Accueil Carrière Finance Entretien avec Anaelle (ICN BS / EY Paris) – Appréhender le marketsizing...

Entretien avec Anaelle (ICN BS / EY Paris) – Appréhender le marketsizing en entretien

0
259

 

Anaelle Levy est étudiante en Master Finance de marché à ICN Business School. Elle a effectué un stage de trois mois en salle des marchés chez Attijariwafa Bank au Maroc, et un stage de six mois en Audit Asset management chez EY à Paris. Elle nous livre ses conseils pour faire la différence en entretiens, réussir les questions de marketsizing et briller lors des tests internes.

Tout d’abord, peux-tu nous présenter ton parcours, et tes principales missions pendant tes stages ?

Originaire de Casablanca, j’ai effectué mes deux années de classe préparatoire ECS au sein d’Intégrale Paris. J’ai ensuite décidé d’intégrer ICN Business School. Au cours de mes années d’école de commerce, j’ai eu l’opportunité d’acquérir grâce à ICN Business School la certification AMF (autorité des marchés financiers). Je suis également titulaire de la certification Bloomberg BMC. Actuellement en année de césure, je viens tout juste de terminer mon stage de six mois au sein du cabinet d’audit et de conseil EY (anciennement Ernst & Young). Durant mon stage, mes principales missions étaient les audits de fonds d’investissements très diversifiés (OPC, private equity, fonds de titrisation, OPCI) ainsi que de sociétés de gestion mais également la certification de l’ISAE 3402.

 

Comment as-tu préparé tes entretiens ?

Tout d’abord j’ai cherché à en apprendre davantage sur l’histoire du cabinet ainsi que sur ses valeurs. J’ai ensuite contacté des étudiants d’ ICN Bs qui avaient déjà effectué un stage ou postulé chez EY afin de préparer au mieux mon entretien. Enfin, j’ai révisé mes cours de master afin d’être incollable sur les questions techniques (inévitables lors des entretiens).

 

Les questions de marketsizing sont très fréquentes lors des entretiens. Comment les as-tu appréhendées ?

Le marketsizing est une question assez fréquente en entretien et qui peut s’avérer un vrai atout en cas de réussite. Pour l’appréhender au mieux, il faut bien travailler les exemples et ne rien laisser au hasard. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le marketsizing est une des questions classiques en entretiens où l’on demande au candidat d’évaluer la taille d’un marché. Par exemple, on vous demande d’évaluer la taille du marché des vêtements de luxe en Europe. Pour résoudre cela, l’examinateur va vous donner les chiffres clefs (nombre d’habitants en Europe, pourcentage ayant un intérêt pour le luxe, et des données supplémentaires comme le nombre de vêtements de luxe qu’achète une personne ciblée en moyenne, etc…).
Il y a trois choses à savoir avant de débuter un exercice de Marketsizing. Tout d’abord, le plus important est la gestion du temps. Pour cela, il faut bien se préparer en amont en s’exerçant. Je vous recommande le site conseilenstrat.fr pour vous entraîner car la plateforme est pédagogique et professionnelle. Deuxièmement, il ne faut vraiment pas se précipiter ou paniquer. Par exemple, ne donnez jamais un chiffre au hasard. Prenez bien le temps de séparer les données, référez-vous aux exemples que vous avez vus et faîtes travailler votre logique. Voici un exemple assez abouti pour vous donner une idée d’un sujet possible. Enfin, soyez confiant et cohérent. Le raisonnement et la crédibilité de votre démonstration ont toute place dans l’interprétation de l’examinateur. L’examinateur ne jugera pas uniquement si le résultat est bon, mais aussi la forme de votre étude. S’il n’est pas incontournable, le test du marketsizing permet aux entreprises de faire une première sélection. Il faut donc bien s’y préparer.

 

Par rapport à ton expérience, quels sont les conseils que tu aurais à nous donner ? Et les erreurs à ne pas faire ?

