Rédiger un CV attractif pour les oraux d’admission en école de commerce

Rédiger un CV attractif pour les oraux d’admission en école de commerce

0
116
Curriculum Vitae sur le mur de Berlin… Fabrizio Morroia/Flickr

Delphine Minchella, École de Management de Normandie

Chaque année, de plus en plus d’étudiants tentent les concours d’admission en école de commerce, qui se déclinent en deux temps : les écrits, et en cas de succès, les oraux, dont l’épreuve de l’oral de motivation qui s’articule pour partie autour du CV que l’étudiant fournit aux examinateurs. Ce document est donc primordial pour réussir. Mais comment le rédiger lorsque l’on a peu – voire pas – d’expérience professionnelle ? Que mettre d’autre en avant pour convaincre ? Comment en faire un atout ? The Conversation

C’est pour avoir travaillé successivement dans sept écoles de commerce (des établissements après prépa comme des post-bac) où, tous les ans, j’étais jury lors des oraux de motivation, que je mesure la difficulté à laquelle sont confrontés les étudiants lorsqu’ils doivent rédiger leur CV.

Si jeunes, ils n’ont naturellement pas le parcours professionnel suffisant pour se plier aux exigences de l’exercice et meubler ainsi une page entière. Ce CV est pourtant primordial : c’est sur lui que les examinateurs vont s’appuyer pour orienter leurs questions. Pour les membres du jury, l’enjeu est également de taille car il faut, dans un temps limité, cerner les principaux traits de personnalité du candidat, savoir si la philosophie de l’école lui conviendra (et réciproquement !), évaluer son ouverture sur le monde, sa culture générale, et s’assurer enfin que l’enseignement dispensé correspond bien à ses ambitions.

Tâchons donc d’orienter le CV étudiant dans le sens de ces interrogations.

Au cours de ma carrière, j’ai eu l’occasion de voir des CV d’étudiants particulièrement convaincants : en voici les principales caractéristiques qui permettront, à coup sûr, de passer l’oral de motivation dans de bonnes conditions.

 

Commencez par les informations générales

Comme pour tous les CV, vous devez faire apparaître vos prénom, nom, adresse, e-mail, numéro de téléphone. Photo ou pas photo ? À vous de voir, néanmoins si vous choisissez d’en mettre une, pensez professionnel : pas de photo de vacances (mal) recadrée, pas de photo de vous à 12 ans ou dans un mauvais jour, mais un portrait où vous souriez et où votre présentation est sérieuse.

 

Aucun petit job n’est insignifiant

Étudiants : ne sous-estimez aucune de vos expériences, même celles qui sont – à vos yeux – négligeables. Avez-vous fait du baby-sitting ? Voici ce que vous pourriez mettre en avant : « en charge de la garde d’enfant(s) de XX ans. Mise en place d’activités ludiques, aide aux devoirs, supervision des repas », etc. Du côté des examinateurs, une telle expérience signifie que vous êtes digne de confiance et que vous avez le sens des responsabilités. De la même façon, avoir travaillé dans la restauration rapide, même le temps d’un été, démontre votre résistance au stress et votre capacité à travailler dur, aussi pensez bien à détailler les tâches qui vous incomb(ai)ent.

 

Sport ? Art ? Vie associative ? Action citoyenne ?

Si vous avez une activité extrascolaire, valorisez-la également. Que ce soit dans le sport, dans un domaine artistique ou encore pour une action citoyenne : quel rôle y jouez-vous ? Depuis combien de temps ? Quels ont été les moments forts en termes de victoires, de classements, d’exposition, et de résultats ? Même s’il s’agit d’un événement ponctuel, comme l’organisation d’un fundraising ou d’une action caritative pilotée par votre lycée, présentez cela comme une activité professionnelle (responsabilités/compétences mobilisées).

Pour ceux qui liront votre CV, cela laissera transparaître la richesse de vos connaissances, votre goût de l’engagement, mais aussi ce que vous pouvez concrètement apporter à la vie de votre future école où la vie associative – humanitaire, sociale, sportive ou artistique – y est grandement encouragée.

 

Séjours linguistiques ? Culture étrangère ?

Avez-vous une double culture du fait de parents d’origine étrangère ou pour avoir vécu ailleurs, y compris pour des séjours ? C’est très positif en école de commerce, listez donc les atouts qui en découlent, notamment linguistiques. Pour nous, il s’agit de saisir votre ouverture sur le monde, et ce qui vous rend unique.

 

Mettez en avant votre culture personnelle

Il n’y a pas de sous-culture : Si vous adorez les jeux vidéo et en tirez une certaine expertise, soulignez-le (« connaissance du marché du jeu vidéo/maîtrise de jeux tels que XX ») : il s’agit en effet d’un secteur en pleine ébullition, qui génère un chiffre d’affaires colossal, ce n’est donc pas une industrie que l’on ignore en école de commerce.

En revanche, attention aux mensonges et exagérations : les membres du jury peuvent aisément sonder vos limites avec des questions piège, alors ne mentionnez pas la littérature dans vos centres d’intérêt si vous n’avez pas lu plus de dix livres…

 

Génération réseaux sociaux

Animation d’une chaîne YouTube ? Beaucoup de followers sur Twitter ? Blog ? Site personnel ? Chroniques régulières publiées sur des sites spécialisés ? Une fois de plus, même si le sujet dont vous traitez sur ces canaux de communication vous semble trivial, ce qui compte finalement c’est de montrer votre maîtrise des réseaux sociaux, puisque ces derniers sont de plus en plus pourvoyeurs d’opportunités professionnelles pour nos étudiants.

 

Montrez vos compétences avec un CV parfait !

L’à-peu-près ne convient pas dans l’exercice du CV étudiant. Faites-vous relire, même si vous êtes sûr de vous. Offrez à voir une mise en page épurée au graphisme travaillé qui dévoilera vos capacités informatiques. Enfin, gardez en tête qu’un CV n’est pas une autobiographie mais un document fait pour convaincre, alors mettez toutes les chances de votre côté !

Desi/Flickr, CC BY

Delphine Minchella, Enseignant-chercheur en Management stratégique – Laboratoire Métis EM Normandie, École de Management de Normandie

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.