque niveau la maîtrise de ces thèmes pour construire étape par étape un « candidate body of knowledge » (CBOK). Néanmoins, la pondération dans l’ensemble du programme varie d’un degré à un autre, reflet de la plus grande maturité des candidats. Par exemple, « Portfolio Management » occupe 7% du premier niveau, pour près de 50 % du dernier. Si le premier niveau alimente la boîte à outils du financier, le second vise à approfondir l’analyse financière, le troisième fait la part belle à la stratégie et à la maîtrise de l’ensemble du processus de gestion. Voilà pourquoi les écoles et universités préparent plus naturellement au niveau I, voire II. Le dernier s’adresse plutôt aux professionnels avec de l’expérience, dont l’inscription sera prise en charge par l’employeur.

Pour ce qui concerne Kedge, nous avons choisi de privilégier le niveau I en proposant une série de cours d’entraînement à l’examen pour nos étudiants. Les étudiants inscrits au CFA reçoivent un package qui leur permet de préparer de manière autonome, les étudiants de Kedge inscrits au programme suivent 30h00 de cours qui balayent les 18 « study sessions » sur lesquelles portera l’examen officiel.

Source CFA Institute

 

Quels sont les étudiants de KEDGE BS qui pourront préparer le CFA à l’école ? Peut-on suivre ce parcours indifféremment à Marseille et à Bordeaux ?

Le programme d’entraînement au CFA –I- est ouvert aux étudiants des différents cursus de Kedge (Bachelor, MsC, postgraduate). Il est dispensé à Bordeaux, mais les cours sont accessibles en visio-conférence pour les étudiants des autres sites, en semestre d’échange à l’étranger ou en césure dans une entreprise. Quelle que soit leur implantation, tous les étudiants de Kedge peuvent suivre ce programme. Notre seule exigence est qu’ils soient officiellement inscrits pour passer l’examen du CFA ce qu’ils font directement auprès du CFA Institute.

 

Combien d’étudiants suivent actuellement le programme ?

Nous avons ouvert les inscriptions fin 2016, le programme débute en février 2017, et prépare à la session de juin 2017. Nous avons déjà plus d’une vingtaine d’étudiants. Pour une première promotion, c’est très encourageant. Une partie d’entre eux sont des étudiants étrangers présents pour un semestre à Kedge.

 

Quelles sont les matières (ou « modules ») que comporte le programme CFA ?

Les matières sont essentiellement orientées finance : les différentes classes d’actifs financiers, la gestion de portefeuille, l’analyse financière, l’investissement, mais il y a aussi des matières « ressources » comme l’économie ou les méthodes quantitatives. Enfin, le CFA laisse une place importante à l’éthique et à la déontologie professionnelle.

 

Comment se présentent les examens ?

Pour la France, il se déroule à Paris, le premier samedi du mois de juin et du mois de décembre. Sur la journée, deux épreuves de 3h00 sont organisées sous la forme d’un QCM en ligne. Le principal objectif n’est pas de terminer le QCM, mais de scorer « positif » sur un maximum de questions.

 

Un bon niveau en anglais est-il une condition sine qua non à la réussite de l’examen ?

Bien entendu. A la difficulté de s’approprier les concepts de la finance que connaissent tous les étudiants des Business Schools, se superpose leur compréhension en anglais. Mais en fait, ce sont des automatismes qui s’acquièrent avec un peu de pratique et de patience. Dans le programme que nous avons conçu, les séances sont assurées en anglais, avec des questions d’examen du CFA en anglais.

 

La création du parcours CFA a-t-elle impliqué le recrutement de professeurs spécialisés pour l’école ?

Non, cela n’a pas été utile. Tous les intervenants de ce programme sont des professeurs permanents de Kedge. C’est un atout non négligeable, dans la mesure où ces professeurs connaissent bien les différents programmes de Kedge, et qu’ils ont une vision plus fine des acquisitions des étudiants. C’est la sécurité de travailler sur le moyen terme à peaufiner ce programme.

 

A quels métiers peuvent espérer accéder les titulaires du level II ? Du level III ?

