Interview de Théo, étudiant à TBS et président du BDEX

Interview de Théo, étudiant à TBS et président du BDEX

0
233

Théo Fleck, nouveau président du Bureau Des Sports Extrêmes (BDEX) et étudiant à TBS, vous présente son école. Associations, cursus, vie étudiante, … tout sera passé en revue, des oraux à la vie en école. Théo vous parlera également plus en détail du BDEX, spécificité de l’école de la ville rose.

 Prépa : Classe Préparatoire ECS, Lycée Kléber, Strasbourg

 

 Avant l’école

Ton parcours avant ton intégration (lycée et prépa) ?

Avant ma classe préparatoire au Lycée Kléber à Strasbourg, j’étais en sport-étude ski alpin où j’ai pu concilier sport de haut-niveau et un BAC S obtenu en juin 2014. J’ai également passé en parallèles les premières étapes du Diplôme d’Etat de moniteur de ski.

 

Tes notes aux écrits ?

 Geopo ESCP : 16

Math Edhec : 5,5 (wtf)

Philosophie : 20

LV1 Anglais : 13,5

LV2 Allemand : 8

Français/Synthèse ESCP : 14

 

Ton oral d’entrée à Toulouse Business School (TBS) ?

Les langues à TBS sont importantes mais ce qui nous départage vraiment le plus est l’entretien de personnalité. Ayant fait prépa, j’ai eu droit à l’article de journal, épreuve souvent redoutée par certains candidats mais qui finalement n’est pas si compliquée si on l’aborde méthodiquement et sereinement. Le secret est tout d’abord de trouver un article parlant, pertinent et avec une forte prise de position par l’auteur, il sera alors plus facile de critiquer ou nuancer le point de vue qu’un article où la prise de position est difficilement décelable. Pour ma part, l’article a été un accélérateur, car j’avais pris un article sur le Moyen-Orient écrit par Olivier Roy (un des spécialistes français du Moyen-Orient), qui partait de la théorie économique du « Glocal » transposé au terrorisme. L’article était pertinent et original, je connaissais bien l’auteur (étudié longuement en Géopo) ; le tour était joué. Cela m’a permis de donner une bonne impression dès le départ et à faciliter la suite de l’entretien, plus classique centré sur ma personnalité, afin d’obtenir la note maximale.
En général, une majorité des intégrés ont eu la note maximale à leur entretien de personnalité, car le coefficient de cette épreuve est très important.

 

La vie à TBS

Tes cours ?

En première année, tous les nouveaux étudiants (L3) effectuent un tronc commun, c’est-à-dire que les cours sont généralistes afin de fournir aux étudiants une vision globale des différentes matières du management.
Nous étudions au premier semestre des matières comme le contrôle de gestion, la comptabilité, le droit des affaires, la vente et négociation, l’outils bureautiques puis nous devons rendre un bilan personnel pour clôturer ce premier semestre. Au menu du second semestre, nous étudions des matières comme la corporate finance (cours dispensé en anglais), l’analyse financière, la RSE, le marketing, le commerce international, le management des opérations (supply chain) ou encore le comportement et organisation au sein des entreprises. D’autre part, nous continuons à avoir des cours dans les deux langues à hauteur de 2 heures chacune par semaine. (l’anglais est obligatoire en première langue)

En outre, nous effectuons en parallèle un projet Solidaire pendant toute l’année qui s’achève avec un oral et une soutenance à rédiger. Nous sommes par 5 et chaque groupe possède un projet différent. Pour ma part, mon projet consistait à faire passer des entretiens à des étudiants pour les préparer au mieux aux oraux des Grandes Ecoles de commerce afin qu’ils abordent ces épreuves plus sereinement et qu’ils puissent gagner en confiance.

Pour finir, à TBS il est aussi possible d’effectuer tous les cours en anglais (cursus English Track) ou faire une section aménagée (matin ou après-midi) pour suivre des cours à la fac ou travailler pour financer ses études.

 

Les associations ? (en général)

 Les associations contribuent en grande partie à l’ambiance générale de TBS et la vie associative est cœur de la vie dans l’école. Il en en existe plus d’une vingtaine, de taille différente avec des processus d’intégration plus ou moins difficiles mais chacune ayant pour but de défendre un projet bien à elle. Il n’existe pas de réelle compétition entre les associations même si chacun à cœur de défendre la sienne : les associations s’entendent bien et font souvent des évènements en commun. Nous possédons un couloir des associations où chaque asso possède un local pour travailler.

