Les écoles de commerce sont de plus en plus nombreuses à organiser des séminaires de rentrée pour permettre à leurs nouveaux étudiants de s’acclimater en douceur aux nouveaux apprentissages qui les attendent en école. Depuis quelques années, NEOMA BS organise en simultané sur ses deux campus les “Starting Days”. Revenons ensemble sur l’édition 2018 !

 

Et avant, on te propose si tu veux de découvrir une vraie rentrée à NEOMA, dans tous les détails !

 

Comment se sont déroulés les Starting Days cette année ?

Le rythme est très intense car tout se passe en 4 jours la première semaine de septembre. Après quelques mots de bienvenue de la part de Delphine Manceau, directrice générale, et de Sylvie Jean, directrice du Programme Grande École, on nous a dévoilé le thème des Starting Days 2018. Cette année, c’était donc l’entrepreneuriat social qui était à l’honneur, autour de 3 problématiques: inclusion, mobilité et bien-être et santé. Puis nous avons assisté à une table ronde entre 5 professionnels travaillant au coeur de ces problématiques afin de démystifier ce thème. Ils ont chacun leur tour pris la parole pour nous faire comprendre les responsabilités environnementales et sociales qu’ont à la fois les entreprises et les consommateurs.

L’après-midi, nous avons été mis par groupe de 12 et nous avons eu des ateliers de teambuilding pour apprendre à nous connaître. Puis nous avons commencé à nous pencher sur nos projets, d’abord en choisissant le défi que l’on voulait relever, puis en faisant un vrai brainstorming sur celui-ci afin de pouvoir arriver à compléter à la fin de journée cette phrase : “Notre idée géniale est …”. La nouveauté 2018 c’est que tout au long de ce premier après-midi et des jours qui ont suivi, un facilitateur (élève de 2e année) était présent avec chaque équipe pour l’accompagner dans sa réflexion en plus des traditionnels coachs.

Les deux jours qui ont suivi ont été consacrés à l’avancée du projet et ont été ponctués par des amphis pour nous aider à construire notre affiche et notre pitch. Par le mot “pitch”, comprenez une courte présentation orale censée accrocher le public et lui permettre de comprendre très rapidement tout le potentiel du projet.

Le jeudi après-midi marquait la fin des Starting Days, avec le fameux pitch dans 3 amphis différents de toutes les équipes. Les jurys ont ensuite délibéré et seuls les 3 meilleurs projets ont pu avoir la chance de pitcher une seconde fois, cette fois-ci au grand amphi devant toute la promo, l’administration et des professionnels. Chacune des équipes finalistes s’est vue décerner un prix et le jury a élu le meilleur projet parmi les 3.

 

Retour sur l’expérience de différentes équipes

  • Cityhub – prix du concept le plus innovant 

Thibault Bournisien et Florian Tixier ont accepté de témoigner pour leur projet:

Présentez-nous en quelques mots le projet Cityhub

Cityhub, c’est un projet de réseau de mobilité ludique et coresponsable pour la métropole de Reims. Il s’agit de créer un écosystème de Hubs dans le centre ville, couplés à des voies vertes vers l’extérieur de la ville, qui offre l’accès à des vélos, trottinettes, rollers et autres skates pour se déplacer dans des zones sans voitures.

Pourquoi pensez-vous avoir été choisis pour aller en finale ?

Sûrement parce que ce projet touchait vraiment chaque personne (étudiant comme professeur, père ou mère de famille etc…), et répondait à une attente implicite de bouger sainement et facilement en ville. Plus que réalisable, notre projet était davantage un rêve commun, un but à atteindre ensemble.

Racontez-nous votre expérience en tant que pitcheurs !

Thibault : Être pitcheur était FOR-MI-DABLE! Une préparation assez décontractée avec notre groupe, une vraie cohésion. On a répété plusieurs fois, avec sérieux, mais sans aucune appréhension. Finalement le premier pitch nous a donné un élan, nous a donné le bon ton et les bonnes phrases à avoir ! Et le dernier pitch en grand amphi… quelle énergie ! Une expérience dingue ! La force du public qui te porte et qui adhère à ton projet collectif, voir les yeux concentrés et admiratifs du public était impressionnant. Les applaudissements et même la standing ovation ont été le point d’orgue de notre création de groupe, l’aboutissement.

Florian : Je rajouterais que le choix des pitcheurs est très important, il faut qu’ils soient complices et complémentaires. Je suis de nature énergique et j’ai eu la chance de tomber sur un équipier très calme et posé dans ces propos ce qui a crée une très bonne synergie pour faire passer un message à l’ensemble du jury.

Comment s’est passé “l’après” Starting Days ? Où en est Cityhub aujourd’hui ?

Nous avons reçu beaucoup de commentaires d’étudiants et profs sur nos performances de pitcheurs, mais aussi pour exprimer l’adhésion à notre projet. Par contre, pas de projet d’incubation. D’une part parce qu’aucun de nous n’avait la volonté de tenter l’entrepreneuriat, mais surtout parce qu’étant chiffré à plusieurs dizaines de millions d’euros, notre projet était certes ambitieux mais impossible à incuber !