La règle numéro un (et ce n’est un secret pour personne) est de préparer son entretien. Bien évidemment il ne s’agit pas d’apprendre par cœur des réponses et les réciter ! Cependant il est nécessaire d’avoir en tête les grandes lignes.
Lors d’un entretien, celui qui « mène la danse » est le candidat. Ainsi si vous souhaitez mettre en avant une qualité ou une expérience, c’est à vous de l’introduire dans vos réponses. Et inversement, si vous ne maîtrisez pas correctement un sujet, n’en faites pas mention dans vos réponses juste pour impressionner le jury, car soyez en sûr il le remarquera et rebondira inévitablement là-dessus lors des questions suivantes.

Lors de mon entretien chez EY, le recruteur s’est attardé sur les expériences qui étaient inscrites sur mon CV. J’ai tout de suite compris qu’il souhaitait savoir si mon CV reflétait la réalité. – ce qu’il faut retenir : Ne pas mentir sur son CV ! -. Vers la fin de l’entretien, il m’a également posé LA question inévitable : pourquoi vous et pas un autre ? A cette question, il n’y a pas de réponse type. Chaque candidat doit répondre selon ses propres qualités. Il est important de se souvenir que les recruteurs n’attendent pas des candidats d’avoir la science infuse, et qu’ils savent pertinemment que notre expérience professionnelle à ce stade n’est pas très approfondie. Ce qu’ils recherchent avant tout, ce sont des candidats motivés, humbles et qui ont soif de savoir.

Et souvenez-vous, si vous êtes invités à passer un entretien, c’est que votre profil plait et qu’un premier tri a déjà été effectué ! N’ayez donc pas peur de vous mettre en avant et avoir confiance en vous.

As-tu déjà été confronté à un test interne, peux-tu nous en parler ?

Oui. Cela fait partie du processus de recrutement chez EY. Il s’agit de tests de raisonnement en durée limitée dont le but est d’évaluer la capacité du candidat à traiter des données chiffrées, connaitre son niveau de logique mathématique, son niveau de langue et tester sa mémoire. Pour ma part, il s’agissait de cinq tests d’environ une heure chacun : certains tests consistaient à répondre à des séries de questions de mathématiques, de logiques et de français et d’autres tests étaient collectifs et consistaient à résoudre un problème donné en anglais (le but étant de tester notre capacité à rendre des décisions, à écouter l’autre, à travailler en équipe et à trouver une solution en temps limité).

 

Comment t’y es-tu entraînée ?

Je ne me suis pas réellement entraînée. En fait, je me suis familiarisée avec ce genre de tests à force d’y être confrontée lors de processus de recrutements dans différentes entreprises. Cependant, il existe des sites internet qui proposent des tests d’entrainement.

 

De manière générale, il y a t-il des choses à savoir absolument avant d’aller à un entretien ?

Je pense que les choses les plus importantes à savoir avant de se rendre à un entretien sont l’histoire, les valeurs et l’organisation de l’entreprise pour laquelle on postule. En effet, connaitre les valeurs et de manière plus général la culture de l’entreprise vous permettra d’adapter votre présentation d’une part et de mieux choisir votre tenue d’entretien d’autre part.

Aussi, d’après plusieurs sondages les recruteurs sauraient au bout de seulement 90 secondes s’ils souhaitent embaucher ou non le candidat. Ainsi, révisez sérieusement vos cours de communication et savoir être et plus précisément travailler votre langage non verbal ainsi que votre langage corporel (poignée de main, expression du visage, intonation de la voix etc.).

 

Aurais-tu une astuce à nous donner pour se démarquer en entretien ?

Montrez à votre interlocuteur que vous partagez les valeurs de l’entreprise, intéressez-vous à son expérience et prouvez lui que vous êtes LE candidat qu’il lui faut. Pour cela, il faut selon moi savoir synthétiser son expérience, connaître parfaitement les objectifs du poste pour lequel vous postulez et démontrer votre valeur ajoutée.