L’association humanitaire étudiante de l’EDHEC Lille lance une grande campagne de crowdfunding pour soutenir le projet “lampes solaires”, un projet qui s’il voit le jour pourrait aider à étudier de nombreux enfants au Burkina Faso. Antoine, un des membres de l’asso, nous explique comment.

 

Quel est le concept de Schola Africa ?

Schola Africa, notre association humanitaire créée il y a 17 ans, intervient au Burkina Faso en milieu rural. Notre action se concentre autour de deux véritables piliers du développement : la scolarisation des enfants au niveau primaire et la formation des femmes. Pour cela, nous finançons la construction de salles de classe et nous gérons un centre de formation à la couture, construit en 2002. Depuis la création de l’association, nous avons financé la construction de 19 salles de classe, soit un peu plus d’une par an en moyenne !

 

Pourquoi le Burkina Faso ?

Le Burkina Faso – littéralement “Pays des hommes intègres” – est un pays sans accès à la mer et ne disposant que de très peu de ressources naturelles.

C’est l’un des pays les plus pauvres au monde, à la 185ème place sur 188 pays selon le rapport de 2016 du PNUD sur l’IDH. Le chemin à parcourir reste encore long : le niveau de vie est très faible et les infrastructures sont peu nombreuses et défaillantes dans de nombreux domaines. D’après l’UNICEF, seuls 65% des enfants ont accès à l’éducation. La Banque Mondiale estime quant à elle que moins d’une personne sur cinq a accès à l’électricité. Ces chiffres sont encore plus faibles en brousse où vit encore 80% de la population. C’est pourquoi nous avons décidé d’agir dans ce pays et plus précisément en milieu rural dans la région de Bobo Dioulasso, la capitale économique du pays.

 

Quels sont les grands chantiers du pays ?

Nous sommes convaincus que l’éducation et la formation professionnelle constituent les bases du développement. Le Burkina Faso accuse cependant de sérieux retards dans ces domaines.

L’Etat burkinabé dispose de moyens relativement faibles pour offrir une éducation de qualité aux élèves des zones les plus marginalisées du pays. Cela rend notre tâche difficile : nous sommes constamment confrontés à la vétusté, voire à l’absence, du matériel scolaire et des infrastructures sur place. Par exemple, nous devons régulièrement faire face à la très faible quantité de manuels scolaires adaptés au programme dont disposent les élèves pour travailler dans de bonnes conditions.

C’est sans considérer tous les problèmes additionnels empêchant les élèves d’honorer une présence régulière : maladies hydriques liées à la consommation d’eau impropre, travail précoce des enfants sur les exploitations familiales… Ainsi par exemple, pour remédier au problème de l’eau sale, nous avons fait construire un impluvium à côté d’une de nos salles de classe. L’impluvium est une cuve imposante permettant de récolter les eaux usées pendant la saison des  pluies, à laquelle s’ajoute un système de carafes filtrantes afin de rendre l’eau propre à la consommation. Ce projet est un succès : tout le village vient s’y abreuver !

 

Qu’est ce que le projet “Lampes solaires” ?

Dès 18 heures, la nuit tombe au Burkina Faso. Cela signifie que les enfants, n’ayant majoritairement pas accès à l’électricité, n’ont aucun moyen de réviser ni de faire leurs devoirs une fois rentrés de l’école. En effet, en brousse, seuls 10% des foyers sont dotés de l’électricité. La pays, pauvre en énergie fossile, ne peut compter sur ce type d’énergie pour s’éclairer mais l’accès à l’électricité peut se faire grâce au soleil.

Pour remédier à ce manque, qui peut avoir, des conséquences importantes sur la réussite scolaire de nos élèves, nous avons opté pour la solution des lampes solaires!

Facilement transportables, ces lampes ont une autonomie de huit heures: les enfants peuvent donc réviser autant qu’ils veulent! En utilisant l’énergie solaire, ces lampes apportent une solution durable: à la fois éco-responsables, adaptées au terrain et résistantes.

 

Pour soutenir le projet, rendez-vous sur cette page : https://fr.ulule.com/lampes-solaires-burkina-fasowww.schola-africa.com.

Pour en savoir plus sur l’asso, c’est par ici www.schola-africa.com.