 

Ton association ?

 Pour ma part, j’ai intégré Sup d’Oeno (l’association d’œnologie de TBS) au début de l’année dans le pôle démarchage.
Par la suite, j’ai monté avec des amies une « liste » afin de participer aux campagnes associatives pour le BDEX (Bureau des Sports Extrêmes) que nous avons remportés au mois de mars dernier.  Notre liste dénommée Sky’viators aura le mandat 2017-2018 pour le Bureau des Sports Extrêmes avec au menu un RAID (week-end sportif à la montagne) , un Urban Day (en collaboration avec le bureau des Arts (BDA)) , un Sémineige (4-5 jours au ski avec 450 étudiants), un Sémimer ainsi qu’ « Into The ride » (une sorte de Pékin express pour étudiant en collaboration avec Cheer up, une association de lutte contre le cancer). Nous sommes divisés en plusieurs pôles : communication, démarchage, Sémineige, Urban Day, Sémimer, Into The ride. Les recrutements pour les AST2 se font en début d’année et les recrutements pour les L3 des listes déchus par exemple se fait en fin d’année.
Les campagnes associatives sont un grand moment au cœur de TBS, pendant 3 semaines des listes s’affrontent sur des évènements, distribuent aux étudiants leurs démarchages, et essayent de rayonner le plus possible pour remporter des votes. C’est une période festive, stressante mais ô combien enrichissante sur le plan humain car notre liste devient une famille dans laquelle euphorie, responsabilité, stress et climat de tension dans les moments difficiles cohabitent. J’en retire une expérience très formatrice d’une part, mais cela a aussi permis de m’ouvrir d’autre portes, car désormais en tant que président j’effectue un stage associatif pendant les 6 premiers mois de ma M1.
J’ai aussi intégré la Sailing Team (l’association de voile) en fin d’année, association toute récente avec de beaux projets (Course croisière EDHEC, 5 jours de croisière sur la Costa Brava cette année…).

 

Les stages ?

 A la fin de la L3, les étudiants doivent effectuer un stage de 4 à 6 mois. (Stage en France ou à l’étranger ou encore stage associatif). Pour une majorité des présidents d’association, le stage associatif permet de préparer les évènements les plus importants en amont. Certains évènements demandent 4 à 6 mois de préparation. (Week-en d’intégration (WEI), Sémineige, Lancement Petit Tou, Trophée des Arts etc). Nous avons donc pendant quelques mois les commandes de l’association, une sorte de mini-entreprise, avec un effectif plus réduit car certains membres sont en stage à Paris ou à l’étranger.

TBS axe nos cursus vers l’international et donne une grande importance aux périodes de stage. Par exemple, il est possible d’effectuer jusqu’à 24 mois de stage pendant toute la scolarité et la possibilité de changer de campus (Toulouse, Barcelone, Londres) pendant notre cursus. La seule obligation est que nous devons obligatoirement faire un stage de 6 mois à l’étranger.

Avec la nouvelle réforme, les prochains intégrées verront ce schéma changer légèrement, la première période de stage se fera dès janvier de la seconde année et non plus dès aout-septembre de la seconde année comme pour ma génération.

 

 Le parcours que tu envisages ?

 J’envisage après mon stage associatif d’effectuer une majeure Finance à TBS avant de m’orienter vers une césure. La première partie serait un stage de 6 mois en entreprise et la deuxième partie serait une expérience internationale dans une université partenaire. Je pense également revenir à Toulouse en 4ème année.

 

Comment se déroulent les campagnes de renouvellement des assocs’ ?

Les campagnes concernent seulement les 4 bureaux de l’école (Bureau des élèves, Bureau des Sports, Bureau des Sports Extrêmes et Bureau des Arts). Elles ont lieu pendant 3 semaines, mais la préparation demande bien 4 mois de travail, de la formation de la liste, en passant par le démarchage et pour finir avec les évènements.
L’ensemble des campagnes est sous l’égide de la Fédération des associations (FEDE) qui veille au bon déroulement de toutes les campagnes. Les listes font en moyenne 3 évènements sur la période pour montrer leur originalité et leur talent d’organisation, tout ça dans le but de convaincre l’école qu’ils sont légitimes pour reprendre le bureau l’année suivante.
A l’issue de 1 ou 2 tours suivant le nombre de listes, l’amphi de résultat vient clore les campagnes et désigner le gagnant qui aura emmagasiné le plus de vote de la part des étudiants de TBS. Il se verra enfin remettre le mandat à la fin de l’année.

