Les étudiants de KEDGE Bordeaux s’apprêtent à recevoir sur leur campus de nouveaux arrivants assez spéciaux. En effet, l’association nouvellement créée KEDGE’BEES a récemment installé trois ruches en plein cœur de l’école bordelaise, qui accueilleront chacune entre 30 000 et 50 000 abeilles à partir du mois de mars ! L’inauguration des ruches aura lieu le mercredi 27 mars à 16 heures, en présence, notamment, d’Arnaud Montebourg. Nous avons rencontré Clément, membre du pôle communication, et Anne-Sophie, vice-présidente de KEDGE’BEES, qui vont nous faire découvrir ce projet aussi original qu’engagé.

 

Engagé car en plus de produire et de vendre du miel 100 % made in KEDGE, l’objectif de l’association est de « sensibiliser les Bordelais et les Kedgeurs à l’importance de la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et de préserver les abeilles, surtout en milieu urbain », explique Anne-Sophie. Ces étudiants de la Belle Endormie seront accompagnés tout au long du projet par un apiculteur de l’Entre-deux-Mers « qui fera lui-même la première récolte – et le traitement – à partir du mois de juin. Ensuite, c’est nous qui la ferons », indique Clément. « L’idée, c’est qu’il nous forme sur la première partie, puis qu’on reprenne la main », complète la vice-présidente. À terme, l’association souhaite également organiser des « ateliers ludiques et des conférences interactives dans l’idée de sensibiliser les étudiants ».

 

À qui le miel sera-t-il vendu ?

Si les quantités produites pourraient permettre à KEDGE’BEES de vendre son miel en dehors des murs de l’école, cette question n’est pas encore d’actualité car « il faudrait déclarer l’association en tant qu’entreprise, ce qui n’est pas une de nos priorités pour l’instant ; on espère que le prochain mandat le fera. » L’association commencera donc par vendre sa production au staff de KEDGE, probablement à Ca’store, l’association étudiante et boutique officielle, et à Eurest, le restaurant de l’école.

 

Du beau monde le mercredi 27 mars pour l’inauguration

Celui qui a occupé la fonction de ministre de l’Économie, du redressement productif et du numérique de 2012 à 2014, Arnaud Montebourg, sera présent pour représenter Bleu Blanc Ruche, une association qu’il vient de monter et dont le but est de proposer du miel français, respectueux des abeilles, des apiculteurs et des consommateurs. « On tenait vraiment à ce qu’il soit là », se réjouit Anne-SophieLes membres de KEDGE’BEES pourront également compter sur des représentants des mairies de Talence – ville d’implantation de l’école – et de Pessac.

« Ça commencera à 16 heures, il y aura une cérémonie, ensuite une petite présentation en amphithéâtre, où on sera épaulés par le service RSE de KEDGE, et enfin un cocktail », détaille Anne-Sophie.

 

Une campagne de crowd-funding pour soutenir le projet

Pour financer leur projet, les membres de KEDGE’BEES ont eu une idée. En effet, il est possible pour une entreprise de parrainer une ruche, ce qui lui permettrait de faire sa promotion – puisque les étudiants bordelais espèrent la venue de journaux télévisés et de la presse nationale –, et aiderait KEDGE’BEES à financer ce projet.

En amont, une campagne de crowd-funding a été lancée depuis le vendredi 8 février afin de « récolter 3000 euros pour payer la formation, l’apiculteur, les ruches et le matériel nécessaire. » Pour faire un don et soutenir cette initiative, cliquez ici.

D’autre part, l’école, elle aussi, va piocher dans sa tirelire pour soutenir le projet puisqu’elle « va payer l’intégralité de l’inauguration », qui sera ouverte au public et où environ deux cents personnes sont attendues. Elle a également déjà financé un cabanon dans l’école pour entreposer les récoltes et le matériel.

 

Les étudiants de KEDGE Bordeaux « très réceptifs »

« Le bouche à oreille a très bien marché, les étudiants sont très réceptifs, on ne s’y attendait pas », se réjouit Anne-Sophie. « Tout le monde connaît l’asso, nous suit sur Facebook, regarde toutes les publications… Ça crée un certain engouement et c’est incroyable que des ruches puissent attirer autant de monde. Cela a même entraîné l’administration : José Milano, le directeur de KEDGE Bordeaux, nous soutient totalement. »

 

Trois ruches, une inauguration, et après ?

L’idée de départ de KEDGE’BEES, « avant de se rendre compte qu’il fallait s’inscrire en tant qu’entreprise », était de distribuer son miel à des restaurateurs, des boulangeries de Bordeaux, et de le vendre sur les marchés. « Mais comme ce n’est pas possible pour l’instant, on soufflera fortement l’idée au prochain bureau. Et bien sûr, à long terme, l’idée est d’installer plus de ruches, car pour l’instant il n’y en a que trois. » D’autant que ces premières ruches peuvent chacune produire 30 kilos de miel par an environ, soit 90 kilos à ne distribuer qu’à KEDGE pour le moment. « Mais heureusement, le miel n’est pas périssable. Et comme il n’y a qu’une récolte par an, le mandat prochain pourra continuer à le vendre jusqu’à juin 2020 », assure Anne-Sophie.

 

La démarche RSE des écoles de commerce, et a fortiori de KEDGE Bordeaux, est-elle à la hauteur des enjeux actuels ?

Si certaines écoles font déjà des efforts pour placer la RSE de plus en plus au centre de leurs préoccupations – KEDGE Marseille, NEOMA Rouen, l’ESSEC ou TBS, entre autres, ont elles aussi installé des ruches sur leur campus –, l’avis d’Anne-Sophie est que « de toute façon, dans le domaine de la RSE, il y aura toujours des efforts à fournir. En ce qui concerne KEDGE, c’est une école plutôt précurseur et qui met vraiment un soin particulier à ce que les élèves soient sensibilisés à la cause. L’association veut s’inscrire dans cette démarche et participer au rayonnement de KEDGE à ce niveau. »

Ce projet, qui suscite énormément d’engouement dans la métropole bordelaise, est assurément une initiative responsable et un exemple à suivre pour les étudiants d’autres écoles de commerce ne s’étant pas encore lancées dans l’aventure apicole. Car pour rappel, l’apiculture contribue au maintien de la biodiversité végétale en assurant une gestion saine des populations d’abeilles domestiques, dont le développement dépend étroitement de la qualité de l’environnement.

 

KEDGE’BEES sur Facebook : https://www.facebook.com/kedgebees/

Crowd-funding : https://www.helloasso.com/associations/kedge-bees