Principalement le corpus des analystes, qu’ils soient « sell side » ou « buy side », mais aussi les sales et les Asset managers. En revanche, ce n’est pas l’école des Traders …

 

… et avec quelles prétentions salariales ?

Joker … L’une des valeurs mise en avant par le CFA est la notion d’éthique. Il serait malvenu de monter un calcul financier pour actualiser les suppléments de salaires procurés par le grade de CFA et les comparer au coût de l’inscription, … et du temps passé. Nous préférons retenir que le CFA constitue un passeport exceptionnel pour catalyser les débuts de carrières de nos jeunes diplômés. Comme dans beaucoup d’autres fonctions de l’entreprise, le talent personnel, le goût d’approfondir ses connaissances, les qualités managériales feront la différence.

 

Le CFA institute indique que 600 heures de travail sont nécessaires pour réussir le level 1, et autant l’année suivante pour valider le level 2. Considérez-vous que le quotidien d’un étudiant qui choisit le parcours CFA s’apparente à celui d’un préparationnaire ?

Je crois que la majorité des étudiants lui consacre plutôt 300 heures, parce que les cours qu’ils suivent dans nos écoles recoupent une partie du programme. Mais vous avez raison, tous éléments pris en compte, on atteint rapidement le chiffre de 600h. Si le rythme est moins dense que celui des « prépa », il peut plutôt être comparé à l’intensité qui est nécessaire pour suivre le parcours d’expertise comptable. Au final, c’est assez variable d’un étudiant à un autre. Peut-être que la clef du succès est avant d’intégrer le programme parce que l’on est motivé et que l’on a de l’appétence pour la finance de marchés. Mais c’est à déconseiller si vous êtes aussi président de la liste BDE qui vient d’être élue…

 

Outre les frais d’inscription au programme, non négligeables, les étudiants qui optent pour le parcours CFA à KEDGE doivent-ils s’attendre à payer plus cher que les autres ?

Non, ce n’est pas notre logique. Kedge a débloqué un volume d’heures, des ressources humaines pour accompagner nos étudiants dans leur projet. Selon leur cursus, nous leur accordons des crédits s’ils sont reçus à l’examen du CFA.

 

HEC, l’ESSEC, l’ESCP, l’EDHEC, NEOMA et ICN Nancy proposent également le parcours CFA, pourquoi avoir fait le choix de leur emboîter le pas aujourd’hui ?

Pour nous, ce projet était une évidence depuis longtemps, au même titre que la salle des marchés Reuters que nous avons mise en place en 2000 parmi les premières écoles en France. De même, depuis 2011, nous proposons à nos étudiants de passer la certification AMF dans nos locaux, en partenariat avec Barchen. Enfin, nous avons favorisé le passage des tests Bloomberg, tant que ceux-ci étaient accessibles sans être abonné à Bloomberg. La dernière année, notre équipe d’étudiants s’est classée au premier rang européen. C’est donc une longue tradition à Kedge que de proposer de passer les certificats et accréditations extérieures en finance. Dans le cas du CFA, le coût d’inscription demandé aux étudiants, de l’ordre de 1000 $, nous a fait hésiter. La demande croissante des étudiants français et internationaux a emporté la décision. L’école partage cet effort en proposant gratuitement l’accès au programme de formation en interne.

 

Sans langue de bois aucune, avez-vous, si ce n’est des objectifs, des espérances en termes de pourcentage de réussite à l’issue de cette première année test ?

Le CFA indique que pour chacun des niveaux, le taux de réussite tous candidats confondus avoisine les 50 %. Nous devons significativement dépasser ce score pour justifier la raison d’être de notre programme. Nous misons sur l’effet d’entraînement collectif, le rythme d’une demi-journée d’entraînement hebdomadaire. Nous verrons en juin si notre pari était le bon. Si l’aventure est couronnée de succès, nous ambitionnons de rejoindre à moyen terme les meilleures universités internationales qui sont partenaires du programme CFA. Là, ce sera à nous de passer par l’évaluation du CFA Institute …

 

Ecoles

Fondateur du groupe Up2School (Business-Cool, Major-Prépa et Forum-Commerce) et étudiant à NEOMA BS.

More in Ecoles

Business-Cool - 2016