 

  • La Camion’aide 76 – prix de l’entrepreneuriat social et prix des Starting Days 2018

Léa Perron a accepté de témoigner pour son équipe:

Présente-nous La Camion’aide 76 en quelques mots

Notre idée avec la Camion’aide 76 c’est d’aider les femmes qui vivent dans la rue, et plus particulièrement durant leurs menstruations. Le but est de leur permettre de faire un premier pas vers une réinsertion dans la société. Notre principe repose sur une camionnette équipée de cabines qui ferait le tour de Rouen en s’arrêtant à des points stratégiques, pour distribuer des kits hygiéniques (avec tampons, serviettes, gels hydrauliques, lingettes) et pour offrir aux femmes un lieu intime et sûr ainsi qu’un contact avec les bénévoles.

Comment avez-vous eu cette idée? Le projet a-t-il été dur à monter? Comment vous êtes-vous organisés?

Les projets d’entrepreneuriat sous le thème de la RSE étaient divisés en trois thèmes, nous étions dans la section insertion. De ce fait nous avons rapidement pensé aux personnes sans abris et plus particulièrement aux femmes, les plus vulnérables dans la rue. On s’est renseigné sur ce dont elles avaient le plus besoin, et on s’est vite rendu compte que les protections hygiéniques, étant particulièrement chères, n’étaient pas à leur portée. On voulait avec ce projet leur permettre de reprendre confiance en elles, de se sentir à l’aise dans le but d’une future réinsertion sociale. Pour monter le projet on s’est rapidement organisés en pôles (logistique, financement, création…) pour réussir à créer un projet cohérent, viable et avec une communication efficace. On a dû également monter deux pitchs, un long et un court. Le plus dur a surtout été de faire tout ça dans un temps très restreint et de trouver une solution pour présenter un projet viable, surtout dans ce secteur d’entrepreneuriat social.

Vous avez gagné le prix de l’entrepranariat social et le prix Starting Days 2018… quelles opportunités cela vous offre-t-il pour la suite ?

Les prix ont été décernés par Enactus, et nous offrent la possibilité de voir notre projet accompagné pendant un an. Après les Starting Days on a été mis en lien avec la directrice d’Enactus France et on nous a proposé de concrétiser le projet. Aujourd’hui, on est quelques uns à être intéressés pour pour continuer mais c’est un choix important car cela prendra beaucoup de temps. Juliette (membre de l’équipe) a quant à elle déjà un rendez-vous de planifié avec Enactus, premier pas pour rendre la Camion’aide 76 réelle.

 

  • Cultu’Rémois – pas de prix… mais un projet qui se développe!

Aurélie Garcia va nous parler du projet Cultu’Rémois:

Présente-nous Cultu’Rémois en quelques mots

En quelques mots, Cultu’Rémois, c’est une application qui, en géolocalisant l’utlisateur, va lui permettre de connaître les monuments, lieux historiques et événements culturels à proximité de son trajet en transport en commun.

Comment avez-vous eu cette idée ? Le projet a-t-il été dur à monter ? Comment vous êtes-vous organisés ?

Cette idée nous est venue dans le cadre des Starting Days. Nous devions répondre à la problématique “développer la culture dans les transports en commun”. Après un long brainstorming et de nombreux échanges, nous avons opté pour une application en lien avec le monde connecté dans lequel nous vivons. Durant la semaine des Starting Days, le projet s’est monté assez rapidement. Chacun de nous était très motivé et croyait en ce projet. De plus, nous avions l’aide d’un coach qui nous aiguillait si besoin.

Nous nous sommes organisés en nous divisant les multiples tâches (écriture du pitch, communication sur les réseaux sociaux, recherche de potentiels partenaires, création de l’affiche…). Néanmoins, on gardait une bonne communication au sein du groupe, ce qui nous permettait de ne pas nous égarer dans chacune de nos tâches.

Vous n’avez malheureusement pas été finalistes, mais cela ne vous a pas découragé pour continuer l’aventure… Peux-tu nous expliquer comment cela s’est-il passé?

Notre projet n’a pas été jusqu’en finale et nous n’avons pas été remarqués par un membre du jury. Mais tout le groupe y croyait réellement: nous savions que nous pouvions aller plus loin. Nous avons donc continué à développer nos idées ensemble et à communiquer sur notre page Facebook pour augmenter notre visibilité. Nous avons également pu présenter notre projet lors de la première assemblée générale de La Vie Étudiante à Reims.

Où en est Cultu’Rémois aujourd’hui? Quels sont vos projets pour l’avenir?

Aujourd’hui, Cultu’Rémois est sur la bonne voie, les trois porteurs du projet se sont rendus à Paris mercredi 10 octobre lors du comité de sélection à l’incubateur et nous entrons en phase de pré-incubation, aidés de personnes qui croient au potentiel de notre projet. Quant à nos projets pour l’avenir, nous souhaitons développer cette application dans un délai d’un an, tout en continuant à explorer les secrets de la ville de Reims à travers nos publications sur Facebook !

 

Merci à Thibault, Florian, Léa, Aurélie et Paul pour leur précieux témoignages; et à l’association Alive pour les photos. Si vous souhaitez soutenir les 2 projets présentés qui vont prochainement être incubés, voici la page Facebook de La Camion’aide 76 ainsi que la page Facebook et l’Instagram de Cultu’Rémois. Nous reviendrons très certainement vers eux en fin d’année pour faire un point sur l’évolution de leur projet !

 

Et sinon, viens découvrir une vraie rentrée à NEOMA, dans tous les détails !