Intégrer une grande école de management, tel est le but de tout un chacun en prépa. Cependant, qu’est-ce qui caractérise une “grande école” ? Qu’est-ce que la Conférence des Grandes Ecoles ? Quels sont les abus possibles et existants ? Autant de questions auxquelles Business-Cool répond dans cet article.

 

Comment être une Grande Ecole ?

Le titre de “Grande Ecole” est décerné par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, à tout “établissement d’enseignement supérieur qui recrute ses élèves par concours et assure des formations de haut niveau” (Arrêté du 27 août 1992 relatif à la terminologie de l’éducation).

On retrouve donc dans cette catégorie une multitude d’écoles, aussi bien d’ingénieur, que militaires, et bien sûr de commerce. Toutes recrutant leurs étudiants par des concours sélectifs à l’issue de classes préparatoires (HEC, ESSEC, etc.). Peuvent aussi rentrer dans cette appellation les écoles qui recrutent par concours en post-bac (IESEG, ESSCA).

Qu’entend l’Etat par “formations de haut niveau” ? Dans l’enseignement supérieur, coexistent différents niveaux de formations reconnus par l’Etat et qui forment la nomenclature de l’université :

  • Les formations de technicien à Bac+2 : Diplômes de DUT
  • Les formations de cadre intermédiaire à Bac +3 : les diplômes de Licence (Généraliste ou professionnelle)
  • Les formations de cadre supérieur à Bac +5 : diplômes d’ingénieur et master de recherche ou professionnels
  • Les formations de chercheur à Bac +8 : Doctorat

Les deux dernières catégories étant considérées dans le système français comme des diplômes de “haut niveau” puisque la sélection est rude pour y accéder. Ce sont des formations reconnues de “niveau I” d’après la nomenclature des certifications de l’Enseignement Supérieur de 1969, ou de “niveau 7” selon les standards européens.

Seuls les établissements habilités par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sont à même de délivrer ces différents diplômes (ou “grades”). Pour les établissements privés (donc qui ne sont ni des universités ni des écoles d’ingénieur de l’Etat), les diplômes à caractère professionnalisant sont inscrits sur le site du RNCP (répertoire National des certifications Professionnelles).

Ainsi, nous pouvons affirmer que les grandes écoles sont des établissements d’enseignement supérieur, recrutant sur concours qui délivrent des diplômes de grade de master et/ou de doctorat.

 

La CGE, club d’excellence

La Conférence des Grandes Ecoles, est une association créée en 1973, regroupant un certain nombre d’écoles d’enseignement supérieur françaises. Elle a pour rôle de faire rayonner l’exceptions française que sont les grandes écoles à l’international.

L’appellation “grande école” n’est pas donnée par la CGE, qui ne peut pas délivrer ce titre. Celle-ci accrédite cependant ses membres en certifiant l’excellence de la formation dispensée. Elle se positionne ainsi comme une marque d’excellence.

Pour faire part de ce groupe très sélect, les écoles doivent prouver un certains aspects caractéristiques qui prouvent l’excellence de leur formation. Entre ainsi en compte ce que nous avons énuméré précédemment :

  • l’école doit recruter sur concours
  • l’école doit délivrer une formations de haut niveau (diplôme de master visé par l’Etat).

Mais aussi remplir un certain nombre d’autres critères :

  • développer une recherche de qualité permettant un lien avéré entre formation et recherche
  • mettre en œuvre une stratégie permettant d’encourager et de valoriser l’innovation pédagogique et numérique
  • impulser une politique favorisant la dynamique entrepreneuriale et d’innovation dans les territoires
  • avoir une politique affirmée en faveur de la diversité (ouverture sociale, égalité femmes-hommes , handicap) et de la responsabilité sociétale des entreprises
  • le nombre d’élèves par promotion doit être supérieur à 50

Source : site internet de la CGE

               Ecoles membres de la CGE :

Celles-ci sont au nombre de 42. Certaines recrutent principalement en post-bac (IESEG, ESSCA, ESDES, EBS, EDC, etc.), tandis que les plus connues recrutent principalement en post-prépa, ou admissions parallèles.

Audencia
BBS
BSB
CFVG
EBS
EDC
EDHEC BS
EM Normandie
EM Strasbourg
EMLV
emlyon BS
ESC Clermont
ESC Pau
ESCE
ESCP Europe
ESDES Ecole de Management
ESSCA
ESSEC
GEM
Groupe Sup de co La Rochelle
HEC Liège
HEC Montréal
HEC Paris
ICD International BS
ICN BS
IESEG
INSEAD
INSEEC BS
IMT-BS
IPAG BS
ISC Paris
ISG
ISTEC
KEDGE BS
Montpellier BS
Neoma BS
Novancia BS
PSB
Rennes SB
SCBS
SKEMA
TBS

 

Ce club très fermé est jaloux de sa réputation, et compte bien préserver cette excellence de son label. c’est pourquoi l’entrée dans la conférence des grandes écoles n’est pas chose aisée. Etre membre de la CGE est donc un indicateur de la qualité de la formation dispensée par ces écoles.

De l’usurpation de l’appellation de grande école

Un certain nombre d’établissements gangrènent le marché de l’enseignement supérieur. Principalement dans le microcosme des écoles de commerce, où les sommes engagées sont si importantes qu’elles attirent de nombreux prédateurs peu scrupuleux.

Un reportage édifiant avait été produit pour envoyé spécial il y a quelques années à ce sujet (regardez en priorité la seconde partie):

Ceux-ci présentent leurs établissements comme des “grandes écoles”. Or, elles ne recrutent pas leurs étudiant sur concours, et ne délivrent pas non plus de diplôme de “haut niveau” (titre de niveau 1), visés par l’Etat.

Profitant de certains vides juridiques, ce type d’institution utilise des subterfuges tels que l’appellation de leur diplôme comme “Mastère” ou autre mot à la consonance proche de Master, non-référencé au RNCP comme étant des diplômes de master. Aussi, ils ne peuvent faire les frais de démarches à leur encontre.

 

Conclusion

Pour éviter les arnaques, et intégrer une vraie “grande école”, mieux vaut s’orienter vers les établissements membres de la Conférence des Grandes Ecoles. Il convient aussi de vérifier si les formations dispensées sont effectivement référencées au RNCP. La vérification de ces différents points permet d’éviter les arnaques, et d’être certain d’obtenir au terme de ses études, un diplôme reconnu et de qualité.