Val d’Isère est en pleine ébullition à quelques jours du GEM Altigliss Challenge ! Nous rencontrons aujourd’hui Raphael Mantello, le président d’Altigliss. L’association de Grenoble Ecole de Management organise la coupe du monde de ski étudiante.

Interview dans le rush des derniers préparatifs avant le début de la compétition ce samedi dans la mythique station savoyarde !

 

Peux-tu nous rappeler ce qu’est le GEM Altigliss Challenge ?

La XIXème édition du GEM Altigliss Challenge aura lieu du 17 au 24 mars 2018, dans la station de ski Val D’Isère. Cette manifestation a pour objectif de réunir des étudiants de plusieurs horizons (écoles de commerce, d’ingénieur, universités…) autour de compétitions interuniversitaires/écoles. Ces compétitions sont au nombre de 3 (les challenges ski, montagne et village) et se déroulent indépendamment les unes des autres sur toute la semaine à raisons de 5 épreuves par challenge.

En tant qu’évènement étudiant, le but est de promouvoir le lien de ceux-ci avec les entreprises. Cela se concrétise par la mise en place d’un village partenaires au sein duquel les entreprises investies dans le GEM Altigliss Challenge sont présentes et auquel tous les participants ont accès.

Afin de rendre le village attractif et dynamique, sont organisées tout au long des journées de la semaine des activités à caractère divertissant, récréatif et spectaculaire (prestation de DJ sur la scène du village, skier en recrutant, jeux concours, afterskis et snowparty, …).

Le GEM Altigliss Challenge a donc pour objectif la mise en relation d’étudiants, entre eux dans un premier temps mais aussi avec des entreprises et des professionnels du sport, tout cela dans un contexte attractif, original et décalé qui est celui de la montagne, et plus particulièrement de la compétition sportive de montagne.

 

Quelles sont les principales épreuves ?

Durant la semaine, les équipes venues des différentes universités et écoles vont s’affronter sur 3 challenges, le village, la montagne et le ski. Chacun de ces challenges est composé de 5 épreuves.

Il est vrai qu’on peut considérer le Challenge Ski comme la compétition reine par son coté professionnel et normé, toutefois, toutes les compétitions se font dans un esprit de découverte, de rencontre, d’esprit de compétition et d’équipe ! Le sport est une constante du GEM Altigliss Challenge et le dépassement de soi se retrouve dans toutes les épreuves, que ce soit le slalom, le géant, la course de raquettes, d’orientation ou même le curling humain !

 

Qu’est-ce qui fait du Challenge un événement si unique dans le paysage des associations étudiantes françaises ?

La différence majeure est bien évidement le fait que nous axons notre événement sur un sport très particulier et spécifique qu’est le ski ce qui entraine un bon nombre de contraintes particulières et spécifiques. En effet, le domaine de la montagne, des stations de skis, le ski en lui-même font qu’il faut constamment redoubler de prudence, d’organisation et de réactivité une fois sur place.

 

Ça doit être le rush à quelques jours de l’événement, quels sont les derniers préparatifs ?

Le rush ? Je ne vois pas de quoi vous voulez parler ! *rires* Plus sérieusement, il est vrai qu’à quelques jours de l’événement à peu près tous les aspects de l’organisation s’accélèrent et les journées deviennent de plus en plus intenses mais je fais confiance à mon équipe et mes respos pour assumer totalement la transition entre la période organisationnelle et celle opérationnelle dans laquelle nous entrons actuellement !

Nous sommes majoritairement concentrés sur les contraintes logistiques et les risques auxquels nous devront faire face durant le déroulé de l’événement et notamment pendant les journées d’arrivé et de départ. La météo est notamment au cœur de nos préoccupations !

Les 66 membres de l’association travaillent d’arrache-pied depuis le mois de septembre pour cet événement, es-tu confiant pour le déroulement de cette XIXème édition ?

Comme vous l’avez dit, les 66 membres sont au travail depuis septembre, voire même mai dernier pour une partie ! Plus que serein quant au déroulement de la XIXème édition, je suis confiant en la compétence, l’implication et l’organisation des tous les membres de l’association Altigliss. Je sais que chacun a fait tout ce qu’il a jugé nécessaire et juste pour assurer un déroulé optimal de cette XIXème édition qui devrait donc être encore plus incroyable que toutes ses précédentes !

 

Quels engagements nécessitent le poste de président d’une association organisant l’un des plus grands événements étudiants français ?

C’est tout d’abord un engagement envers les membres de l’association que l’on représente et ensuite envers les parties prenantes extérieures. En termes d’organisation le poste exige une implication à 100% dans le projet. Je reste étudiant et il faut font donc réussir à jongler entre cours, vie privée et vie associative. Mais il est certain que la sollicitation crée par ce poste fait d’Altigliss ma priorité numéro 1 au cours de l’année. Quand on postule au poste de président on sait l’engament qu’il y a derrière et il faut vraiment s’y tenir. Mais ce fut une année tellement extraordinaire qu’Altigliss m’a apportée.

 

 

D’ailleurs quels sont pour toi les apports de cette fonction d’un point de vue personnel et professionnel ?

D’un point de vue personnel le projet m’a permis de me rapprocher d’une équipe fabuleuse et de personnes extraordinaires. Nous partons tous du même niveau et devons faire nos preuves à nos postes respectifs. En effet nous n’avons pas forcement conscience des responsabilités qui nous sont confiées avant de les exercer.  Cet engagement commun d’une grande intensité a permis de créer des liens extrêmement forts entre les membres de l’association. Pour résumer je me suis fait des supers copains ! *rires*

D’un point de vue plus professionnel, si Altigliss est une grande famille l’organisation d’un tel évènement nécessite un fonctionnement millimétré, similaire à celui d’une grande entreprise. Une très grande rigueur organisationnelle est nécessaire. Il faut tout le temps anticiper, planifier et suivre le déroulement de tout ce qui se passe dans l’association. Il faut aussi être très réactif ! En effet chaque jour doivent être prises nombres de décisions nécessaires à la bonne avancée du projet. En plus de tout cela je pense avoir beaucoup appris en termes de management de personnes.

 

 

Après deux ans d’engagement total dans le projet, va-t-il être facile de transmettre la présidence ?

Il faut être conscient du caractère temporaire du poste dès la prise de fonction. Le GAC se tiendra pour la XXème édition l’année prochaine et personnellement je suis extrêmement fier d’avoir pu participer à cette aventure extraordinaire. Tout le travail que l’on fait, toute notre implication n’est pas forcement pour nous mais pour la continuité et le renouvellement du projet. On fait vraiment passer ses intérêts personnels derrière ceux de l’association.  Pour répondre à votre question oui la transmission sera facile car j’ai hâte de participer à la formation de ceux qui reprendront le flambeau l’année prochaine. Durant une année nous avons travaillé ensemble et j’ai une confiance totale en eux pour la prochaine édition !