 

Quid de la vie extra-scolaire ? (sport, ville, soirée…)

 L’atout majeur de TBS est que l’école est au centre-ville, ce qui signifie que tout est à proximité, notamment les célèbres bars de la place St Pierre.

Qui dit vie associative, dit aussi vie festive. Grâce à notre cher et tendre BDE, nous avons régulièrement des soirées organisées afin que toute la promo, toutes les assos, puissent passer une soirée mémorable. Personnellement, j’ai pris véritablement part à la vie festive de l’école car l’ambiance, véritable force de notre école, est juste incroyable. D’autre part, je continue à enseigner le Ski à L’ESF, et je suis devenu depuis peu ambassadeur pour Red bull.

Le prix ?

Le prix de la scolarité pour ma promo est de 30100 €

1er année – Licence 3 : 9900 €

2ème année – Master 1 : 10100 €

3ème année – Master 2 : 10100 €

Elle n’a pas augmenté ses frais de scolarité par rapport à l’année précédente.
Il y aura une augmentation l’année prochaine mais elle restera minime.
L’école propose des Bourses de l’enseignement supérieur, d’ATALE ou encore de la Fondation. Afin de financer ses études, il est possible de faire de l’alternance dès le Master 1, mêlant expérience en entreprise et cours théorique à l’école. L’entreprise prend en charge les frais de scolarité et rémunère l’élève. Il est également possible de prendre part à la filière aménagée. C’est une spécificité de l’école : on travaille de 8h30 à 13h et on a ensuite le temps pour faire un CDD (Baby-sitting régulier, cours particuliers, restauration rapide…) pour financer l’école.

 

En 5 lignes, pourquoi TBS et pas une autre ? (Opportunités, spécificités, réseaux)

 Premièrement le cursus propose des doubles diplômes (ENAC, Science Po, l’Ecole des Mines d’Albi etc) ainsi que de nombreuses opportunités comme évoqué ci-dessus. (Stage à l’international, universités partenaires, ses 3 campus (Barcelone, Toulouse et Londres) etc).
Deuxièmement, la vie associative est très riche et épanouissante notamment pour les élèves qui sortent de classe préparatoire. De plus, la vie associative augmente chaque année, car nous avons assistés à la création de deux nouvelles associations. (La Sailing Team (Association de voile) et Optimize (association centré autour de l’entrepreneuriat).
D’autre part, nous sommes une des dernières écoles à posséder un Foyer ouvert à tous les étudiants de TBS, lieu d’échange et de partage incontournable.

 

Quelle est la fierté de l’école ?

Nous possédons des associations comme La JE (Junior entreprise),  le BDA avec le TDA ou encore Le Petit Tou (city-guide toulousain) qui font rayonner l’école à l’extérieur. A l’inverse, d’autre association comme les bureaux et bien d’autres nous font vivre une année épanouissante et convivial afin de créer une véritable cohésion et une appartenance à notre école. Nous arrivons de Paris, de Nice, de Strasbourg, de Lille, de Bordeaux, de Brest et j’en passe, et à la fin de l’année nous chantons tous « parce qu’à Toulouse, on est chez nous ». Notre année à l’école stimule un véritable sentiment d’appartenance.

 

Ton plus beau souvenir cette année à TBS ?

Les campagnes associatives sans aucune hésitation. Bien sûr la fin a été heureuse pour moi, mais chaque liste, peu importe l’issue en garde des souvenirs incroyables.

Plus personnellement, représenter TBS à la CCE (Course croisère EDHEC) a été pour moi une immense expérience, et reste l’un de mes meilleurs souvenirs. Il faut bien comprendre qu’être fier de son école, c’est aussi aller la représenter sur tous les évènements, qu’ils soient sportifs, associatifs ou artistiques. (Exemple : TBS vainqueur du Trophée des Arts à Barcelone cette année)

 

Puisque rien n’est pas parfait, cite-nous au moins un défaut !

Centre-ville oblige, les infrastructures sportives comme non-sportives peuvent manquer. Cependant, les élèves n’y prêtent que peu d’attention car l’atout d’avoir une école au centre-ville vaut bien 5 ou 10min de marche pour aller faire du sport ou 2 ou 3min pour aller à la bibliothèque.

Faisant partie de la centaine d’admisseurs qui t’accueilleront pendant tes oraux, nous t’attendons bouillant prochainement pour ton passage dans la ville rose !