Accueil Ecoles Tout comprendre au BBA, l’exportation de l’American Dream

Tout comprendre au BBA, l’exportation de l’American Dream

0
133

ESSEC, EM Lyon ou encore EDHEC, tant de noms qui font déjà rêver les jeunes lycéens avant même d’avoir décroché le précieux sésame du baccalauréat. Certains choisissent les CPGE afin de viser les programmes Grande Ecole les plus prestigieux, mais ils sont de plus en plus nombreux à choisir la voie du BBA pour concrétiser leurs projets d’avenir.

 

Qu’est-ce qu’un BBA ?

Programme dispensé en 4 ans, le BBA est à ne pas confondre avec le Bachelor qui lui est issu du modèle français (Bac+3). Ce type de cursus est, à l’instar des Masters in Management, destiné à inculquer les fondamentaux de la gestion avec un aspect majoritairement généraliste. En première année les matières sont bien souvent semblables voire même enseignées par les mêmes professeurs et dans les mêmes locaux selon les écoles. Ces similitudes sont mises en exergue pour accentuer l’aspect “grande famille” des business schools ce qui montre une vision clairement fidèle à la réalité car les étudiants en BBA sont rarement marginalisés par les autres programmes, s’intégrant ainsi parfaitement dans le paysage éducatif et associatif. L’admission se fait également sur concours via des banques d’épreuves telles que Sésame, Accès ou Link avec néanmoins une possibilité d’admission sur dossier comme à l’EDHEC.

 

Des débouchés multiples

Les étudiants en BBA jouissent tout d’abord d’un atout majeur à l’international. L’universalité de ce type de cursus permet de facilement travailler dans un environnement international à la fin de ses études, ce qui est dû entre autres aux accréditations et aux nombreux partenaires internationaux. En effet, parmi les 44% de diplômés de l’ESSEC Global BBA qui choisissent de rentrer sur le marché du travail, 70% le font dans un environnement international. Le nombre de diplômés privilégiant la poursuite d’études est lui globalement stable et similaire dans les différentes écoles (68% à l’EDHEC, 56% à l’ESSEC ou encore 62 % à NEOMA). Ceci afin d’obtenir le grade de master tant convoité que ce soit en Master Spécialisé ou en Master in Management, en France ou à l’étranger. L’entrée sur le marché du travail est motivée par des taux d’insertion excellents (de l’ordre de 90%), des perspective d’évolution alléchantes mais également la rémunération du premier emploi oscillant entre 33k€ et 37k€ par an).

 

Plus intéressant qu’un PGE post-prépa ?

En un mot : non, ou dans très peu de cas. Les BBA, bien qu’étant de plus en plus plébiscités et ayant de nombreuses similitudes avec les dits programmes, ne détiennent pas le grade de master, atout majeur lors de l’entrée sur le marché du travail, que ces étudiants cherchent majoritairement à obtenir. Pour les meilleurs BBA qui peuvent rivaliser avec certains programme grande école, leur coût très élevé (de 8,8k jusqu’à 12,5k pour le Global BBA de l’ESSEC) fait qu’ils constituent un investissement souvent plus lourd que pour les meilleurs programmes grande école (46 050€ pour HEC, cf cet article). Indépendamment de tout cela les étudiants qui aspirent à étudier en post-bac dans une grande école choisissent également ce type de cursus en vue d’études plus courtes pour se tourner vers le monde professionnel plus rapidement, via la création de startup par exemple.