Simon Krief a réussi à intégrer le groupe PepsiCo en tant que Responsable de secteur pour le premier stage de son année de césure et a accepté de partager son expérience avec nous.

 

Ton école et ta voie d’admission ? 

Parisien d’origine, j’ai effectué un bachelor dans une école de commerce Post-Bac (Novancia), puis j’ai décidé d’intégrer NEOMA Business School pour sa renommée, son réseau d’alumnis et les opportunités professionnelles qu’elle m’offrait.

 

Ta spécialisation ? Pourquoi ?

Actuellement en césure entre mon Master 1 et mon Master 2, j’ai pris la décision d’opter pour la spécialisation Entrepreneuriat qui me semblait être l’une des plus généralistes et qui répondait à mon envie de créer à terme ma propre structure. Je pense faire cette spécialisation en alternance, au sein d’un cabinet de conseil si possible afin d’obtenir à la fois une expérience théorique mais également une réalité pratique via l’entreprise.

 

Ton entreprise ?

Dans le cadre de mon année de césure, j’ai choisi d’intégrer le numéro 2 mondial de l’agroalimentaire : PepsiCo à Paris, en tant que Responsable de secteur.

 

Qu’est-ce qui t’a attiré dans cette entreprise pour ton stage ?

J’avais envie d’une expérience en grande consommation et quand j’ai eu l’opportunité d’être ambassadeur de la marque Lipton Ice Tea sur mon campus, j’ai fait en sorte de garder de bons contacts afin d’obtenir une chance de pouvoir y postuler en tant que stagiaire.

Le fait qu’il s’agisse de la deuxième plus grande entreprise du monde dans ce secteur et connaissant la richesse de ses produits, PepsiCo m’a très vite convaincu.

 

Le processus d’admission ?

C’est un processus assez classique et assez rapide, il suffit de postuler via le site de PepsiCo France, ensuite vous serez ou non rappelé par l’une des RH de l’entreprise, qui proposera un entretien téléphonique de 20 à 30 minutes.

À la suite de l’entretien téléphonique avec la RH, elle vous proposera ou non un entretien physique avec votre futur manager, directement au siège. L’entretien avec le/la manager dure entre 45 minutes et une heure, un entretien assez classique avec une partie découverte du CV et des motivations puis une discussion assez libre. S’agissant d’un poste en Sales, j’ai eu le droit à une partie pratique d’une vingtaine de minutes ou j’ai été mis en situation de vente. Il y a entre 20 et 30 candidats par poste, la sélection est assez intense mais vaut le coup !

 

Ton poste ?

J’ai donc intégré PepsiCo en tant que responsable de secteur. J’avais un portefeuille de 50 clients (directeurs de Franprix, Carrefour City, Monoprix…) et mes principales missions étaient de prendre rendez-vous avec mes clients, vendre les références PepsiCo manquantes en magasin et ainsi augmenter les parts de marchés du groupe.
Je travaillais sur toutes les catégories et produits de l’entreprise, dont Pepsi, 7up, Lipton, Tropicana, Lay’s, Doritos, Benenut’s, Alvalle ou encore Quaker.

Ce stage est extrêmement formateur puisqu’il permet de rencontrer des personnes très différentes, il faut s’adapter quotidiennement à nos interlocuteurs. La vente et la négociation permettent de devenir plus à l’aise à l’oral assez vite.

 

Tes heures de travail ?

Mes heures de travail étaient assez flexibles puisque cela dépendait de mes rendez-vous et donc parfois des disponibilités de mes clients.

Étant donné que je n’étais pas au siège mais sur le terrain toute la journée, je n’avais pas d’heures fixes. En général je commençais à 9h00 sur mes premiers rendez-vous, m’accordais une pause déjeuner vers 13h puis finissais vers 16h, mais une fois chez moi il y a toute une partie administrative à effectuer comme le traitement des mails, l’analyse des performances de la journée et la préparation des rendez-vous du lendemain. Cela demande une grande rigueur et une bonne organisation.

 

Ce que tu retiens de positif dans ton stage ?

Tout d’abord, une équipe incroyable avec des profils totalement différents, une manager à l’écoute, attentive et toujours bienveillante, qui m’a fait confiance du début à la fin de mon stage.

Ensuite, une expérience très formatrice avec beaucoup de responsabilités qui m’a permis de gagner en organisation, en maturité et en rigueur. L’expérience terrain est très importante si vous voulez travaillez dans le marketing car cela permet de comprendre les enjeux réels auxquels on peut être confronté au quotidien et permet d’avoir une vision plus flexible.

Je recommande donc vivement, à tous ceux qui souhaitent faire de la Grande Conso, de passer par le terrain ne serait-ce que pour un stage !

Merci beaucoup à Simon pour avoir accepté notre interview. Si cet article vous a plu, découvrez d’autres “paroles de stage” comme celle de Marc-Antoine, stagiaire en Asset Management à Rothschild, ou encore Nicolas, en stage chez EY en audit FSO.

 

 

Abonne-toi à la newsletter

*
indicates required